Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moufdi Zakaria, le poète révolutionnaire
Clôture des premières journées nationales de la poésie à Aïn Témouchent
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2019

Le rideau est tombé mercredi après-midi sur les premières journées nationales de la poésie qui se sont déroulées à Aïn Témouchent en hommage au grand poète cheikh Khaled Belbey qui a vu la participation de 67 poètes représentant 17 wilayas du territoire national. Organisée par l'association culturelle Joudour (Racines) de Aïn Témouchent et parrainée par la direction de la culture, cette première édition a connu un franc succès selon M. Bensalah Abdelkader président de l'association organisatrice. La cérémonie de clôture à la salle de conférence de la bibliothèque Malek-Benabi a été précédée par la présentation d'une conférence sur le grand poète de la révolution algérienne Moufdi Zakaria de son vrai nom cheikh Zakaria Benslimane Ben Yahia Benkheir Slimane Benhadj Aïssa fils de Béni-Izguen dans la wilaya de Ghardaïa. Dans sa communication, le professeur Houhou Mohamed à mis en exergue la vie, le parcours révolutionnaire et le militantisme du poète, les multiples arrestations dont il a fait l'objet par les forces coloniales ainsivque l'historique de l'écriture immortelle du poème de notre hymne national lors de son incarcération en 1955 à l'intérieur des geôles de Serkadji à Alger.
Selon le conférencier, la composition de l'hymne national est passée par trois artistes successifs dont l'Algérien Mohamed Touri au début de 1956, le Tunisien Mohamed Triki en octobre de la même année et l'Egyptien Mohamed Fawzi à la fin de la même année pour que finalement sa mise en valeur patriotique soit reprise par l'Algérien Haroun Rachid trois années après, en 1959. Le musicien et compositeur algérien a ajouté les roulements des tambours et autres retouches avec l'utilisation d'autres instruments musicaux qui ont donné lieu à son adoption comme hymne national officiel en 1963 par l'Etat algérien. Les festivités se sont poursuivies avec la lecture des recommandations qui ont été approuvées à l'unanimité par l'assistance dont celle ayant trait à rehausser ces journées en un festival national de la poésie populaire au vu d'un dossier étoffé de ce grand poète originaire de la wilaya de Aïn Témouchent qu'est cheikh El Hadj Khaled Belbey (1850-1914) plus connu sous le surnom de El-Mendassi Esseghir.
L'autre recommandation importante est une revendication de faire bénéficier l'imposant complexe culturel d'une baptisation au nom du poète témouchentois. La cérémonie a été achevée par la remise des diplômes et des récompenses à l'ensemble des participants à cette manifestation en particulier les 10 jeunes poètes âgés entre 8 et 15 ans qui ont volé la vedette à leur aînés. Cerise sur le gâteau, des trophées et cadeaux ont été offerts à juste titre aux trois poétesses algériennes ayant honoré l'Algérie à l'étranger. Il s'agit des poétesses Drich Rachida surnommée Racha et Hanane Yousfia Belhorma toutes deux originaires de Sidi Bel-Abbès qui se sont distinguées cette année en Egypte pour avoir arraché le 1er prix ex aequo au festival de la plume libre arabe 2019 ainsi que la jeune Nadia Belayati originaire de Tlemcen qui s'est distinguée en arrachant le prix du meilleur poème populaire (melhoune) cette année en Tunisie. L'allocution de clôture a été lue par Mme Belbachir Samira, directrice de la bibliothèque Malek-Benabi de Aïn Témouchent.

M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.