Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Le ministre de l'Energie défend le projet de loi sur les hydrocarbures à partir de Sidi Bel Abbès    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Les explications de l'Autorité de régulation    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Viré pour avoir… loué la révolution du sourire    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Maya    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Imposantes manifestations contre le projet    Les parlementaires au banc des accusés    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Trois citoyens relaxés par le tribunal de Sidi Bel Abbès    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    EN : Les Verts se sont entrainés après leur arrivée à Lille    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Tribune - Pourquoi la Turquie a mené le combat en Syrie ?    Conseil des ministres: Les militaires qui quittent l'armée ne peuvent faire de politique qu'après 5 ans    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Une première: Les Espagnols déplacent leur fête nationale à Oran    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Chine-USA : Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis    Présidence de la République: Le Conseil des ministres approuve plusieurs projets de lois dont celles des finances 2020 et des hydrocarbures    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    La romancière et politique française Aurélie Filipetti : " L'éducation artistique, un parcours durable    Le quitus du Conseil des ministres    Amendement du code de procédure pénale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"On est resté sur des généralités"
Le professeur Mohamed-Chérif Belmihoub à propos de la Tripartite
Publié dans Liberté le 07 - 06 - 2016

Mohamed-Chérif Belmihoub, professeur en économie et management, estime que d'après les données disponibles, les vrais problèmes n'ont pas été traités : le déficit budgétaire, l'investissement dans la sphère productive et son corollaire le financement de l'économie par le marché.
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présenté, dimanche, lors de la tenue de la réunion de la tripartite, les grandes lignes du nouveau modèle de croissance économique. Mais il est resté évasif sur le contenu et sur les objectifs chiffrés. "On est resté sur des généralités", reconnaît Mohamed-Chérif Belmihoub, professeur en économie et management et consultant. M. Belmihoub note trois idées dans le communiqué final de la tripartite : "Une transition avec une adéquation des politiques publiques et sectorielles ; une rénovation de la gouvernance économique et l'émergence des facteurs de marché, le tout pour sortir graduellement de la dépendance des hydrocarbures." Sur le concept, le professeur Mohamed-Chérif Belmihoub affirme qu'"il n'y a rien à dire".
Mais au plan opérationnel, estime-t-il, "ces mots n'ont aucune signification, s'ils ne sont pas intégrés dans des politiques économiques et des politiques publiques". Donc tout reste à faire de son point de vue. "D'après les données disponibles, les vrais problèmes n'ont pas été traités : le déficit budgétaire, l'investissement dans la sphère productive (entreprises) et son corollaire le financement de l'économie par le marché", relève M. Belmihoub, préférant parler de nouvelle politique économique ou de nouveaux instruments de la politique économique. "Il ne s'agit pas de modèle, car la notion de modèle renvoie à une construction optimale, achevée, cohérente et intégrée ; il s'agit au mieux d'une nouvelle politique économique" ou "de nouveaux instruments de la politique économique", soutient-t-il, estimant que ces questions n'ont pas été évoquées de manière directe. "On peut comprendre que l'adéquation des politiques publiques et sectorielles signifie une rationalisation de la dépense publique et surtout sa meilleure efficacité ; dans ce cas quels sont les secteurs ou les postes budgétaires qui seront sacrifiés (soit à travers les dotations budgétaires, soit à travers les subventions directes)", s'interroge le professeur.
"Par la rénovation de la gouvernance économique on peut comprendre le traitement de la lancinante question de la gestion du secteur public marchand et sa privatisation ; ainsi que la réforme du système bancaire et des administrations publiques de manière générale", a-t-il ajouté. Pour Mohamed-Chérif Belmihoub, l'émergence des facteurs marché est la vraie question à poser. "Il s'agit en fait de la redoutable question de la régulation de l'économie nationale : la part de l'Etat, celle du marché et la promotion de la concurrence saine et loyale pour arriver à une allocation efficiente des ressources", précise le professeur.
Finalement, selon lui, le gouvernement ne veut pas aborder la question du financement de la nouvelle politique économique, parce qu'il sait qu'il n'a pas une marge de manœuvre sur ce registre ; déjà que le financement du déficit est un casse-tête pour lui. "L'hypothèse implicite est celle qui consiste à dire que la nouvelle politique économique crée sa propre dynamique et dégagerait ses propres ressources. Il faut avouer que si c'est ça la démarche, on est encore dans des postures d'attente de redressement des prix du pétrole", soutient M. Belmihoub.
Pour ce dernier, cette hypothèse tient la route dans un seul cas : transformer immédiatement et en profondeur la gouvernance économique du pays et mobiliser les compétences en rapport avec la nouvelle gouvernance, c'est à dire portée par des élites capables de produire des visions, des stratégies, des politiques publiques, des modes de gestion et des évaluations et libérées des contingences politiciennes et idéologiques du moment. "La gestion de l'économie par la loi de finances et la loi de finances complémentaire intervenant tous les six mois et les visites autoritaires de chantiers et villes ne constitue pas une gouvernance innovée", estime le professeur Mohamed-Chérif Belmihoub.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.