Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée veut imposer sa feuille de route
Sortie de crise au Soudan
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2019

Nouveau revirement des militaires au pouvoir au Soudan, qui préconisent la formation d'un gouvernement avec les partis d'al-Oumma et l'Ittihad, ex-alliés d'Omar al-Bachir.

Le général Yasser Atta, membre du conseil militaire de transition, a écarté la possibilité de former un gouvernement composé de membres de l'opposition avec laquelle des discussions de sortie de crise ont été menées, a rapporté hier la presse locale. Assurant que "la démocratie sera protégée" et qu'"un gouvernement civil sera formé", le numéro deux de ce conseil, qui a pris le pouvoir après avoir destitué Omar al-Bachir, a cependant affirmé que le gouvernement sera formé avec les partis politiques al-Oumma et l'Ittihad, qu'il a qualifiés de "nationalistes".
Le général Yasser Atta a cependant estimé que l'Association des professionnels soudanais et les Forces de la liberté et du changement ne peuvent prétendre faire partie du futur gouvernement. Le Conseil militaire de transition semble toujours vouloir imposer sa feuille de route, alors qu'il fait toujours l'objet de pressions internationales de la part notamment de l'Union africaine et des Etats-Unis, qui exigent un transfert total du pouvoir aux civils. Il fait table rase de tout ce qui avait été conclu avec l'opposition, notamment l'institution d'un Conseil souverain. Pour rappel, les négociations entre les généraux au pouvoir et les chefs de la contestation ont été brusquement interrompues le 20 mai, sans accord sur la composition d'un Conseil souverain. Celui-ci devait assurer une transition de trois ans, avant un transfert du pouvoir aux civils. Le 5 juin, les militaires se sont dits ouverts à des négociations "sans restriction", au lendemain d'appels de la communauté internationale à cesser les violences et dans le cadre de la médiation menée par le Premier ministre éthiopien, ils ont fait des concessions en libérant trois militants soudanais arrêtés dans la foulée des manifestations. Les responsables du Conseil militaire de transition avaient même promis de reprendre les négociations avec l'opposition là où elles avaient été interrompues après la dispersion sanglante du sit-in des manifestants devant le quartier général de l'armée à Khartoum. La satisfaction de ces deux points était avancée par les leaders de la contestation comme des préalables de toute reprise de dialogue avec les militaires.
Ces décisions apaisantes du Conseil militaire de transition ont poussé l'opposition à mettre un terme à la désobéissance civile, après trois jours de paralysie de la vie dans la capitale et plusieurs villes soudanaises. Mais depuis hier, les militaires au pouvoir opèrent un revirement à 180 degrés pour annoncer qu'ils formeront un gouvernement avec les partis politiques, alliés de l'ex-dictateur Omar al-Bachir durant son règne de 29 années.

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.