Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Senteurs d'Orient
ELIE MAÂLOUF EN CONCERT À IBN ZEYDOUN
Publié dans Liberté le 08 - 05 - 2010


Lorsqu'on porte l'un des patronymes les plus célèbres dans le monde des arts, on est soit trop bon, soit trop mauvais. Le pianiste, Elie Maâlouf fait partie de la première catégorie : il est très bon ! Il joue divinement du piano, et avec sa formation, Elie Maâlouf Quintet, il parcourt le monde et présente ses compositions aux riches sonorités, où coexistent dans la paix et l'harmonie les sons profonds et charmeurs de l'Orient, et les airs contemporains de l'Occident. Elie Maâlouf a un réel don, ce qui lui permet de se distinguer. Invité par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), qui a entamé, il y a quelques semaines, avec la chanteuse tunisienne, Abir Nasraoui, son cycle “Nouvelles musiques d'Orient”, Elie Maâlouf a dispensé, mercredi dernier à la salle Ibn Zeydoun, un concert magistral, parce qu'il est un musicien d'exception. Son talent se devine à sa formidable manière de jouer du piano, tout en retenue, à sa sobriété, et à ses compositions méditatives et enchanteresses à la fois. Ses morceaux, à l'exemple de Hazar, Rachaya ou Meqwanine, ont ébloui l'assistance, très nombreuse, par leur profondeur et leur justesse. Mais ce qui rend la démarche musicale d'Elie Maâlouf, encore plus intéressante, c'est le large champ d'improvisation, qui a permis, entre autres, à la saxophoniste de briller, durant le concert. Dans chaque morceau, il y a un air qui est joué continuellement, jusqu'à l'essoufflement, jusqu'à l'épuisement. Et il y a aussi les solos de piano et de saxophone, charmants et troublants. La musique est comme une offrande pour Elie Maâlouf Quintet ; et les musiciens semblaient demander aux spectateurs de ressentir cette mélodie. Avant de terminer la soirée avec la station tant attendue des solos, Elie Maâlouf a invité le talentueux joueur de bouzouki, Aïssa Hassan, sur scène. Après une magnifique intro, cet artiste a repris à sa manière, et de la plus belle des manières, la chanson Ya Dzaïr zinet khtef aâqli d'Ahmed Wahbi. En somme, le concert d'Elie Maâlouf fait partie de ces soirées qui comptent. Il a offert au public des fragments d'éternité tout en répandant partout dans la salle, les senteurs parfumées de l'Orient. Un Orient si compliqué et si simple à la fois.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.