Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Derby County: Rooney nommé manager à plein temps !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NOIR ET BLANC
Otages
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

J'ai beau zapper entre les chaînes françaises pendant la prise d'otages d'in Amenas pour en savoir un peu plus, je n'ai trouve que des commentateurs remontés qui répétaient la même question en boucle : quel sort les terroristes allaient réserver aux otages occidentaux et combien étaient-ils ? Ils en avaient l'estomac littéralement noué.
Et à force de tripoter les chiffres les plus fantaisistes et les plus contradictoires sans même en vérifier la source, ils ont fini par focaliser toute l'actualité politique de l'Hexagone sur le sujet. Pour certains spécialistes appelés à la rescousse dans les studios, ces hommes retenus contre leur gré sont pour les djihadistes une aubaine, une plus-value négociable et échangeable contre une rançon de plusieurs millions de dollars. Pour d'autres, ils représentent au contraire un visa de sortie pour les terroristes, la garantie de leur fuite en cas d'échec du périmètre des opérations.
Dans la confusion générale, des stations se sont mises à accuser ouvertement les Algériens de n en faire qu'à leur tête comme s'il leur fallait la permission de régler un problème intérieur... à l'intérieur de leur territoire.
Des chancelleries leur ont aussitôt emboîté le pas. David Cameron, selon ceux qui l'avaient approché était rouge de colère.
Un ancien responsable du GIGN français, qui n'a jamais eu affaire qu'à des petits braquages de banque en banlieue et prises d'otages de quelques clients, s'est même permis de nous proposer avec beaucoup de condescendance ses recettes personnelles pour déloger les tangos du site. Mais à aucun moment, que ce soit les journalistes, les consultants ou les envoyés spéciaux, personne n'a eu le moindre mot de compassion pour les 600 Algériens piégés à In Amenas.
Ce sont des hommes eux aussi et ces locaux comme vous les appelez dans vos compte rendus ont le droit de vivre et n'ont pas vocation à mourir. Cela vous l'avez pitoyablement occulté et vous vous êtes discrédités à nos yeux.
M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.