Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débrayage en soutien à Me Salah Dabouz
Oran
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2019

Par solidarité avec leur confrère et militant des droits de l'Homme, Me Salah Dabouz, interpellé dimanche avant d'être remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire le lendemain, les avocats d'Oran ont gelé leurs activités hier conformément à l'appel de l'Union nationale de l'ordre des avocats. "Me Dabouz a été arrêté parce qu'il exprime ses opinions, ce qui est antinomique avec l'Etat de droit que les Algériens appellent de tous leurs vœux", a estimé un des nombreux avocats qui ont observé le sit-in de protestation que le bâtonnat tient chaque mardi pour exiger le départ du pouvoir. "L'interpellation de Me Dabouz est arbitraire au regard de ce qui lui est officiellement reproché : avoir commenté une décision de justice. On n'interpelle par les gens de la sorte parce qu'ils expriment leurs opinions !", s'est insurgé un autre avocat, persuadé que le militant des droits de l'Homme a ainsi été arrêté pour son activisme et son rôle dans l'immense mouvement populaire qui exige le départ du système. L'interpellation de dimanche, qui coïncide avec les mésaventures vécues vendredi 5 avril par d'autres personnalités connues pour leur lutte contre le pouvoir (Bouchachi, Sadi, Aït Larbi, notamment), interroge beaucoup d'observateurs qui voient dans cette étrange simultanéité une tentative de perturber, voire de faire avorter le hirak. "Me Salah Dabouz n'est poursuivi ni pour meurtre ni pour trafic de drogue, et il se serait certainement rendu à Ghardaïa de lui-même sur simple convocation", a conclu notre interlocuteur en dénonçant par là même la pression que le parquet continue d'exercer sur les avocats de la défense, de manière générale. Les avocats ont, par ailleurs, réitéré leur détermination à poursuivre le combat contre le système et ses figures officielles, Noureddine Bedoui, Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaïz et Mouad Bouchareb notamment, qui ont été vilipendés tout au long du sit-in hier. Le changement du système, le départ des dirigeants, l'instauration d'une 2e République, l'indépendance de la justice et la réhabilitation de l'avocat ont été les principales revendications scandées par les robes noires.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.