Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les oubliés de la loi de finances
Allocations familiales et prestations médicales
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

L'avant-projet de loi de finances 2022 contient certaines dispositions devant alléger, un tant soit peu, une majorité de citoyens et préserveront, normalement, un pouvoir d'achat érodé ces dernières années. Mise en place d'un dispositif compensatoire monétaire, révision du barème de l'IRG, et allocation chômage. Que de bonnes nouvelles. Néanmoins, il y a toujours un mais. L'avant-projet de loi de finances 2022 ne fait nullement mention d' une refonte des allocations familiales ni des remboursements des consultations médicales. Pourtant, le montant des allocations familiales, représentant un revenu de complément à même d'aider les familles bénéficiaires à assurer la satisfaction des besoins propres à l'enfant, n'a pas changé depuis des années. Pour rappel, si un allocataire perçoit un revenu mensuel inférieur ou égal à 15 000 DZD, le montant des allocations familiales s'élève à 600 DZD par mois et par enfant, du 1er au 5e enfant, et à 300 DZD par mois à partir du 6e enfant. Tandis que pour un allocataire dont le revenu mensuel dépasse les 15 000 DZD, le montant des allocations familiales s'élève à 300 DZD par mois et par enfant quel que soit son rang. Dans la même ligne, il y a lieu de signaler la prime de scolarité, allocation annuelle versée en une seule fois pour chacun des enfants scolarisés, âgés de 6 à 21ans, et fixée à 800 DZD par enfant du 1er au 5e, et à 400 DZD par enfant à partir du 6e, si l'allocataire dispose d'un revenu mensuel inférieur ou égal à 15 000 DZD. Mais si l'allocataire dispose d'un revenu mensuel supérieur à 15 000 DZD, elle est de 400 DZD par enfant quel que soit son rang. Dérisoires! D'autant que l'allocation familiale pour les femmes au foyer sans enfant est égale à 5,5 DA. Un montant qui n'a pas été révisé depuis 1965. Comme l'est, le tarif de remboursement d'une visite médicale, instauré en 1987. Et dire qu'une visite médicale chez un généraliste oscille entre 1000 et 1500 DZD. Une consultation remboursée par les caisses de sécurité sociale à hauteur de 50 DZD pour les malades chroniques, assurés à 100% et 40 DA pour les assurés à 80%. Pour les consultations chez les spécialistes, dont les tarifs sont entre 2000 et 5000 DA, le remboursement est de l'ordre de 100 DA pour les assurés à 100% et de 80 DA pour les assurés à 80%. En ces temps de disette et de rigueur, la tentation est vive de remettre un peu d'ordre dans le maquis des prestations familiales et sociales. Qui osera franchir le pas? Au sommet de l'Etat, on assurait qu'une refonte des allocations familiales n'est «pas taboue». En visite dans la wilaya de Guelma, en date du 22 août 2019, l'ancien ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Hassan Tidjani Haddam, déclarait que son département ministériel étudie le projet de mise en place d'une nouvelle tarification de remboursement des consultations médicales devant assurer les équilibres financiers des caisses en queston. Simple effet d'annonce. Rien n'est tranché. Car c'est un fait, même si les outils de calcul sont un peu «impressionnistes»,: un enfant coûte cher, surtout en temps de crise.
Même en excluant l'incalculable, chaque parent découvre, dans l'émerveillement de l'arrivée d'un nouveau-né, ces postes de dépenses qui grèvent brutalement, et pour au moins vingt ans, le budget du foyer. Frais de garde, vêtements, cantine, rentrée- selon le milieu, le train de vie- et les rares études existantes, le coût d'un enfant varie mais oscille quand même en moyenne autour de 30000 DZD par an. Tout un budget à prendre en considération.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.