Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil d'Etat sera saisi
Hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers en France
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2019

L'Union des étudiants algériens de France (UEAF) et plusieurs associations d'étudiants étrangers et français ont décidé de saisir le Conseil d'Etat français pour contester la décision du gouvernement d'Emmanuel Macron sur la hausse des frais de scolarité pour les étudiants extra-communautaires, qui vient d'entrer en vigueur. Lors d'une conférence de presse tenue jeudi dernier, Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF), a fait savoir qu'un recours pour excès de pouvoir sera déposé dans les prochaines semaines. Celui-ci pointera "la rupture d'égalité" entre étudiants étrangers issus des pays hors Union européenne et étudiants français. L'arrêté du ministère de l'Enseignement supérieur portant hausse des droits d'inscription dans les universités hexagonales pour les étudiants extra-communautaires a été publié dimanche dernier au Journal officiel de la République française. Il prévoit, à partir de la rentrée prochaine, une hausse des frais d'inscription, allant jusqu'à 150%.Les étudiants en licence devront s'acquitter de 2 770 euros contre 170 euros actuellement.
En master, les droits ont été fixés à 3 770 euros, soit 15 fois plus chers qu'aujourd'hui. Des exceptions ont été prévues par la loi. Elles concernent les doctorants qui seront exempts de la hausse des frais d'inscription. Une exonération concernera, en outre, certaines catégories d'étudiants en raison de leur "situation personnelle" ou s'ils répondent "aux orientations stratégiques de l'établissement". Pour les responsables des syndicats d'étudiants, le gouvernement est coupable d'une décision discriminatoire qui va instaurer une sélection sociale. "Votre sélection abjecte basée sur les origines sociales et visant un continent en particulier, l'Afrique, est une insulte aux valeurs de la France", s'insurge l'ex-secrétaire général de l'UEAF, Billal Latbi, en s'adressant à Macron. À l'Université Paris 13 où les étudiants algériens sont très nombreux, l'UEAF a convaincu la direction de l'établissement de renoncer à l'application, en septembre prochain, des nouveaux frais d'inscription. 25 universités sur 75 ont refusé de souscrire à la décision du gouvernement de relever le montant des frais d'inscription pour les étudiants extra-communautaires.
La Conférence des présidents d'université (CPU) avait demandé au gouvernement, en décembre dernier, d'annuler son projet, soulignant qu'il allait exclure des milliers d'étudiants qui contribuent au rayonnement de la France dans le monde. La décision de relever le montant des droits d'inscription pour les étudiants extra-communautaires a été annoncée par le Premier ministre, Edouard Philippe, en novembre 2018, dans le cadre d'un nouveau plan d'accueil des étudiants étrangers, denommé "Bienvenue en France". Plusieurs actions de protestation ont été initiées par la suite, des rassemblements, des pétitions et des blocages de campus. Les étudiants algériens qui constituent la troisième communauté estudiantine étrangère en France, après les Chinois et les Marocains (ils étaient 30 000 en 2018), sont particulièrement pénalisés. Ils sont dejà confrontés à diverses autres contraintes en matière de séjour et de travail.

S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.