Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belgique:
EMPECHER L'ENROLEMENT DE JEUNES EUROPEENS DANS LES ZONES DE COMBAT
Publié dans Liberté le 11 - 03 - 2013

Alors que le médiateur des Nations Unies Lakhdar Brahimi rencontre ce lundi les ministres des Affaires étrangères des 27 à Bruxelles , de plus en plus de voix s'élèvent contre l'enrôlement d'Européens en Syrie.
L'inquiétude est d'autant plus perceptible que l'organe « Eurojust » - qui regroupe à La Haye 27 procureurs de l'Union européenne et coordonne les échanges d'informations à ce propos entre les divers Etats de l'Union- estime à plusieurs centaines le nombre d'Européens partis se battre aux côtés des rebelles syriens.
Tout récemment, le député libéral belge Denis Ducarme est monté au créneau : il exige de la ministre belge de la Justice la publication d' un arrêté royal visant à interdire aux ressortissants du royaume d'aller se battre en Syrie.
Jeudi dernier , au cours d'un interview diffusée par la radio privée flamande VRT, Michèle Coninsx, la magistrate belge qui préside Eurojust, a avancé le chiffre de "quelques dizaines de jeunes Flamands" originaires d'Anvers, de Malines et de Vilvorde,la participation de jeunes dans les zones de combat en Syrie mais le phénomène serait même plus important.
Le quotidien « La Libre Belgique » chiffre , de son côté, à 70 le nombre de Belges qui se battraient ainsi en Syrie actuellement. Ce nombre n'est toutefois pas confirmé par la Sûreté qui tente de circonscrire ce phénomène fluctuant mais les services belges de renseignement se montrent inquiets face à l'attraction que peut susciter l'écho du djihadisme en Syrie auprès des jeunes ainsi que des conséquences de cette participation lorsqu'ils reviendront en Europe.
Ces jeunes, après avoir reçu une formation militaire , pourraient en effet recevoir par des groupes comme AlQaeda, la mission de commettre des attentats avec la facilité de se fondre dans la société de leur pays d'origine car ils ne portent pas la barbe , sont vêtus comme des occidentaux ou boivent même de l'alcool... Un comportement qui " a pour but de passer inaperçu et de s'intégrer à la société qu'ils entendent attaquer" comme l'a indiqué le 8 février le ministère espagnol de l'Intérieur après l'arrestation d'un Marocain de 22 ans, Mohamed Echaabi, présenté comme un "terroriste présumé".
Quoi qu'il en soit cette participation de jeunes européens en Syrie semble probable même si la Syrie n'est pas l'Afghanistan dans la mesure où il n'y a pas dans ce pays des forces occidentales contre lesquelles se battent des islamistes comme c'est le cas en Afghanistan. D'autre part, les pays européens restent en retrait par rapport à ce conflit.
Certains de ces jeunes sont néanmoins des recruteurs de l'islam radical comme ce fut le cas du Tunisien Moez Garsallaoui dont la mort par un drone américain, en octobre 2012 au Pakistan , est désormais confirmée par le renseignement belge. Moez Garsallaoui, qui avait vécu en Belgique, est en effet considéré comme le mentor de Mohamed Merah, ce gamin de la banlieue de Toulousaine devenu tueur en série après un séjour au Pakistan et en Afghanistan. D'autres jeunes répondent aux appels désespérés qui proviennent d'une Syrie déchirée où l'on dénombre déjà , selon l'ONU, 70 000 victimes ; C'est la cas de Ayachi, le fils du Cheikh Bassam de Bruxelles qui vit actuellement en Syrie et dirige une brigade d'assaut de 600 hommes contre le régime du président Assad au sein des « Faucons du Sham ».
Un homme fort courtisé par les barbouzes français et américains pour libérer des otages étrangers retenus dans la région...
A.M


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.