Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procureur général rassure sur la vie privée des citoyens
Organe de surveillance d'internet
Publié dans Liberté le 11 - 11 - 2015

La création par l'Algérie d'un organe de surveillance de l'Internet ne signifie pas que les communications des citoyens seront désormais étroitement surveillées. Cet organe est destiné à la prévention et à la lutte contre les infractions commises et liées à l'utilisation des TIC, principalement les actes terroristes, les infractions qui touchent à la sûreté de l'Etat et le crime transnational organisé, a indiqué le procureur général, M. Djadi Abdelkrim, à la Chaîne 3 de la Radio nationale.
En rappelant que cet organe de prévention et de lutte a été mis en place en vertu de l'article 13 de la loi 09-04 de 2009, une loi-cadre relative à la cybercriminalité, il a précisé, que cette surveillance ne peut se faire que sous l'autorité d'un magistrat parquetier ou d'un juge d'instruction, et l'équilibre entre la protection de la vie privée et la protection et la lutte contre le crime. La vie privée des Algériens sera-t-elle pour autant garantie ? "Tout à fait, on préserve, on garantit la protection de la vie privée", a répliqué, M. Djadi. "Sauf, ajoute-t-il, lorsqu'il y a une infraction".
S'agissant de sa composante, cet organe comprend une instance suprême, sorte de directoire, présidée par le garde des Sceaux, et le ministre de l'Intérieur, un représentant de la présidence de la République et du MDN et un directeur général avec des directions. Il y aura des magistrats spécialisés et des officiers de la PJ des trois corps (DGSN, GN et DRS) qui ont la qualité d'officiers de police judiciaire, et qui vont travailler sur le plan opérationnel.
M. Djadi a indiqué que parmi les nouveautés introduites dans le code de procédure pénale, figure le renforcement de la protection des libertés. "Nous sommes en train de corriger tous les comportements qui peuvent nuire à la liberté et aux biens et aux personnes", a-t-il dit, avant d'annoncer d'importantes mesures.
À commencer par le retrait à partir du 23 janvier 2016, dans le cas de flagrance, du mandat de dépôt au parquet. Il a précisé, pour autant, que "le procureur de la République ne pourra plus placer quelqu'un sous mandat de dépôt en matière de flagrant délit, mais, que cette ‘procédure lourde' a été transférée à un juge de siège, sous forme d'une procédure appelée ‘la comparution immédiate'".
En outre, le procureur général a révélé la mise en place d'une "médiation pénale", qui vise à aider des victimes et des inculpés à trouver un compromis pour régler leur litige et leur éviter d'aller le régler devant les tribunaux. Ce mécanisme peut s'appliquer dans des affaires simples : injures, diffamations et abandon de famille et dénonciations calomnieuses, et chèque sans provision, a-t-il expliqué.
Djadi Abdelkrim a affirmé en outre, qu'en matière de garde à vue, la possibilité est donnée à la présence d'un avocat dans les locaux de la police au moment de l'enquête préliminaire, — à partir de la deuxième partie des délais légaux —, dans les affaires importantes, à savoir cybercriminalité, crime transnational organisé et blanchiment de capitaux et terrorisme. Et de souligner, par ailleurs, que "l'appel du procureur de la République dans une liberté provisoire prononcée par un juge n'est pas suspensif".
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.