«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



forte mobilisation à tizi ouzou
Publié dans L'Expression le 07 - 11 - 2002

L'appel à la grève de l'Union nationale des barreaux algériens a été massivement suivi.
Décidée en riposte et, en solidarité avec les avocats de Tizi Ouzou, molestés dans l'enceinte du tribunal de Tizi Ouzou par les policiers, lors de l'arrestation des délégués des ârchs, dont Belaïd Abrika, l'action s'est doublée d'un sit-in des avocats en robe devant la cour de Tizi Ouzou. Il faut dire que les Robes noires du barreau de Tizi Ouzou et les autorités judiciaires ne sont plus sur la même longueur d'onde. Les avocats reprochant aux autorités judiciaires d'avoir «toléré» et de ne pas avoir réagi aux dépassements qui s'étaient produits dans l'enceinte du tribunal de Tizi Ouzou. Rappelons que le 13 octobre dernier, des éléments des services de sécurité ont procédé, dans l'enceinte du tribunal de Tizi Ouzou, à l'arrestation de quatre délégués des ârchs, dont Belaïd Abrika. Les avocats présents ayant tenté de s'interposer en rappelant aux policiers les formes qu'il faut respecter en pareil cas, se sont vus bousculés et même molestés. Des avocats ayant eu à constater sur leurs personnes des coups et blessures et leurs robes déchirées. Leur action de protestation: 3 jours de grève et boycott des sessions criminelles, ainsi que l'assistance judiciaire, vient d'être soutenue par l'Union nationale des barreaux algériens. Cette action, loin de trouver une issue, s'est compliquée à souhait. Le Président de la République est également saisi par cette affaire en sa qualité de premier magistrat du pays. Loin de trouver un terrain d'entente favorable au dialogue, la crise s'est accentuée quand, lundi dernier, lors de l'ouverture de l'année judiciaire, les avocats auraient été carrément écartés de la cérémonie. L'un d'eux, avocat de renom, et membre du bâtonnat de Tizi Ouzou, a même subi «un camouflet» au portail de la cour. L'agent préposé à la sécurité, lui ayant demandé d'ouvrir son cartable pour un contrôle. Aussi, réunis au niveau de leur salle à la cour (la parlotte), les avocats ont décidé de quitter les lieux. Ce débrayage a été suivi au niveau des sept tribunaux de la wilaya : Tizi Ouzou, Aïn El-Hammam, Azazga, Ouacifs, Larbaâ Nath Irathen, Tigzirt et Draâ El-Mizan. Même s'il faut noter qu'en raison des saccages observés lors des événements du printemps noir, au niveau des tribunaux de Ouacifs et d'Aïn El-Hammam les ont rendus non fonctionnels.
Contacté par la presse, un avocat, Me Hanoune, déclare que «la journée d'aujourd'hui (hier, Ndlr) ne se réduit pas à la seule protestation et à la seule solidarité. Mais elle se veut aussi une action de protestation et de dénonciation des graves dépassements ayant visé la profession...». considérant que «c'est toute la profession qui est visée», Me Hanoune ajoute: «La grève nationale d'aujourd'hui est une action d'envergure, emboîtant le pas aux actions menées par le barreau de Tizi Ouzou.» C'est en somme un «message» destiné au pouvoir et à la police, afin de leur faire comprendre «la sacralité des franchises judiciaires». A noter que les avocats de Tizi Ouzou ont décidé le boycott des sessions criminelles et des assistances judiciaires «jusqu'à ce que les auteurs des dérapages soient sanctionnés et traduits devant la justice».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.