Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Senteurs d'Orient
ELIE MAÂLOUF EN CONCERT À IBN ZEYDOUN
Publié dans Liberté le 08 - 05 - 2010


Lorsqu'on porte l'un des patronymes les plus célèbres dans le monde des arts, on est soit trop bon, soit trop mauvais. Le pianiste, Elie Maâlouf fait partie de la première catégorie : il est très bon ! Il joue divinement du piano, et avec sa formation, Elie Maâlouf Quintet, il parcourt le monde et présente ses compositions aux riches sonorités, où coexistent dans la paix et l'harmonie les sons profonds et charmeurs de l'Orient, et les airs contemporains de l'Occident. Elie Maâlouf a un réel don, ce qui lui permet de se distinguer. Invité par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), qui a entamé, il y a quelques semaines, avec la chanteuse tunisienne, Abir Nasraoui, son cycle “Nouvelles musiques d'Orient”, Elie Maâlouf a dispensé, mercredi dernier à la salle Ibn Zeydoun, un concert magistral, parce qu'il est un musicien d'exception. Son talent se devine à sa formidable manière de jouer du piano, tout en retenue, à sa sobriété, et à ses compositions méditatives et enchanteresses à la fois. Ses morceaux, à l'exemple de Hazar, Rachaya ou Meqwanine, ont ébloui l'assistance, très nombreuse, par leur profondeur et leur justesse. Mais ce qui rend la démarche musicale d'Elie Maâlouf, encore plus intéressante, c'est le large champ d'improvisation, qui a permis, entre autres, à la saxophoniste de briller, durant le concert. Dans chaque morceau, il y a un air qui est joué continuellement, jusqu'à l'essoufflement, jusqu'à l'épuisement. Et il y a aussi les solos de piano et de saxophone, charmants et troublants. La musique est comme une offrande pour Elie Maâlouf Quintet ; et les musiciens semblaient demander aux spectateurs de ressentir cette mélodie. Avant de terminer la soirée avec la station tant attendue des solos, Elie Maâlouf a invité le talentueux joueur de bouzouki, Aïssa Hassan, sur scène. Après une magnifique intro, cet artiste a repris à sa manière, et de la plus belle des manières, la chanson Ya Dzaïr zinet khtef aâqli d'Ahmed Wahbi. En somme, le concert d'Elie Maâlouf fait partie de ces soirées qui comptent. Il a offert au public des fragments d'éternité tout en répandant partout dans la salle, les senteurs parfumées de l'Orient. Un Orient si compliqué et si simple à la fois.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.