Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Fraudeurs sur ordonnance    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Souvenirs, souvenirs...    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De quoi sera fait demain?
GENERATIONS FUTURES
Publié dans L'Expression le 27 - 07 - 2008

Dans la conjoncture actuelle, l'économie nationale ne pourra compter que sur ses exportations en hydrocarbures.
Les 126 milliards de dollars de réserves de change permettront-ils à l'économie algérienne d'envisager un réel décollage?
Et pour le commun des mortels, lui permettront-ils légitimement d'envisager la vie en rose?
Deux questions naturellement liées, l'une ne va pas sans l'autre tant le confort des citoyens demeure, lui aussi, intimement lié aux performances de l'économie de leur pays ainsi qu'à sa bonne gouvernance.
Aussi, paradoxalement que cela puisse paraître et à défaut de le répéter encore une fois, l'Algérie qui bénéficie d'une aisance financière quasi historique, n'offre pas le visage d'un pays riche. Un constat qui, schématiquement, peut s'expliquer par une réponse: l'économie nationale est minée par ses importations. Elles sont en constante augmentation. Elles devraient passer de quelque 30 milliards de dollars en 2008 à près de 50 milliards de dollars en 2012, ce qui n'est guère rassurant si l'on considère que nos recettes en devises reposent essentiellement sur les hydrocarbures qui représentent 98% des exportations.
L'économie hors hydrocarbures permet d'engranger, bon an, mal an, 1 milliard de dollars. La confortable aisance financière de l'Algérie est due uniquement à l'envolée vertigineuse du prix du baril de pétrole. Ce dernier, qui flirtait avec la barre des 150 dollars, vient de connaître une chute spectaculaire. En quelques jours, il a perdu pas moins de 20 dollars passant d'un peu plus de 147 à 127 dollars. Une baisse qui est due à une baisse de la demande aux Etats-Unis et en Europe.
De quoi sera fait demain si cette chute brutale continue à persister? Doit-on compter sur cette fabuleuse manne de près de 130 milliards de dollars? D'un autre côté, l'on nous «promet» un baril à 200 dollars pour les prochaines années. C'est ce qu'a pronostiqué le directeur de l'Agence internationale à l'énergie, M.Nobuo Tawaka, lors de la conférence qu'il a tenue à Alger le 15 juillet 2008. Tout cela est conjoncturel.
Pour l'Algérie, il s'agit de faire face aux flambées des prix des matières premières, mais aussi des produits de consommation qui se répercutent négativement et en priorité sur le pouvoir d'achat des Algériens. Même si on est loin des PAP, les programmes antipénurie des années 80, leur spectre n'est pas loin. En l'espace de quelques mois, l'Algérie a dû faire face à la pénurie de la pomme de terre, au problème du renouvellement de ses stocks de blé, à la crise de la filière du lait et de l'importation des viandes ovines et bovines.
Le bidon d'huile de 5 litres a, lui aussi, flambé, il y a à peine quelques mois pour atteindre 950 DA. Celà était dû à la hausse des prix de la matière première, les oléagineux, sur le marché mondial.
A peine la tension retombée, voilà qu'on nous annonce une nouvelle hausse: celle du sucre. Pour les mêmes raisons. Force est de constater que l'Algérie est en train d'assurer en priorité sa sécurité alimentaire.
Des promesses sont faites à sa jeunesse qui n'y croit plus.
400.000 postes d'emplois par an seront créés, annonce Tayeb Louh, le ministre du Travail. Djamel Ould Abbès, ministre de la Solidarité nationale prévoit un taux de chômage à près de 10%. Une équation qui, somme toute, serait logique si toutes ces prévisions venaient à se réaliser. Les jeunes Algériens sont plutôt en proie au désespoir.
Et cela est prouvé par ces dizaines d'entre eux qui ne pensent qu'à fuir leur pays. Le suicide a pris de l'ampleur au même titre que la criminalité ou certains fléaux tels que la drogue. Signes d'un malaise évident. Une situation qui peut être résumée par une phrase d'Ahmed Ouyahia.
Le nouveau chef du gouvernement avait déclaré, lors de l'ouverture du troisième congrès du RND, que «nos compatriotes ne sont pas heureux dans leur quotidien et ne sont pas rassurés sur leur avenir». Cela se passe de commentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.