Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les recasés de Saket s'impatientent
Relogement de familles à Bejaia
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2022

Bien que recensés et leurs dossiers constitués auprès de l'Opgi, les 45 familles recasées au camp de toile de Saket, par l'APC de Béjaïa, depuis 10 ans, n'ont toujours pas reçu les clés de leurs appartements. Hier, elles ont de nouveau lancé un S.O.S. aux autorités de la wilaya en organisant un sit-in devant les blocs des logements qui leurs sont destinés.
L'attente de recevoir les clés dure depuis six mois, soit au lendemain du tirage au sort auquel elles ont pris part, après avoir déposé leurs dossiers auprès de l'Opgi de Béjaïa. «Six mois après le tirage au sort de désignation de nos appartements respectifs et six mois après avoir constitué nos dossiers, nous n'avons toujours pas été convoqués pour la paiement des redevances et récupérer nos clés», s'indigne cette dame, lors du mouvement de protestation. Accompagnée de ses enfants, elle nous montre de loin le logement qui lui a été attribué mais qu'elle n'occupe toujours pas. Hier, certains, recasés, ont préconisé d'occuper de force leurs logements, si les autorités ne procèdent pas, dans les plus brefs délais, à leurs relogement. Cela reste une menace mais un avertissement qui semble agréer tous les présents à ce rassemblement Les personnes recasées de Saket sont impatientes de rejoindre leurs appartements, à Ighzar Ouzarif.
Après avoir échoué dans une première tentative de se rassembler devant le siège de la wilaya afin de réclamer leur relogement, en urgence, dans les logements sociaux, hier, ils ont réussi à se mobiliser devant les blocs de logements où il devaient être logiquement relogés depuis des mois. Depuis, c'est le silence radio, ponctué de rumeurs les plus folles, les plongeant dans l'inquiétude qui a fini par les faire sortir dans la rue. Hier, ces familles ont manifesté leur mécontentement afin d'en savoir un peu plus sur leurs cas.
Alors que d'autres familles qui vivent des situations similaires ont été déjà relogées, celles de Saket attendent toujours. Une attente qui se fait longue. «Nous voulons être relogés dans des logements sociaux décents. Nous avons été recensées et tirées au sort pour la désignation de nos appartements, mais nous sommes toujours à Saket, à vivre dans des conditions inhumaines depuis huit longues années dans ce centre de vacances communal, dépourvu de toutes commodités», fait observer une des participantes. «Notre joie a été de courte durée, puisque nous sommes toujours là, dans des pièces ne dépassant pas les
3 m² et dépourvues de toutes les commodités et dans un climat d'insécurité», renchérit une autre, comme pour exprimer son désarroi devant cette «hésitation incompréhensible» des autorités. Plusieurs centaines de familles ont été déjà relogées par les autorités de la wilaya. Les premières à bénéficier de ce relogement sont ayant vu leurs demeures endommagées par les tremblements de terre successifs qu'a connue ces dernières années, la ville de Béjaïa. Plus de 500 familles touchées par le séisme sont concernées par les différentes opérations de relogement effectuées jusque-là.
Les opérations d'évacuation ont concerné, en priorité, les familles sinistrées occupant des habitations datant de l'ère coloniale implantées au niveau du Plateau Amimoun, dans la haute ville de Béjaïa. Il convient de signaler que les familles figurant sur les listes de l'opération de relogement ont été recensées par la commission d'étude des dossiers des sinistrés dont les habitations sont classées rouge (5) et orange (4), déjà lors du précédent séisme du 18 mars 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.