Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procureur général rassure sur la vie privée des citoyens
Organe de surveillance d'internet
Publié dans Liberté le 11 - 11 - 2015

La création par l'Algérie d'un organe de surveillance de l'Internet ne signifie pas que les communications des citoyens seront désormais étroitement surveillées. Cet organe est destiné à la prévention et à la lutte contre les infractions commises et liées à l'utilisation des TIC, principalement les actes terroristes, les infractions qui touchent à la sûreté de l'Etat et le crime transnational organisé, a indiqué le procureur général, M. Djadi Abdelkrim, à la Chaîne 3 de la Radio nationale.
En rappelant que cet organe de prévention et de lutte a été mis en place en vertu de l'article 13 de la loi 09-04 de 2009, une loi-cadre relative à la cybercriminalité, il a précisé, que cette surveillance ne peut se faire que sous l'autorité d'un magistrat parquetier ou d'un juge d'instruction, et l'équilibre entre la protection de la vie privée et la protection et la lutte contre le crime. La vie privée des Algériens sera-t-elle pour autant garantie ? "Tout à fait, on préserve, on garantit la protection de la vie privée", a répliqué, M. Djadi. "Sauf, ajoute-t-il, lorsqu'il y a une infraction".
S'agissant de sa composante, cet organe comprend une instance suprême, sorte de directoire, présidée par le garde des Sceaux, et le ministre de l'Intérieur, un représentant de la présidence de la République et du MDN et un directeur général avec des directions. Il y aura des magistrats spécialisés et des officiers de la PJ des trois corps (DGSN, GN et DRS) qui ont la qualité d'officiers de police judiciaire, et qui vont travailler sur le plan opérationnel.
M. Djadi a indiqué que parmi les nouveautés introduites dans le code de procédure pénale, figure le renforcement de la protection des libertés. "Nous sommes en train de corriger tous les comportements qui peuvent nuire à la liberté et aux biens et aux personnes", a-t-il dit, avant d'annoncer d'importantes mesures.
À commencer par le retrait à partir du 23 janvier 2016, dans le cas de flagrance, du mandat de dépôt au parquet. Il a précisé, pour autant, que "le procureur de la République ne pourra plus placer quelqu'un sous mandat de dépôt en matière de flagrant délit, mais, que cette ‘procédure lourde' a été transférée à un juge de siège, sous forme d'une procédure appelée ‘la comparution immédiate'".
En outre, le procureur général a révélé la mise en place d'une "médiation pénale", qui vise à aider des victimes et des inculpés à trouver un compromis pour régler leur litige et leur éviter d'aller le régler devant les tribunaux. Ce mécanisme peut s'appliquer dans des affaires simples : injures, diffamations et abandon de famille et dénonciations calomnieuses, et chèque sans provision, a-t-il expliqué.
Djadi Abdelkrim a affirmé en outre, qu'en matière de garde à vue, la possibilité est donnée à la présence d'un avocat dans les locaux de la police au moment de l'enquête préliminaire, — à partir de la deuxième partie des délais légaux —, dans les affaires importantes, à savoir cybercriminalité, crime transnational organisé et blanchiment de capitaux et terrorisme. Et de souligner, par ailleurs, que "l'appel du procureur de la République dans une liberté provisoire prononcée par un juge n'est pas suspensif".
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.