Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    L'hommage de Messi à Maradona    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    Le but de Mahrez face au Zimbabwe non retenu pour le prix Puskas    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    LDC : Le programme de ce mercredi    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    «Nous jouerons le haut du tableau»    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Les banques publiques difficilement vendables    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pour que cesse la censure !"
Rassemblement hier des travailleurs de la télévision publique
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les protestataires qui s'étaient rassemblés devant la porte principale de l'entreprise ont scandé des slogans appelant à libérer la parole.
Pour le 14e lundi consécutif, depuis le 27 février, journalistes, techniciens et réalisateurs, qui représentent les 5 chaînes de l'entreprise de télévision nationale EPTV, ont tenu, hier en début d'après-midi, un sit-in pour réclamer un service public de télévision, en soulignant notamment le droit à l'expression de tous les Algériens, sans exception, à travers ce média lourd. Les protestataires, qui s'étaient rassemblés devant la porte principale de l'entreprise, ont scandé des slogans appelant à mettre fin à la censure et à libérer la télévision. "Barakat la censure" (pour que cesse la censure !), "Sahafa, Hourriya, Mas'ouliya (presse, liberté et responsabilité) et "Libérez la télé, laissez-nous travailler".
Les pancartes qu'ils ont brandies résumaient aussi leurs revendications. Ainsi, on pouvait lire : "Aucun changement sans solidarité, sans détermination ! Chers collègues rejoignez-nous ! Non à la censure. Liberté d'expression", "Journalistes unis pour la dignité et la liberté d'expression", "Libérez la télévision" et "Oui à un service public réel !", ainsi que "Plus jamais de censure, plus jamais de manipulation de l'information, journalistes déterminés à libérer la parole". Abdelmadjid Benkaci, journaliste de Canal Algérie et l'un des animateurs de ce rassemblement, a indiqué : "Notre combat est clair, nous revendiquons un service public, pour lequel la Constitution dit clairement que le droit à l'information est constitutionnel. Et on ne veut pas être une télévision qui répond uniquement aux appels du pouvoir.
On veut être une télévision qui soit le miroir du peuple algérien, qui a besoin et veut voir ses réalités à travers cette télévision publique pour laquelle il paie des impôts." Et ce, avant de rappeler : "Nous sommes plus de 350 signataires de la première plateforme, donc nous restons collés à ce principe. Nous n'avons pas d'autres revendications. Nous ne sommes contre personne, nous sommes pour un service public de télévision publique algérienne. Nous voulons être une réelle télévision publique impartiale qui diffuse toutes les vérités." D'ailleurs, dit-il encore, "même l'autorité militaire s'est exprimée la dernière fois dans ce sens en disant que le devoir des journalistes est de rapporter les vérités, toutes les vérités que le peuple algérien cherche à travers sa télévision. Nous ne sommes pas en train d'enfreindre une loi". Un avis sur lequel il est rejoint par Zahra Ferhati de la chaîne amazighe, qui dira, toutefois : "On veut mettre la télévision à l'abri des luttes claniques.
On n'a pas à défendre qui que ce soit, sinon la voix du peuple." En soulignant le manque d'ouverture et la faiblesse de couverture de la télévision, Abdelmadjid Benkaci a étayé son propos en citant l'exemple de la tenue, samedi dernier, de la conférence nationale de la société civile, où plus de 90 associations et syndicats ont présenté une feuille de route pour la sortie de crise du pays, mais à laquelle la télévision publique algérienne était absente, contrairement aux autres chaînes de télé, a-t-il fait remarquer, avant de commenter : "C'est une honte pour la chaîne de télévision qui prétend être celle de tous les Algériens que de ne pas couvrir cet événement." Enfin, un appel à la solidarité est lancé aux autres journalistes qui n'ont pas encore rejoint le mouvement qui, désormais, n'attire plus grand monde.

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.