En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans
Diaspora algérienne au Canada
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Pour l'acte 17 de la révolution citoyenne, la manifestation dominicale a mobilisé, comme il fallait s'y attendre, les Algériens du Canada venus nombreux, dimanche à Montréal, réclamer le départ du système et le changement radical qui passe par l'instauration d'un véritable Etat de droit. Le lieu de la manifestation pacifique a été investi par les Algériens peu avant 11h. Le même décor et la même ambiance ont caractérisé ce 17e rassemblement de contestation. Les manifestants, venus pour la plupart en famille, ont scandé des slogans hostiles au pouvoir.
Le spectacle de la judiciarisation, qui a vu défiler une brochette de dirigeants de l'ère Bouteflika devant la justice, n'a pas distrait pour autant les manifestants qui maintiennent le cap sur l'exigence historique de l'insurrection citoyenne : le départ du système corrompu. Des pancartes brandies à l'occasion l'ont d'ailleurs réitéré de fort belle manière. "Système dégage", "Pour une transition démocratique et pacifique", "Etat civil et non militaire", "L'armée dans les casernes", "Klitou lebled ya sarraquine", peut-on lire, entre autres. Les manifestants ont improvisé d'une manière inédite leur rejet de la guerre des clans, matérialisée par la mise en branle de l'appareil judiciaire qui, pourtant, n'a pas bougé le petit doigt lorsque ces mêmes dirigeants emprisonnés aujourd'hui s'adonnaient à un véritable siphonnage des ressources publiques.
Moment solennel s'il en est, les manifestants se sont répartis en carrés, avant que tout le monde ne brandisse une feuille blanche au-dessus de la tête, la couleur blanche étant synonyme de pacifisme, une des valeurs de la révolution citoyenne. "C'est pour dire que la guerre clanique ne nous intéresse pas et qu'elle ne va pas nous dévier de l'essentiel, à savoir le changement radical du système qui a ruiné le pays depuis 1962", a expliqué un organisateur au sujet de cette action du carré blanc.
Même s'ils disent ne pas pleurer sur le sort des dirigeants emprisonnés, les manifestants s'interrogent sur cette "subite indépendance retrouvée du jour au lendemain" de la justice. "C'est la même justice qui a fonctionné au téléphone", dénonce un manifestant. Pour ce dernier, ce "carnaval judiciaire ne va pas arrêter la révolution populaire qui continuera à mobiliser le peuple algérien". Comme à l'accoutumée, un débat a été improvisé sur place. Des propositions sont avancées par les intervenants pour faire aboutir le combat pacifique du peuple algérien en marche vers l'Histoire. Tous ont mis l'accent sur la nécessité de maintenir la mobilisation populaire.

Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.