Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le contrôle des films existe déjà
À propos de l'article 5 du projet de loi sur le cinéma
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2010

L'article 5 du projet de loi relatif au cinéma, examiné cette semaine à l'Assemblée populaire nationale (APN), continue de susciter un large débat entre les députés, mais aussi entre cinéastes. L'article 5 en question stipule que “la production des films sur la guerre de libération nationale et ses symboles est subordonnée à l'accord préalable du gouvernement”. C'est le député Noureddine Aït Hamouda, du RCD, qui a ouvert le bal des débats en estimant que le projet de loi “criminalise les cinéastes”. Et, pourtant, la commission a demandé l'avis de 22 experts et professionnels du cinéma, parmi eux plusieurs réalisateurs connus et représentants des associations de cinéma pour examiner le projet en question.
Parmi les réactions des professionnels sur cet article polémique, le producteur et réalisateur Bachir Derraïs, qui a déclaré à ce propos : “Si c'est pour bloquer des films qui portent atteinte à la révolution ou l'un de ses symboles, c'est ok, mais si pour alourdir les mesures de production déjà difficiles pour faire des films sur la Révolution, je suis contre. Il existe déjà le ministère de la Culture, ce département représente l'Etat à ce que je sache. C'est lui qui fournit les autorisations de tournage et étudie les scénarios à travers le Fdatic. Peut-être qu'il faut renforcer la commission du Fdatic par 2 ou 3 historiens chevronnés lorsqu'il s'agit des films historiques. Sinon, le gouvernement doit donner la responsabilité entière au ministère des Moudjahidine pour tout ce qui concerne la Révolution et ne pas multiplier par 30 les blocages et les autorisations pour les cinéastes et les créateurs. C'est positif, car c'est la première fois depuis longtemps qu'il n'y a pas eu de débat sur le cinéma. Maintenant, ça finira forcément par s'arranger.” Un autre réalisateur qui a préféré garder l'anonymat a déclaré que “cet article est mal expliqué et présenté par les députés du FLN. En définitive, nous sommes déjà contrôlés par l'Etat, puisque le ministère ou encore la télévision ont un doit de regard sur les scénarios écrits sur la Révolution. Donc, ce n'est pas de la censure, mais plutôt une régularisation de la profession”.
En réalité, tous les projets sur la Révolution sont contrôlés, à travers la lecture du scénario. Des commissions d'étude du fait historique dépendant du ministère des Moudjahidine ont même été installées pour étudier les projets de documentaires produits par l'ENTV. Car ce qui échappe en réalité au contrôle de l'Etat, ce sont en réalité les documentaires. Les documentaires de Jean-Pierre Lledo, Algérie histoire à ne pas dire, ou encore la Chine est encore trop loin, de Malek Bensmaïl, qui ont été financés par le ministère de la Culture, sont au final sortis de leur contexte en écorchant les symboles de la révolution.
Cela a poussé le ministère de la Culture à installer les mécanismes juridiques pour lutter contre les déviations historiques. L'autre fait qui a poussé le gouvernement à changer sa politique sur la production des films sur la Révolution, c'est le traitement des films sur les figures historiques.
Le cas du film Benboulaïd et l'épisode de son assassinat suite à une trahison ont relancé le débat sur le fait historique. Les projets de film sur Krim Belkacem, présenté par Ahmed Rachedi, sur le colonel Lotfi, ainsi que sur Zabana et surtout sur Larbi Ben M'hidi ne doivent pas sortir du contexte historique déjà connu par des millions d'Algériens et des centaines d'historiens.
En définitive, le ministère de la Culture ne fait qu'adopter des mécanismes qui existent déjà en France, où le film est contrôlé, avant d'accorder un financement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.