POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démission surprise de l'émissaire de l'ONU
Conflit du Sahara occidental
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Avançant une "raison de santé", l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, a démissionné de ses fonctions.
À peine vingt-trois mois après sa désignation, l'ancien président allemand Horst Köhler a présenté mercredi soir sa démission au secrétaire général des Nations unies de son poste d'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental pour "raison de santé", sans précision aucune à ce sujet. "Le secrétaire général regrette profondément cette démission, mais dit la comprendre parfaitement et transmet ses meilleurs vœux à l'émissaire", a indiqué un communiqué de l'ONU.
Cette démission trouverait peut-être ses raisons ailleurs, vu que Horst Köhler n'avait pas réussi à rapprocher les positions du Maroc et du Front Polisario. Il avait reconnu en mars dernier qu'il ne fallait pas "s'attendre à un résultat rapide car les positions divergeaient toujours fondamentalement". D'ailleurs, une proche du dossier a confié à l'agence APS que le départ de l'ancien président allemand était en fait prévisible, "parce qu'il ne s'est pas en fait retrouvé dans une situation confortable et ce n'est pas son style". Bien qu'il ait réussi le premier pari, celui de remettre le processus politique sur les rails après six ans de blocage des négociations entre le Front Polisario et le Maroc, il s'est retrouvé confronté aux obstacles rencontrés jusque-là par ses prédécesseurs. Ainsi, le conflit du Sahara occidental aura consommé quatre médiateurs après les deux Américains James Baker et Christopher Ross et le Hollandais Peter Van Walsun. Il attendait des "efforts réels" de la part des deux protagonistes qui étaient nécessaires pour créer la confiance qui manque à la progression des négociations.
Mais cela a été loin d'être le cas, notamment après le refus du Maroc de se montrer coopératif sur les mesures de confiance sur lesquelles il avait insisté, particulièrement celles portant sur le déminage et la reprise des visites entre familles sahraouies. Horst Köhler, qui a évoqué des "solutions innovantes" au conflit lors de son dernier briefing au Conseil de sécurité, prévoyait de tenir la troisième réunion en septembre, alors qu'un agenda parallèle misait sur un plan de paix ficelé avant octobre. En fin de compte, il surprend tout le monde avec sa démission, accueillie avec tristesse par le Front Polisario, qui a exhorté "le secrétaire général des Nations unies à agir rapidement pour désigner un nouvel envoyé personnel, qui partage la conviction, la stature et la détermination du président Köhler".
"Le royaume du Maroc a pris note, avec regret, de cette démission", a réagi dans un communiqué le ministère marocain des Affaires étrangères, "en rendant hommage à M. Horst Köhler pour les efforts qu'il a déployés". L'Algérie a fait part de son "profond regret", tout en rendant, dans un communiqué, "un hommage bien mérité à M. Köhler pour l'engagement et la détermination dont il a fait montre pour la relance du processus de règlement (...) depuis trop longtemps à l'arrêt".

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.