Paiement des amendes en contrepartie de la récupération du permis de conduire    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne salués    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques    Ameur Chafik en superviseur à la CAN-2021    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    L'Algérie condamne les agressions répétées contre l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    JSK-Royal Leopards reporté à jeudi    La CAF inflige à la FAF une amende de 5 000 dollars    Les Verts reprennent du service avec leurs clubs    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Vers le dénouement !    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Danger sur les non-vaccinés    Les notaires en colère    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune en visite de travail et de fraternité en Egypte    Des producteurs de lait s'en remettent au wali et au ministre    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Tayeb Mehiaoui livre ses «vérités»    La campagne de vaccination ne suscite pas d'engouement    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Un enfant blessé dans un effondrement partiel au centre ville: Les immeubles désaffectés squattés posent toujours problème    Eloge de l'amitié    Des juges qui ont le vertige...    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    150000 quintaux produits à Oran    L'élan économique en sursis    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»
Association France-Algérie : l'historique
Publié dans L'Expression le 29 - 11 - 2021

L'Association France-Algérie a été fondée le 20 juin 1963, à l'initiative de Germaine Tillion et avec le soutien du général de Gaulle, par des personnalités françaises réunies autour d'Edmond Michelet, ancien garde des Sceaux, qui avaient en commun la conviction profonde que l'accession de l'Algérie à l'indépendance en juillet 1962 pouvait établir entre les deux Etats et les deux peuples une ère nouvelle de relations faites d'estime et d'amitié. Se trouvaient parmi ces personnalités d'anciens résistants français comme Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle Anthonioz, André et Anise Postel Vinay, Joseph Rovan, David Rousset, Robert Buron, Stéphane Hessel. Se trouvaient aussi des responsables militaires ou des fonctionnaires qui avaient dénoncé les terribles dérives de la guerre d'Algérie et s'y étaient opposé comme le général Jacques Pâris de Bollardière, le général Pierre Billiote, Paul Teitgen, des journalistes et hommes de lettres comme Jean Daniel, Jean Lacouture, Jean-Marie Domenach, André Froissart, François Mauriac. Il y avait aussi des pieds-noirs qui avaient su résister au fatal engrenage de la haine et de la violence pendant les années de guerre, des responsables étudiants algériens et français anti-colonialistes qui avaient milité ensemble, tous désormais pressés de tourner une page d'histoire douloureuse et confiants dans l'avenir. Certains animaient déjà des associations de solidarité avec le peuple algérien: Le «Fonds d'aide aux victimes des attentats de l'OAS» créé en 1961 par André Postel Vinay et François Bloch-Lainé, «Le Fonds de solidarité franco-algérien» créé par Germaine Tillion et Pierre Emmanuel et «Le Comité Djamila Boupacha» par Françoise de Liencourt et J. Fonlupt-Esperaber. Ils furent rapidement rejoints par des jeunes qui avaient accompli leur service militaire en Algérie ou qui y avaient effectué leur stage d'élèves de l'Ecole nationale d'administration, comme Pierre Joxe, Jean-Pierre Chevènement ou Bernard Stasi et d'autres encore. Tous sont restés fidèles à leur engagement et acquis à une coopération exemplaire dans le respect des intérêts de chacun en faveur d'une entente durable entre les deux Etats et les deux peuples français et algérien. Depuis sa création, les relations ont été marquées tantôt par de réelles avancées dans la compréhension et la coopération entre la France et l'Algérie et tantôt par l'accumulation de malentendus et d'occasions manquées. L'Association France-Algérie a multiplié durant toute cette période, parfois en liaison avec son homologue l'Association «Algérie-France», créée en Algérie en 1964, actuellement en sommeil, mais dont on espère la refondation, les initiatives de voyages d'élus locaux en Algérie et Algériens en France, d'échange de jeunes, de colloques à caractère varié économique ou historique et de manifestations culturelles.
Aujourd'hui, l'Association France-Algérie est reconnue par tous car elle a su garder l'esprit et la conviction qui animaient, en 1962, la majorité du peuple français, toutes tendances politiques confondues, dans son soutien à l'Indépendance de l'Algérie à laquelle, consulté à deux reprises, il avait répondu massivement OUI.
L'Association favorise, depuis 2005, la création de filiales locales dans toute la France. Elles sont aujourd'hui au nombre de 6.
L'AFA soutient, en liaison avec les instances algériennes, les projets de toute nature, économiques, culturels et humains qui renforcent la connaissance réciproque des sociétés civiles française et algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.