Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    Protestation des Robes noires    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Premier League : Manchester United s'impose dans la douleur à Brighton    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Sit-in des médecins et infirmiers, devant le siège de la DSP    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Importation: Pas de retour aux licences    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rentrée scolaire après l'Aïd»
LES PARENTS D'ELÈVES SUGGÈRENT
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2009

Le Snapest demande le maintien d'une journée et demie de repos et de travailler le vendredi matin.
La prochaine rentrée scolaire, prévue pour le 13 septembre, suscite la polémique. Administration, parents et syndicats ne semblent pas se trouver sur les mêmes longueurs d'onde.
Ainsi, certains insistent sur le report de cette date, qui intervient à l'orée de la quatrième semaine de jeûne, pour après l'Aïd El Fitr.
D'autres, par contre, proposent plutôt l'augmentation des salaires pour que les enseignants ne soient pas affectés par les importantes dépenses induites autant par la rentrée scolaire que l'approche de la fin du mois sacré de Ramadhan et les achats pour l'Aïd.
Ainsi, les parents d'élèves contestent-ils cette date. «Le report aiderait les familles à bien se préparer surtout financièrement», soutient Khaled Ahmed, président de l'Union nationale des associations des parents d'élèves (Unape). Il suggère ainsi la date du 26 septembre comme premier jour de la reprise des cours. «Nous avons soumis officiellement la question du report de la rentrée au ministre de l'Education nationale», assure à L'Expression.
M.Khaled. En outre, certains syndicats ne voient pas l'utilité de ce report et tiennent au maintien de la date du 13 septembre. Ils insistent plutôt sur le volet financier de la question. C'est le cas de Meziane Meriane, responsable du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest).
Pour ce syndicaliste, le problème réside dans la prise en charge financière des fonctionnaires dont le pouvoir d'achat est en nette dégradation. «Les dépenses, nous les avons toujours eues et nous les aurons aussi après l'Aïd. Il s'agit plutôt de revaloriser les salaires des travailleurs pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs enfants», suggère-t-il. «Le volume horaire est assez chargé et donc on ne doit pas décaler la date. Au contraire, il faut en profiter pour mettre l'élève dans le bain et l'adapter au nouveau week-end», estime M.Meriane.
En effet, l'année scolaire débutera un dimanche. Cependant, notre interlocuteur tout comme le président de l'Unape conteste ce réaménagement. Il demande à ce que l'ancien système de repos soit maintenu pour le nouveau week-end, c'est-à-dire, toujours garder une journée et demie pour les enseignants et travailler le vendredi matin. «Il est impossible de venir à bout des programmes chargés si l'on ne travaille pas la matinée du vendredi. Cela se répercutera négativement sur le volume horaire et sur les élèves puisqu'ils ont besoin de temps pour assimiler les cours d'autant plus qu'on parle de l'allègement des programmes scolaires», appuie notre interlocuteur.
De son côté, M.Boudaha de la Fédération nationale des travailleurs de l'éducation (Fnte) avoue que le passage au nouveau week-end posera naturellement problème au début de la rentrée scolaire. Cependant, explique-t-il, puisque le département de Benbouzid a décidé de réduire les horaires d'enseignement à 47 minutes au lieu d'une heure, cela aidera certainement à régler rapidement la situation.
Il est à souligner que ces points, seront discutés, le 26 août prochain, entre le ministre de l'Education nationale et les partenaires sociaux. A noter qu'ils seront 8.113.152 élèves inscrits dans les différents cycles d'enseignement à rejoindre, cette année, les bancs de l'école. Ils seront accueillis dans 24.564 établissements éducatifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.