AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pas de vote, le pouvoir doit s'en aller"
Soirées-débats à Oran
Publié dans Liberté le 14 - 05 - 2019

Tous les soirs depuis le début du Ramadhan, les animateurs du mouvement populaire oranais et des manifestants se retrouvent place du 1er-novembre pour débattre de l'évolution de la situation politique, commenter les derniers événements et échanger sur les moyens de revigorer un mouvement qui montre des signes de fatigue.
Car si les Oranais ont tenu leur engagement en bravant le jeûne du premier vendredi de Ramadhan, avec l'impérissable exigence du "départ du pouvoir", leur nombre a diminué comparé aux précédentes semaines. Un constat que de nombreux intervenants ont déploré, lors de la rencontre de dimanche soir, en appelant leurs concitoyens à rester mobilisés pour parvenir à chasser "la bande". Et ce sont, une nouvelle fois, les jeunes qui sont venus à la rescousse d'un mouvement légèrement essoufflé en décidant d'organiser un sit-in de protestation, chaque soir place du 1er- novembre, jusqu'à la fin du Ramadhan, "pour sensibiliser les citoyens sur la nécessité de continuer la lutte pour le recouvrement de nos libertés et notre souveraineté", a expliqué un des organisateurs, étudiant universitaire de son état.
Alors que ses camarades déployaient une banderole hostile à Bensalah, Bedoui et à toute la "içaba", un jeune homme fendait le rassemblement avec un mégaphone en haranguant les présents avec des "Viva l'Algérie, yetnahaou gaâ !". "Nous avons décidé de tenir cette action pour mettre la pression sur le pouvoir qui ne veut pas se rendre. Depuis le 22 février, nous manifestons pour atteindre un seul et unique objectif, mais on essaie de nous leurrer avec des arrestations et des limogeages", a ajouté notre interlocuteur, dépité. Avec cette nouvelle action de protestation, les veillées du Ramadhan risquent d'être animées à la place du 1er-Novembre, devenue la place symbole du hirak oranais. Lors de cette rencontre, les intervenants ont également tenu à dénoncer l'interpellation musclée de Brahim Laâlami, militant de la révolution à Bordj Bou-Arréridj. "Cela démontre que nous vivons toujours l'arbitraire et que les soutiens de la bande ne reculent devant rien", a dénoncé en substance un jeune en soulignant que la persistance de ces pratiques répressives constitue une raison supplémentaire de conforter le mouvement de contestation.
Une contestation qui doit, cependant, accéder à une étape supérieure par l'élaboration d'une feuille de route. "Nous ne pouvons continuer indéfiniment à nous rencontrer juste pour parler et dénoncer. Il faut tracer notre feuille de route, notamment en nommant les personnalités qui devront assurer la transition", a préconisé un trentenaire. Un autre citoyen, sexagénaire, a pris le mégaphone pour assurer que les Algériens ont brisé le mur de la peur. "Vous pouvez nous arrêter, mais vos interpellations n'arrêteront pas la marche du mouvement", a-t-il crié en interpellant nommément Gaïd Salah.
D'autres frondeurs sont intervenus pour rappeler que l'objectif ultime reste le démantèlement de l'ensemble du système au pouvoir. "Nous exigeons leur départ à tous, ils nous servent des arrestations et des limogeages", a dénoncé l'un. "Nous ne visons pas uniquement le départ de personnes, mais la récupération d'institutions", a expliqué un autre. "Le peuple ne doit pas être mis sous tutelle militaire, c'est lui qui doit désormais choisir son destin", a exigé un autre frondeur. En définitive, toutes les interventions ont versé dans le même sens : "Yetnahaou gaâ."

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.