CAN 2021. Botswana 0 – Algérie 1 (Groupe H) : Les Verts terminent l'année en beauté    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    Gaïd Salah: le peuple algérien a prouvé qu'il est "un peuple des grands défis"    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    A la conquête de l'Amérique    Les permanences des candidats en stand-by    Les candidats, cible des étudiants    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Infos Campus    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    4 manifestants condamnés    Grève dans les écoles    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    CAF : Waberi Hassan menace de démissionner    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pour que cesse la censure !"
Rassemblement hier des travailleurs de la télévision publique
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les protestataires qui s'étaient rassemblés devant la porte principale de l'entreprise ont scandé des slogans appelant à libérer la parole.
Pour le 14e lundi consécutif, depuis le 27 février, journalistes, techniciens et réalisateurs, qui représentent les 5 chaînes de l'entreprise de télévision nationale EPTV, ont tenu, hier en début d'après-midi, un sit-in pour réclamer un service public de télévision, en soulignant notamment le droit à l'expression de tous les Algériens, sans exception, à travers ce média lourd. Les protestataires, qui s'étaient rassemblés devant la porte principale de l'entreprise, ont scandé des slogans appelant à mettre fin à la censure et à libérer la télévision. "Barakat la censure" (pour que cesse la censure !), "Sahafa, Hourriya, Mas'ouliya (presse, liberté et responsabilité) et "Libérez la télé, laissez-nous travailler".
Les pancartes qu'ils ont brandies résumaient aussi leurs revendications. Ainsi, on pouvait lire : "Aucun changement sans solidarité, sans détermination ! Chers collègues rejoignez-nous ! Non à la censure. Liberté d'expression", "Journalistes unis pour la dignité et la liberté d'expression", "Libérez la télévision" et "Oui à un service public réel !", ainsi que "Plus jamais de censure, plus jamais de manipulation de l'information, journalistes déterminés à libérer la parole". Abdelmadjid Benkaci, journaliste de Canal Algérie et l'un des animateurs de ce rassemblement, a indiqué : "Notre combat est clair, nous revendiquons un service public, pour lequel la Constitution dit clairement que le droit à l'information est constitutionnel. Et on ne veut pas être une télévision qui répond uniquement aux appels du pouvoir.
On veut être une télévision qui soit le miroir du peuple algérien, qui a besoin et veut voir ses réalités à travers cette télévision publique pour laquelle il paie des impôts." Et ce, avant de rappeler : "Nous sommes plus de 350 signataires de la première plateforme, donc nous restons collés à ce principe. Nous n'avons pas d'autres revendications. Nous ne sommes contre personne, nous sommes pour un service public de télévision publique algérienne. Nous voulons être une réelle télévision publique impartiale qui diffuse toutes les vérités." D'ailleurs, dit-il encore, "même l'autorité militaire s'est exprimée la dernière fois dans ce sens en disant que le devoir des journalistes est de rapporter les vérités, toutes les vérités que le peuple algérien cherche à travers sa télévision. Nous ne sommes pas en train d'enfreindre une loi". Un avis sur lequel il est rejoint par Zahra Ferhati de la chaîne amazighe, qui dira, toutefois : "On veut mettre la télévision à l'abri des luttes claniques.
On n'a pas à défendre qui que ce soit, sinon la voix du peuple." En soulignant le manque d'ouverture et la faiblesse de couverture de la télévision, Abdelmadjid Benkaci a étayé son propos en citant l'exemple de la tenue, samedi dernier, de la conférence nationale de la société civile, où plus de 90 associations et syndicats ont présenté une feuille de route pour la sortie de crise du pays, mais à laquelle la télévision publique algérienne était absente, contrairement aux autres chaînes de télé, a-t-il fait remarquer, avant de commenter : "C'est une honte pour la chaîne de télévision qui prétend être celle de tous les Algériens que de ne pas couvrir cet événement." Enfin, un appel à la solidarité est lancé aux autres journalistes qui n'ont pas encore rejoint le mouvement qui, désormais, n'attire plus grand monde.

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.