Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'armée veut imposer sa feuille de route
Sortie de crise au Soudan
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2019

Nouveau revirement des militaires au pouvoir au Soudan, qui préconisent la formation d'un gouvernement avec les partis d'al-Oumma et l'Ittihad, ex-alliés d'Omar al-Bachir.

Le général Yasser Atta, membre du conseil militaire de transition, a écarté la possibilité de former un gouvernement composé de membres de l'opposition avec laquelle des discussions de sortie de crise ont été menées, a rapporté hier la presse locale. Assurant que "la démocratie sera protégée" et qu'"un gouvernement civil sera formé", le numéro deux de ce conseil, qui a pris le pouvoir après avoir destitué Omar al-Bachir, a cependant affirmé que le gouvernement sera formé avec les partis politiques al-Oumma et l'Ittihad, qu'il a qualifiés de "nationalistes".
Le général Yasser Atta a cependant estimé que l'Association des professionnels soudanais et les Forces de la liberté et du changement ne peuvent prétendre faire partie du futur gouvernement. Le Conseil militaire de transition semble toujours vouloir imposer sa feuille de route, alors qu'il fait toujours l'objet de pressions internationales de la part notamment de l'Union africaine et des Etats-Unis, qui exigent un transfert total du pouvoir aux civils. Il fait table rase de tout ce qui avait été conclu avec l'opposition, notamment l'institution d'un Conseil souverain. Pour rappel, les négociations entre les généraux au pouvoir et les chefs de la contestation ont été brusquement interrompues le 20 mai, sans accord sur la composition d'un Conseil souverain. Celui-ci devait assurer une transition de trois ans, avant un transfert du pouvoir aux civils. Le 5 juin, les militaires se sont dits ouverts à des négociations "sans restriction", au lendemain d'appels de la communauté internationale à cesser les violences et dans le cadre de la médiation menée par le Premier ministre éthiopien, ils ont fait des concessions en libérant trois militants soudanais arrêtés dans la foulée des manifestations. Les responsables du Conseil militaire de transition avaient même promis de reprendre les négociations avec l'opposition là où elles avaient été interrompues après la dispersion sanglante du sit-in des manifestants devant le quartier général de l'armée à Khartoum. La satisfaction de ces deux points était avancée par les leaders de la contestation comme des préalables de toute reprise de dialogue avec les militaires.
Ces décisions apaisantes du Conseil militaire de transition ont poussé l'opposition à mettre un terme à la désobéissance civile, après trois jours de paralysie de la vie dans la capitale et plusieurs villes soudanaises. Mais depuis hier, les militaires au pouvoir opèrent un revirement à 180 degrés pour annoncer qu'ils formeront un gouvernement avec les partis politiques, alliés de l'ex-dictateur Omar al-Bachir durant son règne de 29 années.

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.