Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée veut imposer sa feuille de route
Sortie de crise au Soudan
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2019

Nouveau revirement des militaires au pouvoir au Soudan, qui préconisent la formation d'un gouvernement avec les partis d'al-Oumma et l'Ittihad, ex-alliés d'Omar al-Bachir.

Le général Yasser Atta, membre du conseil militaire de transition, a écarté la possibilité de former un gouvernement composé de membres de l'opposition avec laquelle des discussions de sortie de crise ont été menées, a rapporté hier la presse locale. Assurant que "la démocratie sera protégée" et qu'"un gouvernement civil sera formé", le numéro deux de ce conseil, qui a pris le pouvoir après avoir destitué Omar al-Bachir, a cependant affirmé que le gouvernement sera formé avec les partis politiques al-Oumma et l'Ittihad, qu'il a qualifiés de "nationalistes".
Le général Yasser Atta a cependant estimé que l'Association des professionnels soudanais et les Forces de la liberté et du changement ne peuvent prétendre faire partie du futur gouvernement. Le Conseil militaire de transition semble toujours vouloir imposer sa feuille de route, alors qu'il fait toujours l'objet de pressions internationales de la part notamment de l'Union africaine et des Etats-Unis, qui exigent un transfert total du pouvoir aux civils. Il fait table rase de tout ce qui avait été conclu avec l'opposition, notamment l'institution d'un Conseil souverain. Pour rappel, les négociations entre les généraux au pouvoir et les chefs de la contestation ont été brusquement interrompues le 20 mai, sans accord sur la composition d'un Conseil souverain. Celui-ci devait assurer une transition de trois ans, avant un transfert du pouvoir aux civils. Le 5 juin, les militaires se sont dits ouverts à des négociations "sans restriction", au lendemain d'appels de la communauté internationale à cesser les violences et dans le cadre de la médiation menée par le Premier ministre éthiopien, ils ont fait des concessions en libérant trois militants soudanais arrêtés dans la foulée des manifestations. Les responsables du Conseil militaire de transition avaient même promis de reprendre les négociations avec l'opposition là où elles avaient été interrompues après la dispersion sanglante du sit-in des manifestants devant le quartier général de l'armée à Khartoum. La satisfaction de ces deux points était avancée par les leaders de la contestation comme des préalables de toute reprise de dialogue avec les militaires.
Ces décisions apaisantes du Conseil militaire de transition ont poussé l'opposition à mettre un terme à la désobéissance civile, après trois jours de paralysie de la vie dans la capitale et plusieurs villes soudanaises. Mais depuis hier, les militaires au pouvoir opèrent un revirement à 180 degrés pour annoncer qu'ils formeront un gouvernement avec les partis politiques, alliés de l'ex-dictateur Omar al-Bachir durant son règne de 29 années.

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.