Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    OPEP+: le JMMC confiant dans les perspectives d'évolution du marché pétrolier    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Régime sec    Les souscripteurs de l'AADL dans l'expectative    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    Paix et subterfuges    Au boulot, citoyens !    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil d'Etat sera saisi
Hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers en France
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2019

L'Union des étudiants algériens de France (UEAF) et plusieurs associations d'étudiants étrangers et français ont décidé de saisir le Conseil d'Etat français pour contester la décision du gouvernement d'Emmanuel Macron sur la hausse des frais de scolarité pour les étudiants extra-communautaires, qui vient d'entrer en vigueur. Lors d'une conférence de presse tenue jeudi dernier, Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF), a fait savoir qu'un recours pour excès de pouvoir sera déposé dans les prochaines semaines. Celui-ci pointera "la rupture d'égalité" entre étudiants étrangers issus des pays hors Union européenne et étudiants français. L'arrêté du ministère de l'Enseignement supérieur portant hausse des droits d'inscription dans les universités hexagonales pour les étudiants extra-communautaires a été publié dimanche dernier au Journal officiel de la République française. Il prévoit, à partir de la rentrée prochaine, une hausse des frais d'inscription, allant jusqu'à 150%.Les étudiants en licence devront s'acquitter de 2 770 euros contre 170 euros actuellement.
En master, les droits ont été fixés à 3 770 euros, soit 15 fois plus chers qu'aujourd'hui. Des exceptions ont été prévues par la loi. Elles concernent les doctorants qui seront exempts de la hausse des frais d'inscription. Une exonération concernera, en outre, certaines catégories d'étudiants en raison de leur "situation personnelle" ou s'ils répondent "aux orientations stratégiques de l'établissement". Pour les responsables des syndicats d'étudiants, le gouvernement est coupable d'une décision discriminatoire qui va instaurer une sélection sociale. "Votre sélection abjecte basée sur les origines sociales et visant un continent en particulier, l'Afrique, est une insulte aux valeurs de la France", s'insurge l'ex-secrétaire général de l'UEAF, Billal Latbi, en s'adressant à Macron. À l'Université Paris 13 où les étudiants algériens sont très nombreux, l'UEAF a convaincu la direction de l'établissement de renoncer à l'application, en septembre prochain, des nouveaux frais d'inscription. 25 universités sur 75 ont refusé de souscrire à la décision du gouvernement de relever le montant des frais d'inscription pour les étudiants extra-communautaires.
La Conférence des présidents d'université (CPU) avait demandé au gouvernement, en décembre dernier, d'annuler son projet, soulignant qu'il allait exclure des milliers d'étudiants qui contribuent au rayonnement de la France dans le monde. La décision de relever le montant des droits d'inscription pour les étudiants extra-communautaires a été annoncée par le Premier ministre, Edouard Philippe, en novembre 2018, dans le cadre d'un nouveau plan d'accueil des étudiants étrangers, denommé "Bienvenue en France". Plusieurs actions de protestation ont été initiées par la suite, des rassemblements, des pétitions et des blocages de campus. Les étudiants algériens qui constituent la troisième communauté estudiantine étrangère en France, après les Chinois et les Marocains (ils étaient 30 000 en 2018), sont particulièrement pénalisés. Ils sont dejà confrontés à diverses autres contraintes en matière de séjour et de travail.

S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.