Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    OL : Aouar a trouvé un accord avec Nottingham Forest    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Journées nationales du théâtre pour enfants à Boumerdès : 9 équipes en lice pour le Masque d'or    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Deux frères écrasés par un train    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    15 pays y prennent part    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



9 manifestants tués à Khartoum
Encore une journée sanglante au Soudan
Publié dans L'Expression le 02 - 07 - 2022

Neuf manifestants ont été tués jeudi à Khartoum où des dizaines de milliers de Soudanais ont défilé au cri de «le peuple veut la chute du général Abdel Fattah al-Burhane», le chef de l'armée auteur d'un putsch qui a plongé en octobre le pays dans la violence et une grave crise économique. Si chaque semaine les Soudanais manifestent pour réclamer que le pouvoir soit rendu aux civils, jeudi est la journée la plus meurtrière depuis des mois et l'une de celle qui a le plus mobilisé.
Neuf manifestants ont été abattus par les forces de sécurité, sept au moins - dont un mineur - par des balles tirées notamment «dans la poitrine» ou «la tête», ont rapporté des médecins, dénonçant aussi des tirs de grenades lacrymogènes à l'intérieur d'hôpitaux. Dès mercredi soir, alors que de petits cortèges appelaient ici et là les Soudanais à défiler, un jeune manifestant avait été tué d'une «balle dans la poitrine» à Khartoum, selon ces médecins. Depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021, 112 manifestants ont été tués et des milliers d'autres blessés par les forces de l'ordre qui, selon l'ONU tirent régulièrement à balles réelles sur la foule. «Même si on doit tous mourir, les militaires ne nous gouverneront pas», scandait jeudi la foule, tandis que le bloc civil des Forces pour la liberté et le changement (FLC) estimait que «comme prévu, les putschistes ont déchaîné leur violence».
Avant d'ajouter: «les défilés de jeudi ont prouvé que la révolution n'est pas morte». Huit mois après le putsch qui a plongé l'un des pays les plus pauvres au monde dans le marasme, les manifestants continuent de réclamer que l'armée rende le pouvoir aux civils.
Le 30 juin est une journée symbolique pour ce grand pays d'Afrique de l'Est: il marque l'anniversaire du coup d'Etat qui a porté le dictateur Omar el-Béchir au pouvoir en 1989. C'est par ailleurs en juin 2019 qu'ont eu lieu des rassemblements monstres ayant poussé les généraux à intégrer les civils au pouvoir après avoir écarté el- Béchir.
Les manifestants veulent donc réitérer cet exploit et forcer le pouvoir militaire à donner les rênes du pays aux civils. Comme à chaque appel à manifester, Internet et le téléphone ont été inaccessibles toute la journée avant d'être de nouveau rétablis en partie en soirée alors que certains cortèges s'éparpillaient, tandis que les grands axes étaient quadrillés par les forces de sécurité. Outre Khartoum et ses banlieues, des manifestants ont aussi manifesté à Wad Madani (sud), au Darfour (ouest) et dans plusieurs villes de l'est côtier, ont rapporté des témoins.
Avant les manifestations, l'émissaire de l'ONU Volker Perthes avait martelé que «la violence doit cesser» et plusieurs ambassades avaient réclamé que «plus aucune vie ne soit perdue». Mais les capitales étrangères peinent à faire pression sur des généraux qui sont au pouvoir au Soudan quasiment sans interruption depuis l'indépendance en 1956.
Le 25 octobre 2021, quand le chef de l'armée, le général Burhane, a brutalement mis fin au fragile partage du pouvoir en faisant arrêter ses partenaires civils, la communauté internationale a coupé son aide - 40% du budget du Soudan. Ces sanctions financières n'ont pas fait plier le général mais ont fait plonger l'économie: la livre soudanaise s'est effondrée et l'inflation dépasse tous les mois les 200%. Pis encore, le spectre de la famine se profile: un tiers des 45 millions de Soudanais souffrent d'«insécurité alimentaire aiguë», potentiellement mortelle, et d'ici septembre, ce chiffre devrait atteindre selon l'ONU 50%. Début juin déjà, l'ONG Save the Children annonçait le décès lié à la faim de deux enfants. En outre, la spirale des violences dans le pays en guerre depuis des décennies a repris son cycle infernal: au Darfour, des centaines de personnes sont mortes dans des affrontements pour la terre et l'eau et la répression des manifestations fait chaque semaine des morts ou des blessés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.