Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La réhabilitation du palais du Bey relancée
Oran
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2021

À l'abandon des années durant, le palais du Bey, dont l'accès principal est situé à partir de la rue Philippe, sera réhabilité, vaille que vaille. C'est ce qu'a indiqué le wali d'Oran, Saïd Sayoud, ayant plaidé par là même pour la «valorisation» et la préservation de ce joyau architectural historique, dont l'historicité remonte à plusieurs siècles. D'autant plus qu'il est implanté en plein coeur de la capitale des Deux Lions, Wahrane. Le palais du Bey a été construit par Mohamed Ben Othman, dit El-Kebir, après avoir triomphé des Espagnols en 1792. Dès lors, il en fit sa résidence, ainsi que le siège de son administration. Ce site domine à la fois le port, tout en surveillant l'arrière-pays, ce qui lui a valu d'être occupé par l'armée française de 1931 à 1962. Le wali a également été catégorique, en instruisant ses lieutenants sur la nécessité de l'accélération de l'aménagement du balcon du boulevard de l'ALN, ex- Front de mer, et dont les travaux entrent dans le cadre des préparatifs de la wilaya d'Oran pour abriter les Jeux méditerranéens. L'Hôtel de ville ou tout simplement la Grande mairie de la place d'Armes est à l'abandon, après le départ de ses occupants vers une autre destination, ayant opté pour établir le quartier général de l'APC, au niveau du centre culturel du boulevard de la Soummam. «L'on a perdu plusieurs années en tergiversations pour décider de la suite à donner, quant à la réhabilitation de la plus ancienne mairie d'Oran, portant le nom d'Hôtel de ville», regrette-t-on, déplorant par là même que «l'enceinte est devenue sans âme». À Oran, l'on excelle, avec ingéniosité, dans les gaspillages lambda, pour peu que cela fasse beau. C'est d'ailleurs le cas flagrant du projet de réhabilitation de l'Hôtel de ville ou encore le siège abritant la Grande mairie d'Oran. Le projet a, contre toute attente, porté sur le retapage de la façade principale et des murs extérieurs de ladite structure et rien de plus. Et dire qu'un tel chantier a nécessité la mobilisation d'un pactole de pas moins de 26 milliards de centimes. Les entrailles de la bâtisse sont laissées en l'état, offrant de celle-ci une image hideuse. Les murs et les plafonds, sérieusement endommagés, sont, dans leur majorité, lézardés. D'autres gardent intactes les traces de la déliquescence ayant frappé plusieurs bureaux, comme celui qui a pris feu dans le passé. Les stigmates ayant noirci ses murs et son plafond, ainsi que les piliers de confortement, en dégradation, sont de visu perceptibles. Pour cause, «la rénovation du siège de l'APC d'Oran n'aurait pas concerné toute la bâtisse». «Les responsables locaux sont-ils aux abonnés absents?». Pourquoi donc, déserter un tel lieu historique et le laisser à l'abandon total? Tout a commencé en 2012, lorsque l'entreprise italienne, répondant au nom de Sarl Rifit, a cerné la bâtisse, en installant ses échafaudages géants, à l'extérieur de l'immeuble, alors que l'intérieur de la cour principale était «envahi» par d'autres équipements encombrants. Ladite entreprise n'a pas jugé utile de lancer les travaux, hormis la transformation de l'Hôtel de ville en une véritable base de vie, ce qui lui aurait valu le retrait de projet pour le confier au groupe Hasnaoui «Tarmim» pour le montant de 26 milliards de centimes, soit la moitié de la facture proposée par l'entreprise italienne.
Tel que paraphé dans le contrat liant le maître d'oeuvre à l'entreprise réalisatrice, les travaux portent essentiellement sur la réhabilitation des façades de l'immeuble, son étanchéité et son plancher. Et depuis plus rien, hormis quelques travaux jugés de «colmatage». Quand est-ce que le maire regagnera son somptueux bureau, après avoir éparpillé ses services, un peu partout dans les structures avoisinantes? «Pas de sitôt, tant l'intérieur de l'Hôtel de ville est devenu une coquille vide», riposte-t-on, tout en ironisant sur le fait que «le maire soit établi dans le centre culturel d'Oran (ex-Prix unique), tout en y domiciliant son cabinet». «Plusieurs autres services ont, depuis 2012, été délocalisés dans d'autres quartiers», déplore- t-on.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.