Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sit-in des enseignants
Crise à l'Université de Béjaïa
Publié dans L'Expression le 04 - 11 - 2021

La crise qui secoue l'université de Béjaïa depuis le début de l'année scolaire prend une nouvelle tournure. Hier, une partie des enseignants des trois facultés du campus Targa Ouzemour: faculté de technologie, faculté des sciences exactes et faculté des sciences de la nature et de la vie, ont mis à exécution la décision prise lors de l'assemblée tenue quelques jours avant, en observant un sit-in en face du rectorat de l'université de Béjaïa sis à Aboudaw.
Cette manifestation s'est déroulée sans incidents. Elle a été ponctuée par une rencontre avec le vice-recteur chargé de la planification, qui n'a débouché sur aucun résultat probant à même d'atténuer un tant soit peu la crise, née pour l'essentiel de la décision de transférer les étudiants de la première année de trois facultés au niveau du nouveau campus d'El Kseur, ouvert cette année.
Hier, les enseignants frondeurs ont dénoncé «la décision unilatérale d'isoler les seules
1ères années des trois facultés au campus d'El Kseur» et exigé «le respect des prérogatives des enseignants». Le fait d'imposer des «plans d'occupation», improvisés selon leur déclaration, par l'administration rectorale de l'université de Béjaïa, à la place du plan de développement 2010-2014 validé par toutes les institutions du pays, notamment ministères, wali, conseil d'administration de l'université, n'a pas été du goût des participants, qui rejettent également «la révision des intitulés des campus d'Amizour et d'El Kseur pourtant validé par les instances supérieures de notre pays».
Dans la foulée, les enseignants protestataires ont exigé «l'ouverture d'enquêtes sur les dérives qu'a connues la réalisation des projets du campus d'Amizour et El Kseur, dénoncées par l'ex- recteur Boualem Saïdani dans la presse durant les années précédentes, et l'actuel recteur lors du dernier conseil d'administration». Par ricochet, les protestataires ont revendiqué «que soient identifiées les personnes responsables du détournement des intitulés des campus et que les mesures nécessaires soient prises à leur encontre». Le règlement définitif de ce problème cyclique d'occupation des deux campus par l'implication de toutes les facultés et composantes de l'université de Béjaïa, était aussi l'autre revendication mise en avant par les enseignants frondeurs des trois facultés.
À l'université de Béjaïa, la situation prévalant actuellement est un peu le remake de l'histoire de l'ouverture du campus d'Amizour. La problématique cyclique d'occupation des nouveaux campus revient de nouveau cette année à la faveur de l'ouverture du campus d'El-Kseur.
Et c'est de nouveau le bras de fer entre les enseignants et le rectorat. Une décision décriée par les enseignants du département des 1ères années technologie, de la faculté de technologie, ceux de la faculté des sciences de la nature et de la vie et enfin de la faculté des sciences exactes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.