4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diva a travaillé avec ces deux sommités de l'art musical kabyle
L'hommage de Nouara à Matoub et Cherif Kheddam
Publié dans Liberté le 28 - 05 - 2012

“Ils sont toujours vivants dans nos cœurs”. Nouara, qui a travaillé avec Cherif Kheddam et Lounès Matoub durant sa longue carrière, ne pouvait ne pas évoquer ces deux artistes, aujourd'hui au firmament du Ciel.
De passage à Montréal où elle a donné un concert dans le cadre de la 4e édition du Festival culturel nord-africain (FCNA), la chanteuse Nouara est revenue sur le parcours qu'elle a partagé avec Cherif Kheddam et Matoub. “Cherif est un artiste complet, un perfectionniste”, dit-elle de celui qui l'avait remarquée lorsqu'elle était dans une émission enfantine à la radio. Quelques essais de voix et la jeune Nouara ne tardera pas à subjuguer par sa puissance vocale celui qui sera par la suite son mentor. C'était en 1963. Une année après, elle a enregistré avec Cherif Kheddam sa première chanson, Ayen ur tezrid. Commence alors une longue carrière dans la chanson, parallèlement à son travail de comédienne à la radio nationale. Même si beaucoup d'auteurs ont aidé Nouara, comme Mohamed Hilmi, Benmohamed, Hassan Abassi, Madjid Bali, le nom de Cherif Kheddam reste intimement lié à la carrière de diva kabyle. “Sans lui, je ne serais pas Nouara”, avoue-t-elle. “Cherif Kheddam faisait beaucoup de recherches musicales ; il écoutait les musiques turque, grecque, égyptienne, etc. C'était un maestro”, reconnaît Nouara, qui a été honorée, mercredi dernier, à l'occasion d'une cérémonie organisée à l'hôtel le Gouverneur, à Montréal. Des toiles réalisées par des artistes peintres algériens établis au Canada ont été offertes à Nouara. Sa première cassette est sortie en 1974, année internationale de la femme. Mais il faut attendre une décennie pour voir Nouara réaliser en solo un album qui restera dans l'anthologie musicale kabyle. Un projet d'un album murissait dans la tête de Nouara, mais la maladie de Cherif Kheddam et, par la suite, sa disparition en janvier 2012 ont ajourné l'initiative. Les spectacles sont une sorte de thérapie pour la chanteuse. Elle a sillonné les plus grandes scènes, aussi bien en Algérie qu'à l'étranger, dont le mythique Olympia de Paris. “Je n'ai jamais répété, c'était Cherif qui faisait les répétitions”, révèle-t-elle. Invitée à la radio CFMB à la veille de son gala à Montréal, Nouara est revenue sur le travail fait en duo avec Lounès Matoub. “Je l'ai rencontré en 1992. Aussitôt, une solide amitié s'est nouée entre nous. J'ai découvert un grand artiste, mais aussi un homme sensible et plein de modestie. J'ai enregistré trois chansons avec lui”, témoigne Nouara, qui dit ne pas oublier la tournée qu'elle avait faite avec Matoub au Canada en 1992.
“J'ai côtoyé un artiste plein d'humilité et qui vouait un respect immense à la femme”, dit-elle. Matoub et Nouara ont collaboré ensemble dans l'enregistrement d'un double album Hymne à Boudiaf dans lequel on a eu le loisir de découvrir le génie professionnel et la puissance vocale des deux artistes. “Je voulais faire un album avec lui, mais dommage il n'est plus parmi nous”, regrette celle qui se dit encore affectée par l'assassinat du Rebelle.
Nouara a révélé un projet qui sommeille depuis 15 ans avec Medjahed Hamid et Madjid Bali. La maquette est prête et le produit fini.
Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.