Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des consécrations et de l'espoir…
L'Algérie brille aussi par son cinéma
Publié dans Liberté le 01 - 09 - 2019

Des œuvres comme Papicha, Rome plutôt que vous ou encore Yema ne sont qu'un petit aperçu bien loin d'être exhaustif d'une compétence culturelle et cinématographique indéniable et bien plus grande que cela et que possède une jeunesse algérienne qui ne demande qu'à être reconnue.
Dans ce marasme politique ambiant que vit l'Algérie depuis plusieurs mois déjà – voire de nombreuses années –, il fait bon sentir de temps à autres un air de renouveau et d'espoir surtout quand celui-ci nous vient de la culture, ce parent pauvre de la société qu'on malmène au gré de l'humeur et sans considération aucune, alors que son rôle est primordial dans la construction d'une nation et que c'est une issue de secours indispensable pour voir enfin le bout du tunnel. Et dans cette vaste culture, on trouve le cinéma, cette "écriture moderne où l'encre est la lumière", comme le disait si bien Jean Cocteau. Cet art capable de beaucoup d'exploits aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'international. Et les exemples ne manquent pas ces jours-ci. Déjà lors du festival Racont'arts qui s'est déroulé en juillet dernier au village Sahel, les visiteurs ont pu apprécier le travail de réalisation de jeunes talents prometteurs qui ont pu émerger grâce à la cinéaste Habiba Djahnine et au collectif Cinéma et Mémoire qui avaient initié un atelier de création de films documentaires qui a permis de donner le jour à sept réalisations dont Dis-moi Djamila, si je meurs demain comment feras-tu ?, de Leila Sâadna, Bnat El-Djeblia (les filles de la montagnarde) de Wiame Awress ou encore Essitar (le rideau) de Kahina Zina. Des films documentaires et des réalisatrices qui ont également été invitées tout récemment (du 17 au 24 août) à la 4e édition du Festival du cinéma de Douarnenez (France) où l'Algérie était à l'honneur, et où furent également projetés au public – venu très nombreux s'enquérir de la situation de cette Algérie qui bouge – d'autres films comme Yema de Djamila Sahraoui, Rome plutôt que vous, de Tariq Teguia ou encore Qindil el-bahr de Damien Ounouri et Adila Bendimered. Des projections et des réalisations qui en disent long sur cette jeunesse qui a soif de dire et de produire. Et que dire aussi de cette Papicha de Mounia Meddour qui a raflé les cœurs et les prix sinon que ce sont des consécrations amplement méritées pour un travail de passion et de longue haleine qui a fini par porter ses fruits, puisque couronné au Festival d'Angoulême par le Valois du public et le Valois du scénario, en plus de faire connaître des actrices de talent, telles que Shirine Boutella, Amira Hilda et Lina Khoudri qui s'est vu attribuer le Valois de l'interprétation féminine ex aequo avec l'actrice française Nina Meurisse.
De plus, lors de ce même festival du cinéma, la littérature algérienne s'est également exportée et couronnée à travers le roman de Yasmina Khadra, Les Hirondelles de Kaboul, qui a été adapté en film d'animation et réalisé par le duo Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec qui ont reçu le Valois de diamant. Ces exemples ne sont qu'un petit aperçu bien loin d'être exhaustif d'une compétence culturelle et cinématographique indéniable et bien plus grande que cela et que possède une jeunesse algérienne qui ne demande qu'à être reconnue, aidée et exploitée chez elle pour le bien culturel de tous dans cette Algérie nouvelle tant espérée.

Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.