La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM: médaille d'or pour le nageur Syoud    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Il y a 2 ans, les crânes des symboles de la résistance algérienne retrouvaient leur terre natale    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Makri avance sa proposition    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Les clés de l'indépendance    Les déchets ménagers inquiètent    Le sens et les messages d'un défilé    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dans la dignité
Célébration des événements du 8 mai 1945 à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2022


Il y a 77 années, jour pour jour, Kherrata a été le théâtre d'événements sanglants et atroces. Ce qui était voulu comme une fête s'est transformé en douleur lorsque des milliers d'Algériens se faisaient massacrer par l'armée coloniale. Naïvement et dans un élan festif de la fin de la Seconde Guerre mondiale, signe d'une indépendance promise par la France, des Algériennes et des Algériens étaient sortis dans la rue pour fêter la fin d'un cauchemar qui n'avait que trop duré pour se heurter de nouveau avec l'atrocité du colonisateur français qui n'entendait pas lâcher prise. Un souvenir douloureux que les autorités militaires et civiles et les citoyens ont commémoré, hier, par un recueillement et un dépôt de gerbes de fleurs à la mémoire de ceux qui étaient tombés au champ d'honneur ce jour-la. Symbole de paix pour la France, le 8 Mai 1945 fut celui de la douleur pour les Algériens. Ce jour-là, l'armée coloniale avait réprimé brutalement la population qui revendiquait sa liberté, pourtant légitime. La population de Kherrata fut massacrée. Les témoignages des personnes encore vivantes ont retracé, hier, cette journée avec toutes les séquelles du massacre colonial devenu,héure après heure,jour après jour, le génocide des indigènes par l'ex-administrateur français de cette région, le colonel Rousseau.avec des forces militaires et paramilitaires «Des centaines de personnes ont été assassinées, une à une, avant d'être balancées mortes ou vivantes dans les ravins profonds des gorges, sans distinction aucune», racontait,,hier, un rescapé du ravin de Chaâbet El Akhra sur le pont de ce lieu. Aujourd'hui encore, un rocher du ravin porte l'inscription de la Légion étrangère. Juste en bas, le cimetière de 1.500 morts. 77 années après, Kherrata se souvient toujours de ces événements douloureux et rappelle, chaque année, aux générations futures le prix payé pour l'indépendance de l'Algérie. Au niveau de la salle de cinéma de la ville, des moudjahidine ont été honorés, dont Kermani Larbi, Alik Saïd, Yahyaoui Mohamed, qui ont vécu les événements. La mère de la chahida Belaïd Halima et dix autres familles révolutionnaires ainsi que le gagnant du concours sur l'histoire, organisé à l'occasion. Les témoignages des moudjahidine ont été si émouvants que les présents dans la salle avaient du mal à cacher leurs sentiments. À l'occasion de cette commémoration, la délégation officielle s'est déplacée au village Bradma dans la commune de Kherrata pour y inaugurer la nouvelle route qui mène du village vers le chemin de wilaya 32 mettant ainsi fin à l'isolement de ce village qui a bénéficié également d'un stade de proximité inauguré aussi à l'occasion par les autorités de la wilaya. De retour à Béjaïa, le wali en compagnie de la délégation a procédé à la remise des clés aux 100 bénéficiaires de logements LPA de Sidi Aïch dans une ambiance de liesse. Il en a été de même pour les arrêtés d'attribution des aides aux 50 personnes dans le cadre du logement rural.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.