Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Otages de fausses promesses    Cela n'a pas été le tsunami mais l'éveil d'une conscience citoyenne    Ouverture jeudi du salon international SIAHA: Des ambitions et des défis à relever pour promouvoir la destination Algérie    Des assisses pour «réformer» les agences foncières: Vers un rôle plus actif dans la réglementation urbaine et l'aménagement du territoire    L'offre est valable du 21 février au 26 octobre: Des réductions de 55% accordées par Air Algérie vers l'étranger    Marches à travers le pays contre le 5ème mandat    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    La Mecque, y aller ou pas    USMH - Suspendu pour dopage: Le joueur Naïli clame son innocence et accuse     Football - Ligue 2: Le NC Magra doucement mais sûrement    Ligue 1 - Match retard: MCA - MCO, le match de toutes les appréhensions    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Plus de 7 kg de kif saisis et quatre individus arrêtés    Maghnia: Deux femmes et un enfant retrouvés morts    Saïda: Un couple assassiné dans son domicile    Oran abrite le championnat régional    La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants et saisie de 10,5 kg de cannabis    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Tayeb Belaiz prète serment    La CAF rejette le recours de la FAF    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Plus de 11.000 infractions en 2018    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La langue est un “bien-vacant” ! (2/2)
Souffles…
Publié dans Liberté le 13 - 05 - 2010

Brûler ces livres, idéologiquement incorrects ! est un devoir “national” ! Il faut en finir avec cette longue liste : Nedjma, de Kateb Yacine, la trilogie : la Grande Maison, le Métier à tisser, l'Incendie, de Mohammed Dib, l'Elève et la Leçon, de Malek Hadda, l'Algérie, nation et société, de Mostefa Lacheraf, la Colline oubliée, de Mouloud Mammeri, le Fils du pauvre, de Mouloud Feraoun, Idris, de Aly Hammami, l'Escargot entêté, de Rachid Boudjedra, les Enfants du nouveau monde, de Assia Djebar, le Silence des cendres, de Kaddour M'hamsadji, Yahia Pas de Chance, de Nabil Farès, le Témoin, de Djamel Amrani, le Muezzin, de Mourad Bourboune, la Grotte éclatée, de Yamina Mechekra, Je brûlerai la mer, de Youcef Merahi, les Pieds de Yasmine, de Aïcha Kassoul, la Chrysalide, de Aïcha Lemsine, Entendez-vous dans les montagnes, de Maïssa Bey, À quoi rêvent les loups, de Yasmina Khadra, le Serments des Barbares, de Boualem Sansal, le Chien d'Ulysse, de Salim Bachi, la Nuit du henné, de Hamid Grine, Voie anticolonialisme, de Abdelkader Djeghloul, la Fable du nain, de Kamel Daoud, un Eté de cendres, de Abdelkader Djamaï, Humanisme et Islam – Combats et Propositions, de Mohamed Arkoun, le Soleil sous les armes, de Jean Sénac, Lui, le livre, de Mahdi Acherchour, Algérie, Capitale Alger, d'Anna Gréki, les Chercheurs d'os, de Tahar Djaout, le Fleuve détourné, de Rachid Mimouni, Prophète, de Hadi Flici, l'Interdite " de Malika Mokeddem, le Soleil assassiné, de Myriam Ben et la poésie de Youssef Sebti… La liste est longue. En écoutant les propos de ce douktour, l'Algérie doit “vider” sa bibliothèque nationale de la moitié de son fond documentaire ! À la mer ! En écoutant ce douktour, notre pays doit nettoyer la mémoire nationale de la moitié de son capital symbolique glorieux ! À l'enfer ! Et il faut bannir la moitié des écrivains de nos espaces culturels ! Mais, ce douktour oublie que dans un arabe classique (pur) et correct ! Celui d'Ibn Jenni et d'Al Mutanabbi que chouyoukh el Azhar ont émis une fetwa justifiant et permettant au pouvoir égyptien de construire la barrière électronique sous-sol sur le long de la frontière entre la Bande de Gaza et l'Egypte pour asphyxier les Ghazaouis ! Et j'aime les écrits de Darwich, Abdel Hamid Benhadouga, Adonis, Haidar Haidar, Abdou Wazeen, Djamel Ghitany, Abbas Baydoune, Djoumana Haddad, Ibrahim Al Kawni, Nabil Souleimane, Mohamed Berrada, Iliyas Khouri, Paul Chaoul et d'autres. La langue est un bien-vacant. Elle qui espère des écrivains une occupation positive. Ainsi, il est demandé à l'occupant littéraire de donner une vie et une âme à ce bien-vacant. Nous, écrivains, colonisons les langues. Et le français, pour moi, n'est qu'une nouvelle colonie. En écoutant ce douktour, je me suis dis : l'âge des lumières modernes est encore loin, très loin ! Et je suis triste, mais sans perdre le sens de la résistance intellectuelle !
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.