Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Aung San Suu Kyi condamnée à 4 ans de prison par la junte    Profil bas    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Conseil des ministres: Jeux Méditerranéens, Internet et importation de véhicules au menu    Bouira: Une victime du monoxyde de carbone secourue    Discussions ministère-syndicat: La grève du Cnapeste se poursuit en attendant...    Longue chaîne létale    En hommage au Pr Hadj Miliani: Des «journées littéraires» du 8 au 24 décembre    Ces «maquisards» du prêt-à-porter    «Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Première défaite pour Xavi    Dans le flot de la contestation    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Plusieurs routes nationales fermées à la circulation    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Vos arrestations ne font que renforcer notre détermination"
Un tsunami populaire a déferlé sur la ville de Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 14 - 09 - 2019

Au centre-ville, il était quasiment impossible de se frayer un passage.
Une situation comparable aux premières marches de février.
C'est un tsunami qui a déferlé, hier, sur la ville de Tizi Ouzou à l'effet de participer à ce 30e rendez-vous populaire pour le départ de tous les symboles de l'ancien régime et l'instauration d'un véritable Etat de droit et de démocratie. Avant même l'heure habituelle de départ de la marche, ils étaient déjà des dizaines de milliers de personnes à écumer le tronçon menant de l'entrée du campus Hesnaoua de l'université de Tizi Ouzou au stade du 1er-Novembre.
Au centre-ville, il était quasiment impossible de se frayer un passage même sur les trottoirs. Les manifestants se comptent par centaines de milliers. Une situation comparable aux premières marches de mars dernier. Il y avait autant d'hommes que de femmes, de tous les âges, de toutes les catégories sociales, venus des quatre coins de la wilaya.
La multiplication des manœuvres par le pouvoir qui tient, non seulement à organiser son élection présidentielle, que le peuple rejette, mais surtout à l'organiser avec la contribution du FLN et du RND dont le peuple ne cesse de réclamer la dissolution, a été, sans nul doute, déjà pour beaucoup dans cette remobilisation spectaculaire.
Ajouté à cela la provocation de trop par l'arrestation de Karim Tabbou, qui a fait qu'à la détermination déjà fort remarquable de la rue qui ne jure plus que par la chute de tous les symboles du régime est venue se greffer une forte dose d'exaspération qui a contribué à l'accélération du processus de remobilisation.
C'est d'ailleurs à coups de cris "Allahou Akbar Karim Tabbou" et en déployant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Nous sommes tous Karim Tabbou" et "Vos arrestations ne peuvent pas porter atteinte au moral du peuple, bien au contraire, elles renforcent sa détermination" que la marche s'est ébranlée, hier, de l'université de Tizi Ouzou pour se diriger vers la place de L'Olivier, via le centre-ville.
L'arrestation de cet homme politique n'a évidemment pas fait perdre de vue à la marée humaine les autres manœuvres, notamment l'élection présidentielle que les manifestants ont encore une fois rejetée massivement.
"On ne veut pas de ton élection Gaïd : le peuple vote déjà dans la rue chaque vendredi", "Non aux élections, non au suicide", "Non à la feuille de route", "Non aux élections avec el-îssabate", "La antakhib", lit-on sur de nombreuses pancartes brandies par des manifestants qui scandaient tantôt "La hiwar la chiwar, errahil obligatoire", tantôt "Makanch intikhabat yal îssabate".
Tout en scandant également "Smaâ smaâ yal Gaïd, daoula madania matchi âaskaria", "Ulac l'vot ulac", "Ya hna ya ntouma, maranach habssin", "Istiqlal", "Gaïd Salah, Bensalah, houkouma oua el barlamen, tetnehaw gaâ". Sur d'autres banderoles et pancartes, on pouvait lire également : "Barakat min khitabat etahdid, etakhouine oua tafrika", "Vous, vous avez la force et nous, nous n'avons pas le choix : terrahlou gaâ", "La marche, c'est la voix du peuple : 30e vendredi, 30e référendum : non à la dictature militaire. Non aux élections de la îssaba", "Le peuple pacifique. Le pouvoir panique".

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.