Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démission surprise de l'émissaire de l'ONU
Conflit du Sahara occidental
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Avançant une "raison de santé", l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, a démissionné de ses fonctions.
À peine vingt-trois mois après sa désignation, l'ancien président allemand Horst Köhler a présenté mercredi soir sa démission au secrétaire général des Nations unies de son poste d'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental pour "raison de santé", sans précision aucune à ce sujet. "Le secrétaire général regrette profondément cette démission, mais dit la comprendre parfaitement et transmet ses meilleurs vœux à l'émissaire", a indiqué un communiqué de l'ONU.
Cette démission trouverait peut-être ses raisons ailleurs, vu que Horst Köhler n'avait pas réussi à rapprocher les positions du Maroc et du Front Polisario. Il avait reconnu en mars dernier qu'il ne fallait pas "s'attendre à un résultat rapide car les positions divergeaient toujours fondamentalement". D'ailleurs, une proche du dossier a confié à l'agence APS que le départ de l'ancien président allemand était en fait prévisible, "parce qu'il ne s'est pas en fait retrouvé dans une situation confortable et ce n'est pas son style". Bien qu'il ait réussi le premier pari, celui de remettre le processus politique sur les rails après six ans de blocage des négociations entre le Front Polisario et le Maroc, il s'est retrouvé confronté aux obstacles rencontrés jusque-là par ses prédécesseurs. Ainsi, le conflit du Sahara occidental aura consommé quatre médiateurs après les deux Américains James Baker et Christopher Ross et le Hollandais Peter Van Walsun. Il attendait des "efforts réels" de la part des deux protagonistes qui étaient nécessaires pour créer la confiance qui manque à la progression des négociations.
Mais cela a été loin d'être le cas, notamment après le refus du Maroc de se montrer coopératif sur les mesures de confiance sur lesquelles il avait insisté, particulièrement celles portant sur le déminage et la reprise des visites entre familles sahraouies. Horst Köhler, qui a évoqué des "solutions innovantes" au conflit lors de son dernier briefing au Conseil de sécurité, prévoyait de tenir la troisième réunion en septembre, alors qu'un agenda parallèle misait sur un plan de paix ficelé avant octobre. En fin de compte, il surprend tout le monde avec sa démission, accueillie avec tristesse par le Front Polisario, qui a exhorté "le secrétaire général des Nations unies à agir rapidement pour désigner un nouvel envoyé personnel, qui partage la conviction, la stature et la détermination du président Köhler".
"Le royaume du Maroc a pris note, avec regret, de cette démission", a réagi dans un communiqué le ministère marocain des Affaires étrangères, "en rendant hommage à M. Horst Köhler pour les efforts qu'il a déployés". L'Algérie a fait part de son "profond regret", tout en rendant, dans un communiqué, "un hommage bien mérité à M. Köhler pour l'engagement et la détermination dont il a fait montre pour la relance du processus de règlement (...) depuis trop longtemps à l'arrêt".

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.