Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maghreb sous les feux de l'actualité
LUTTE ANTITERRORISTE ET SECURITE DANS LE MONDE
Publié dans L'Expression le 11 - 07 - 2007

L'Occident et les USA estiment urgent de frapper le terrorisme là où les foyers potentiels de subversion se trouvent.
«L'Occident seul, ne pourrait pas faire face aux actions terroristes d'une organisation comme Al Qaîda». C'est ce que soutiennent de nombreux analystes et observateurs de la scène sécuritaire internationale. C'est probablement la raison pour laquelle, les plus hauts responsables de la lutte antiterroriste occidentaux, et à leur tête, les Américains, ne cessent, particulièrement en aparté et en marge d'importantes rencontres, de solliciter l'expérience des ser-vices de sécurité algériens. Reconnaissance tardive ou juste retour des choses?
Entre 1993 et 1998, les appels de l'Algérie à une solidarité internationale de lutte contre le terrorisme supranational sont restés sans écho. En Occident, le discours de l'Internationale socialiste, principal vecteur du «qui tue qui» faisait des ravages dans les rangs de certains cercles dirigeants et de nombreuses organisations non gouvernementales. Jusqu'à aujour-d'hui, notre pays subit encore les effets néfastes de ce «regard en biais et réducteur». Pour preuve, les Etats-Unis, tout en tenant à leur projet de mise en place d'un commandement militaire dans la région du Sahel africain, continuent paradoxalement de remettre la question des droits de l'homme sur le terrain quand ils négocient avec l'Algérie. Frances Fargo Townsend, la conseillère du président américain George W.Bush, a remis, à l'occasion de sa visite dans notre pays, le dossier de détenus algériens à Guantanamo. Elle a, certes, reconnu l'expérience algérienne de lutte contre le terrorisme acquise dans la douleur et les larmes. Cependant, elle a réitéré l'intransigeance américaine concernant la libération des six détenus algériens. Interrogé par Al Jazeera sur la valse des experts et des responsables sécuritaires américains au Maghreb, le directeur du Centre de recherches stratégique dans le monde arabe a estimé que l'Algérie, au même titre que le Moyen-Orient et les pays du Sahel, offre un terrain propice à l'action terroriste. C'est, selon lui, la raison majeure qui pousse aujourd'hui les Américains à prendre les devants et à insister sur l'installation d'un QG avancé dans la région.
Mais l'insistance américaine est devenue très embarrassante pour l'Algérie et même pour le Maroc, qui a récemment nié son intention d'offrir des bases aux Américains. La lutte contre la nébuleuse Al Qaîda demande d'autres moyens et approches, alors qu'à l'évidence, Washington cherche d'abord un point d'appui dans la région du Sahel, qui lui permet d'avoir une présence en continu de ses contingents militaires, comme c'est actuellement le cas pour la Corne de l'Afrique avec des marines américains stationnés à Djibouti. Pour l'Occident et particulièrement les USA, il est devenu, aujourd'hui, urgent de frapper le terrorisme là où les foyers potentiels de subversion se trouvent. Pour les «faucons» de Washington, c'est au Maghreb, au Sahel et au Moyen-Orient. Cette thèse que les Américains tentent de faire valoir en Europe, rencontre la résistance de nombreux pays dont l'Algérie. Ceux-ci ne veulent pas marchander leur souveraineté et refusent de «s'afficher» en public comme des soutiens incontestables et inconditionnels de la politique sécuritaire US, qui n'est, en réalité, qu'une couverture à l'hégémonisme qu'ils assurent sur le monde. Ils insistent pour eux de garder la liberté de leur mouvement, tout en contribuant à un contrôle plus efficace, outre de la lutte antiterroriste, des régions placées sous leur maillage militaire. Bien sûr, il serait naïf de croire que les discussions entre Mme Fargo Townsend et les responsables algériens seraient explicités. Et de toutes les manières, la conseillère de M.Bush est venue à un moment crucial pour la région du Maghreb.
Le palais royal au Maroc est en ébullition, l'Algérie et la Tunisie accueillent le président Sarkozy dans la première visite du genre que le chef de l'Etat français accomplit en dehors de l'Europe. Il n'ira pas à Rabat. Mais «l'impasse» marocaine ne sera pas pour autant un non-événement. C'est peut-être le coeur de l'événement! Le président français réussira-t-il à atténuer ce recul qui fait de la France un pays en déclin face au forcing américain au Maghreb? Difficile de répondre à cette question à un euro ou à un dollar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.