Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La modernité génocidaire commence en 1492»
L'OCCIDENT À LA CONQUÊTE DU MONDE DE CHEMS EDDINE CHITOUR
Publié dans L'Expression le 23 - 06 - 2010

Qui ne se souvient des premiers massacres perpétrés au nom de la civilisation occidentale contre les peuplades paisibles d'Amérique, d'Afrique et d'Asie?
Il est sûr que nous observons avec le grand historien français Marc Ferro, qui fut un temps après la Seconde Guerre mondiale enseignant en Algérie, ce qu'il dénonce dans son «Livre noir du colonialisme, xvie-xxie siècles: de l'extermination à la repentance», quand il écrit: «Aujourd'hui, devant les famines qui menacent, les grandes puissances jouent les Ponce Pilate comme si elles n'étaient pas des agents de cet impérialisme multinational qui, sur les populations les plus faibles, resserrent les rets de la mondialisation. Un autre génocide, d'une certaine façon?» Cette remarque n'a évidemment pas échappé à Chems Eddine Chitour puisqu'il nous la signale dans son avant-propos à son volumineux ouvrage L'Occident à la conquête du monde, une extermination sans repentance (*), sauf que l'auteur, qui est Algérien et chercheur consciencieux, va, me semble-t-il, plus au fond de la problématique: savoir qu'il n'est de civilisation, dirais-je, que celle qui est consciente de sa propre valeur civilisatrice et qui agit en conséquence. Une civilisation - un état de fait considéré comme tel -, oublieuse des codes et principes humanitaires qu'elle s'était pourtant forgés pendant des siècles dans l'amour et la fraternité humaine, n'est pas une civilisation; elle n'est même pas un semblant de civilisation, parce qu'elle n'a aucune vertu envers elle-même, ni de sauvegarde ni de respect: elle est la haine masquée pour tout ce qui serait son contraire!
Aussi, sachant que la colonisation, et pis que cela le néocolonialisme parce qu'il s'approprie les intellectuels de son ancienne colonie, est avant tout un système économique d'oppression. Voilà pourquoi les anciens pays colonialistes renforcent, sans relâche et coûte que coûte, le bloc de leur solidarité. L'Occident a inventé le colonialisme et formé ses troupes d'aventuriers et commerçants puis il leur a appris à sourire et à sévir. Entre autres militaires et gouvernants français, un général de la conquête de l'Algérie, Bugeaud, «l'ardent colonisateur», le concepteur de la devise «Par l'épée et par la charrue», aura ouvert un nouveau registre des lois et des techniques génocidaires des oppresseurs occidentaux. Mais, en vérité, «l'odieux prestige» de l'Occident impérialiste, dans tous ses états de terreur et de répression, aura commencé des siècles et des siècles plutôt dont celui où se sera inscrite l'année 1492. Cette date n'aura été qu'un repère bien «médiocre» sur son parcours vers la domination totale des peuples qu'il aura fallu convertir aux «valeurs de l'Occident»...
À ce sujet, l'ouvrage L'Occident à la conquête du monde de Chems Eddine Chitour apparaît comme une étude riche en questionnements et autant en documentation référenciée pour nous éclairer quelque peu sur notre planète bafouée, meurtrie, asservie et où tonne la confrontation de deux solidarités: celle des colonisateurs et celle des colonisés - même si les temps sont bien changés, la confrontation, sous une autre forme aussi; et elle est vive entre néocolonialisme et anciennes colonies. Et globalement entre l'Occident et le reste du monde. Dans son livre l'auteur aborde des thèmes d'une grande importance historique: L'Occident chrétien et la genèse du phénomène colonial; L'inégalité des races et des religions; L'esclavage; L'orientalisme ou le colonialisme culturel; Une brève histoire de l'Algérie; Les intellectuels français et la colonisation; La réalité de l'oeuvre positive de la France dans ses colonies; Errance des pays après leurs décolonisation.
Chems Eddine Chitour se propose donc de nous esquisser, non pas un bilan définitif, mais une humaine incursion dans un champ où l'histoire de l'humanité reste encore à analyser et à expliquer. «Le postulat de départ, écrit-il, est que l'Occident chrétien se veut être, à tort, le seul producteur de sens et de normes. [...] Mais le régime colonial n'est pas seul en cause, pas plus qu'un antisémitisme allemand permet d'ignorer parfois l'extension des crimes contre des non-juifs et les ordres d'extermination mis en oeuvre avant 1914 contre les Hereros du Sud-Ouest africain.» Pour sa démonstration, d'une tenue pédagogique, et s'appuyant sur des études de spécialistes de la question, le professeur Chitour se limite à l'histoire du colonialisme s'étalant «sur les cinq derniers siècles. Et elle [la colonisation] n'épargne aucun continent. Histoires diverses, bien sûr, parce que les conditions de l'expansion ont varié d'un Etat à un autre, d'un imaginaire à un autre.»
L'intervention, vigilante et pertinente, conduite par notre chercheur nous rafraîchit la mémoire sur bien des points des événements coloniaux locaux, et d'une manière générale de l'impérialisme dans le monde.
Donnons acte à Chitour: effectivement «Décrire toutes les horreurs induites par la colonisation, sans décrire les fondements des processus de colonisation, ne pourrait permettre de savoir ce qui s'est réellement passé et pourquoi cela s'est passé.» Une remontée jusqu'aux fins fonds de l'Histoire, comme après une plongée réussie en mer houleuse, nous rapporte des pièces importantes, en attendant d'autres, pour compléter et comprendre notre héritage historique, et pouvoir peut-être mieux nous connaître pour mieux agir dans une mondialisation qui, à considérer déjà ses inconséquences, semble s'étaler inexorablement comme une ombre fatale sur l'humanité. Osons cette observation générale: des Européens, trompés par leur bonne foi, étaient pour la colonisation de l'Algérie, car ils pensaient y apporter la démocratie. Or, dans le même temps, leurs gouvernants se sont armés pour nier l'identité algérienne.
En conclusion, ayant savamment «déconstruit notre imaginaire hérité», Chems Eddine Chitour plaide à la fois pour une écriture saine et honnête de l'histoire de l'Occident à la conquête du monde et pour que justice soit rendue aux peuples des anciennes colonies par la repentance des pays colonisateurs. Mais, hélas, nous sommes toujours trop loin, ainsi que le note Chitour, des simples voeux de l'ancien Premier ministre français Dominique Villepin qui, dans son discours d'inauguration de l'année de l'Algérie en France, en 2002, proclamait: «... La France et l'Algérie ont besoin de se retrouver. [...] À nous de nous tourner main dans la main vers l'avenir et de le construire ensemble.» Or, n'est-il pas certain que le problème demeure entier puisqu'une loi française, contre toute vérité, tend à estimer que la colonisation a joué un rôle positif en Algérie?...
(*) L'Occident à la conquête du monde de Chems Eddine Chitour, ENAG, Alger, 2009, 496 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.