Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HOMMAGE à AMMAR NEGADI
Une conscience qui ne dort pas
Publié dans Liberté le 26 - 08 - 2013

Cet intellectuel a notamment participé à l'élaboration du calendrier agraire qu'on appelle communément calendrier berbère ; il est également l'auteur de plusieurs ouvrages, comme Aurès, comment combattre l'enclavement, ou encore Apprendre à lire et à écrire, le défi du millénaire.
Un enfant des Aurès qui n'a pas, ou peu vécu dans son pays natal, par contre ce pays ("thamurth"), cette terre qu'il a quittée tout jeune vivait en lui, car tout au long de sa vie qu'il a passée en France, Paris plus précisément, le fils de Merouana, sa ville natale dans la wilaya de Batna, n'a à aucun moment et jusqu'à son dernier souffle renoncé à son appartenance, à son pays d'origine, à son combat pour les libertés, la démocratie et l'identité.
Cinq ans après sa disparition, suite à une longue et douloureuse maladie, beaucoup de citoyens, en particulier des jeunes à travers les Aurès, et même au-delà, trouvent aussi bien dans le parcours du défunt et infatigable militant une source d'inspiration car riche en enseignements, qu'un exemple à suivre, sachant que de son vivant Amar Chaoui (le pseudo qu'il avait choisi pour ses écrits) ne s'est jamais prétendu guide ou modèle, encore moins chef, pour la simple raison, nous disent ceux et celles qui ont eu à le côtoyer, qu'être leader ne faisait pas partie de ses ambitions, cependant il en avait une (ambition), celle de désenclaver les Aurès par le savoir et la science.
Il possédait une très importante bibliothèque qu'il ambitionnait de ramener au pays, car la quasi-totalité des ouvrages de ce trésor était consacrée aux Aurès, de l'antiquité à nos jours. La mythologie berbère (dans les Aurès), la toponymie, les contes chaouis, les différentes insurrections qui ont lieu durant l'occupation et bien d'autres ouvrages aussi rares qu'importants, nous disent ses proches. Le défunt Ammar était en son honneur l'unique membre auressien au sein de l'académie berbère dirigée à l'époque par le grand militant pour la reconnaissance de l'identité amazighe, en l'occurrence Mohand Arab Bessaoud.
Le jeune Ammar grâce à son enthousiasme, son abnégation et son assiduité fut élu comme secrétaire général au comité d'Agraw Imazighen. Il se fait remarquer par ses écrits pertinents et perspicaces qui ont eu un écho très favorable au sein de la communauté et compatriotes auressiens, qui il faut le reconnaître ne s'attendaient pas à voir un enfant de leur région aussi éveillé et enclin à la quête de soi et du savoir en général.
S'il faut faire introduire au pays de la marchandise, ça ne doit être que le savoir et la science, la quincaillerie ne servira à rien, disait-il, nous rapporte un ami d'enfance. Le doyen du mouvement culturel amazigh dans les Aurès, qui certes vivait sous d'autres cieux pour moult raisons, avait repris contact et langue avec son pays d'origine et ses multiples voyages aussi bien dans sa ville natale qu'à travers les Aurès. à 65 ans, il donnait l'impression qu'il avait un message à transmettre, des conseils à donner, mais aussi des amis d'enfance à rencontrer et à écouter.
Fervent défenseur de la culture et la langue écrite, ayant certainement constaté après plus de 25 ans d'absence que des pratiques culturelles n'ont pas été répertoriées, ont fini par disparaître, il n'a cessé jusqu'à sa mort d'inciter les jeunes à apprendre à lire et à écrire, car disait-il, "c'est le seul chemin de la liberté et de l'ouverture".
Un hommage lui sera rendu le 2 décembre prochain, date de son décès, à Merouana par l'association culturelle Assirem, en collaboration avec la commune de Merouana.
R H
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.