Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dialogue politique au point mort
Malgré la multiplication des initiatives
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

"Les choses sont restées en l'état. Après l'annonce de la liste par la ‘société civile', il n'y a eu aucun autre signe", a estimé Karim Younès, contacté hier par téléphone.
Plusieurs jours après son lancement, la "nouvelle initiative", lancée par le Forum civil pour le dialogue et, du reste, inspirée par le pouvoir en place pour relancer le dialogue politique, est au point mort. Le pouvoir navigue à vue pendant que l'opposition et l'ensemble de la classe politique exigent des garanties. Un dialogue de sourds s'installe. Si l'ensemble des groupes politiques s'accordent au moins sur la nécessité d'aller vers un dialogue sérieux, tous emettent des exigences qui font consensus ; en plus du départ des figures du système et la levée des contraintes qui pèsent sur l'ensemble des libertés, ils réclament la libération des "détenus d'opinion". Ce dernier point semble constituer une pierre d'achoppement, les Algériens et le pouvoir ne voyant pas la chose de la même manière. Même chez les personnalités qui semblent faire partie des bonnes grâces du pouvoir, ce point reste un préalable indiscutable. L'ancien président de l'APN, Karim Younès, qui multiplie les sorties médiatiques ces derniers jours dans un costume d'homme de médiation, répète à l'envi que cette question est un "préalable indispensable" pour entamer un dialogue. Pourtant, du côté du pouvoir, on ne semble pas être "pressé" de montrer de bonnes prédispositions à faire des concessions. Jusqu'à hier du moins, ni les détenus d'opinion n'ont été libérés ni les intentions d'aller vers un dialogue sérieux ne sont affichées. "Les choses sont restées en l'état. Après l'annonce de la liste par la ‘société civile', il n'y a eu aucun autre signe", a estimé Karim Younès, contacté hier par téléphone. Pour l'ancien ministre de la Formation professionnelle, en dehors de "l'absence de brutalités lors de la manifestation de vendredi dernier", le pouvoir n'a donné "aucun signe" quant au traitement qui sera réservé aux détenus d'opinion. Du côté des autorités, il n'y a visiblement pas matière à communiquer. La dernière sortie publique de la présidence de la République remonte à jeudi dernier. Le communiqué d'Abdelkader Bensalah évoquait un "pas positif" après la publication de la liste du "Forum de la société civile". Il annonce que "les tractations se poursuivent" pour désigner une liste définitive du panel qui devra servir d'intermédiaire pour un éventuel dialogue. "Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite, hier, 17 juillet 2019, par le ‘Forum de la société civile pour le changement' et considère qu'il s'agit d'un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", avait indiqué la présidence de la République. Mais entre-temps, le sacre de l'équipe nationale de football semble avoir donné un peu de répit au pouvoir, mais fait encore durer la crise. Le pari semble être difficile pour les autorités. Jusque-là, tous les signaux sont plutôt négatifs. Elles maintiennent les détenus d'opinion — que Gaïd Salah qualifie de "traîtres" — en prison et ne veulent pas lâcher "les figures du système Bouteflika". Puis, au fil des jours, elles donnent l'impression de vouloir à tout prix contrôler le processus politique, alors que l'opposition et les manifestants les disqualifient. En attendant, les signes d'un dénouement de la crise s'éloignent. La tenue d'une élection présidentielle dans "les délais raisonnables" est une entreprise impossible à réaliser "dans les brefs délais" comme le souhaite le pouvoir. Un changement de cap s'impose.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.