Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Etre écrivaine, c'est réagir et se défendre»
Lamia khalfallah (romanciÈre)
Publié dans L'Expression le 11 - 10 - 2021

Nous poursuivons la série d'entretiens avec des femmes écrivaines pour tenter de savoir comment ces dernières vivent leur statut de romancière dans une société où la littérature était l'apanage des hommes jusqu'à un passé très récent, à quelques exception près. Quand Assia Djebar, Fadhma Ath Mansour Amrouche et Taos Amrouche avaient écrit leurs livres, elles étaient pratiquement les seules. Mais depuis plusieurs années, le nombre de femmes qui signent des romans ne se compte plus. Lamia Khalfallah en fait partie. Elle est l'auteure d'un roman intitulé «Moi et Hémingway, de Annaba à Cuba», livre magique, dense et extrêmement poétique. Lamia Khalfallah enseigne la langue française dans une école de la wilaya d'El Tarf.
L'Expression: Qu'est-ce qu'être une femme écrivaine dans la société algérienne?
Lamia Khalfallah: Être une femme écrivaine, c'est comme être un homme écrivain partout dans le monde; il y a une âme qui a besoin de dire et partager ce qui sommeille en elle, un esprit qui a besoin de se confesser, des idées qui ont besoin d'ailes pour voler. J'ai grandi avec la certitude qu'il n'y a pas une différence entre un homme et une femme sur le plan intellectuel, c'est pourquoi, je refuse cette stigmatisation qui a enfanté ce qu'on appelle: littérature féminine. Dans le domaine de la science, on n'a pas de différence entre un homme et une femme, on a peu entendu parler de polémique sur la situation de la femme savante. L'inspiration, l'imagination, la spiritualité sont liées à l'âme et le cerveau qui sont des parties de l'être humain et la femme est un être humain, alors on dit «littérature» sans stigmatisation aucune.
Nous sommes quand même dans une société à domination masculine jusqu'à présent. Ceci est incontestable. Quel est le rôle d'une femme écrivaine dans une telle société avec de telles caractéristiques?
Dans une société sous domination masculine, être écrivaine c'est réagir, combattre, défendre et se défendre, résister et surtout s'imposer.
Y a-t-il une certaine pression à gérer du fait que l'on soit une femme écrivaine dans la société algérienne?
Dans une société qui surveille étroitement la femme, qui la méprise, certaines écrivaines se trouvent obligées de se cacher sous des pseudonymes pour écrire. Je connais des auteurs et des poètes qui ont écrit des merveilles pleines de spiritualité et débordantes de sens et de sagesse, mais qui ne les ont pas publiées de peur qu'on ne les accuse de «débauches» morales car tout ce qui concerne l'amour et la pensée reste des tabous à aborder par la femme pour ceux qui essaient, toujours de mépriser la femme.
Qu'en est-il de Lamia Khalfallah, êtes-vous libre quand vous écrivez?
Personnellement, j'écris avec liberté, une liberté d'esprit qui refuse les barbelés, une liberté que je défends toujours car un écrivain ou une écrivaine doit être libre, l'écriture est l'incarnation d'une âme qui a besoin de s'émanciper et de voler pour s'unir avec l'amour, la pureté et la beauté du monde en une harmonie spirituelle éblouissante.
Qu'est-ce qui change pour une femme algérienne après avoir édité un ou plusieurs livres?
Ce qui change pour moi n'est pas après qu'on soit publié, mais dès qu'on commence à écrire, on se sent absorbé par l'écriture, les émotions, les idées... Il y a cette citation qui dit: «plus on lit, plus on devient libre». Pour moi, plus on écrit, plus on devient libre. Après la publication, les idées font des ailes et volent chercher les âmes soeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.