TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    L'Autorité palestinienne qualifié de "trahison" de la cause palestinienne l'accord Israël-Emirats    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Lutter contre l'argent sale et moderniser l'administration pour bâtir une nouvelle République    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    La drôle de démarche d'un syndicat    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Tebboune accuse !    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    Presse: Il faut crever l'abcès !    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dialogue politique au point mort
Malgré la multiplication des initiatives
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

"Les choses sont restées en l'état. Après l'annonce de la liste par la ‘société civile', il n'y a eu aucun autre signe", a estimé Karim Younès, contacté hier par téléphone.
Plusieurs jours après son lancement, la "nouvelle initiative", lancée par le Forum civil pour le dialogue et, du reste, inspirée par le pouvoir en place pour relancer le dialogue politique, est au point mort. Le pouvoir navigue à vue pendant que l'opposition et l'ensemble de la classe politique exigent des garanties. Un dialogue de sourds s'installe. Si l'ensemble des groupes politiques s'accordent au moins sur la nécessité d'aller vers un dialogue sérieux, tous emettent des exigences qui font consensus ; en plus du départ des figures du système et la levée des contraintes qui pèsent sur l'ensemble des libertés, ils réclament la libération des "détenus d'opinion". Ce dernier point semble constituer une pierre d'achoppement, les Algériens et le pouvoir ne voyant pas la chose de la même manière. Même chez les personnalités qui semblent faire partie des bonnes grâces du pouvoir, ce point reste un préalable indiscutable. L'ancien président de l'APN, Karim Younès, qui multiplie les sorties médiatiques ces derniers jours dans un costume d'homme de médiation, répète à l'envi que cette question est un "préalable indispensable" pour entamer un dialogue. Pourtant, du côté du pouvoir, on ne semble pas être "pressé" de montrer de bonnes prédispositions à faire des concessions. Jusqu'à hier du moins, ni les détenus d'opinion n'ont été libérés ni les intentions d'aller vers un dialogue sérieux ne sont affichées. "Les choses sont restées en l'état. Après l'annonce de la liste par la ‘société civile', il n'y a eu aucun autre signe", a estimé Karim Younès, contacté hier par téléphone. Pour l'ancien ministre de la Formation professionnelle, en dehors de "l'absence de brutalités lors de la manifestation de vendredi dernier", le pouvoir n'a donné "aucun signe" quant au traitement qui sera réservé aux détenus d'opinion. Du côté des autorités, il n'y a visiblement pas matière à communiquer. La dernière sortie publique de la présidence de la République remonte à jeudi dernier. Le communiqué d'Abdelkader Bensalah évoquait un "pas positif" après la publication de la liste du "Forum de la société civile". Il annonce que "les tractations se poursuivent" pour désigner une liste définitive du panel qui devra servir d'intermédiaire pour un éventuel dialogue. "Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite, hier, 17 juillet 2019, par le ‘Forum de la société civile pour le changement' et considère qu'il s'agit d'un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", avait indiqué la présidence de la République. Mais entre-temps, le sacre de l'équipe nationale de football semble avoir donné un peu de répit au pouvoir, mais fait encore durer la crise. Le pari semble être difficile pour les autorités. Jusque-là, tous les signaux sont plutôt négatifs. Elles maintiennent les détenus d'opinion — que Gaïd Salah qualifie de "traîtres" — en prison et ne veulent pas lâcher "les figures du système Bouteflika". Puis, au fil des jours, elles donnent l'impression de vouloir à tout prix contrôler le processus politique, alors que l'opposition et les manifestants les disqualifient. En attendant, les signes d'un dénouement de la crise s'éloignent. La tenue d'une élection présidentielle dans "les délais raisonnables" est une entreprise impossible à réaliser "dans les brefs délais" comme le souhaite le pouvoir. Un changement de cap s'impose.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.