L'Inter Milan officialise le retour de Lukaku    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    JM/ Handball Algérie : blessé, Ayoub Abdi forfait pour le reste du tournoi    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les avocats chez le Premier ministre
En grève illimitée depuis le 13 janvier 2022
Publié dans L'Expression le 23 - 01 - 2022

Dix jours après le boycott des activités judiciaires par les robes noires, le gouvernement réagit.
En effet, le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a convié les représentants des avocats à une rencontre qui se tiendra, au siège du ministère des Finances, demain, et ce, pour tenter de désamorcer la crise. Le bras de fer semble pencher en faveur des grévistes. Selon le président de l'Union nationale des Ordres des avocats (Unoa), Brahim Taïri, «le mot d'ordre du mouvement de grève a été suivi à 100%». Cette rencontre a été, toutefois, précédée par la réunion du conseil de l'Union nationale des ordres des avocats(Unoa), prévue au courant de la journée d'hier. Il a été question de trancher sur la suite à donner à la grève à la lumière de la nouvelle donne. Les avocats ont décidé que le débrayage illimité enclenché depuis dix jours sera suspendu. Il est à rappeler que les avocats ont déclenché une grève de quatre jours en novembre 2021 pour dénoncer le nouveau mode fiscal introduit dans la loi de finances 2022. Les robes noires qui ne décolèrent toujours pas, boycottent depuis 10 jours toutes les activités judiciaires, nonobstant le fait que la loi de finances, entérinée par les deux chambres du Parlement, soit déjà entrée en vigueur depuis le début du mois en cours.
Les contestataires espèrent voir le gouvernement geler les dispositions de la loi de finances, à l'issue du bras de fer engagé avec le département des finances. Il faut dire que la justice a été à bout de souffle ces deux dernières semaines. Pour cause, à la grève des robes noires s'est ajoutée celle des greffiers, même si ces derniers ont cessé leur débrayage depuis jeudi dernier. Par conséquent, étant paralysés par les avocats, les tribunaux et les cours de justice ne seront pas désengorgés de sitôt, car des piles de dossiers s'y sont amoncelés, suite au report systématique de toutes les audiences depuis le début du boycott des robes noires.
Les avocats contestaient le nouveau système fiscal qui leur a été imposé dans le cadre de la loi de finances 2022. À l'issue de l'assemblée générale de l' Union nationale des ordres des avocats organisée le 8 janvier dernier à Constantine, 23 sur 24 barreaux ont décidé d'entamer une grève illimitée à partir du 13 janvier dernier. Largement suivi, le débrayage a paralysé l'ensemble de l'activité judiciaire à travers le pays. Il est à noter qu'à la faveur des dispositions de l'article 12 de la LF2022, l'impôt forfaitaire unique (IFU) de 12%, a été supprimé et remplacé par un nouveau régime qui les contraint désormais de payer à titre de taxes et d'impôts 54% de leurs bénéfices, soit 35% de leurs gains et 19% à titre de la TVA, laquelle «sera répercutée sur les justiciables», indique-t-on.«La responsabilité incombe au ministre des Finances qui a fermé toutes les portes du dialogue et n'a pas daigné donner suite aux nombreux correspondances qui lui ont été adressées», lit-on dans le procès-verbal de l'assemblée général de l'Unoa.
Par ailleurs, d'après les avocats, «l'article 12 de la LF 2022 est en violation avec l'article 82 de la Constitution qui garantit la justice fiscale». La pression fiscale a poussé plusieurs jeunes avocats à changer de métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.