Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un réseau de prévention mis en place
Feux de forêt à Tizi Ouzou
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2022


Les pouvoirs publics viennent d'annoncer la mise en place d'un large réseau de prévention contre les feux de forêt en prévision de la saison estivale qui s'installe déjà en ces journées caniculaires de la fin du mois de mai. Pour éviter de revivre la catastrophe vécue, l'année passée, le plan implique toutes les parties à même de contribuer selon une échelle verticale et horizontale. En effet, la prévention et la lutte se déroulent plus concrètement au niveau local, dans les communes, dans les daïras et dans les wilayas. Les directions locales de la Protection civile, les services de sécurité, les services des forêts sont directement impliqués dans les opérations. Cependant, en plus de ces organismes, les agriculteurs, les éleveurs, les apiculteurs et les arboriculteurs se sont montrés disponibles à prendre part activement aux opérations de lutte et de sensibilisation pour la simple raison qu'ils font partie, à chaque incendie, de la catégorie des victimes directement touchées. Aussi, interrogés, beaucoup s'estiment marginalisés malgré les discours faisant état de leur implication dans le dispositif. «Je n'ai jamais été impliqué. J'ai seulement fait partie des victimes d'un incendie déclenché, il y a quelques années. Pourtant, en tant qu'apiculteur, je suis directement concerné par la protection des forêts desquelles dépendent mes abeilles», affirme un apiculteur de Yakouren, une quarantaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de wilaya. De leur coté, les arboriculteurs réclament une part de cette veille constante. «J'ai vu tous mes cerisiers brûlés, l'année passée. Il faudra des années pour régénérer ma cerisaie. Depuis des années, nous avons réclamé d'être impliqués dans le dispositif en tant que victimes et acteurs mais comme vous voyez, on n'est que des victimes pour l'instant», se désole un citoyen de Larbaâ Nath Irathen.En fait, au lieu de faire partie à chaque fois de la catégorie des victimes, ces professionnels de l'agriculture de montagne veulent plutôt être des acteurs. Leur apport pour ce plan de lutte contre les feux de forêt est très important, voire vital. «On ne peut pas protéger une victime qui ne cherche pas à se défendre. On veut être des acteurs de ce plan. Pas seulement en théorie mais on veut connaître notre véritable rôle concrètement», déclare un éleveur de la commune de Mizrana. «Moi personnellement j'ai une grande maîtrise des feux de forêt. Mes parents et grands-parents ont toujours pratiqué les feux volontaires, dont l'objectif de favoriser la régénération des herbes vertes pour notre cheptel caprin», explique-t-il tout en précisant que «ces ancêtres, comme tous les Méditerranéens, allumaient des feux volontairement durant les mois de septembre et octobre, dans les forêts. Mais leur grande maîtrise des techniques des feux volontaires fait que les flammes ne touchent jamais les arbres, se suffisant de brûler les herbes sèches». Enfin, après des discussions avec ces gens très disponibles à se mobiliser aux côtés des pouvoirs publics, il s'avère que leur expérience peut aisément être mise à profit dans le cadre de cette lutte, notamment les services de la Protection civile et les services de l'agriculture.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.