DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique
…SOUFFLES…SOUFFLES…SOUFFLES…
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2019

Quelle est l'image de Dieu dans la "tête" d'un musulman algérien ? Toutes générations confondues, les enfants, les ados, les jeunes, les vieux, les femmes comme les hommes, dans la rue, à l'école, en famille, l'image d'Allah ne change pas ou peu. Mais quelles sont les caractéristiques de cette image divine ?
Depuis l'école coranique, puis à l'école dite républicaine, l'image fournie d'Allah n'est que l'incarnation de la violence ! L'image d'Allah, Dieu ou Yahvé, qu'importe l'appellation, dans la première école comme dans la deuxième, ne change pas d'empreintes, son apparence est la même, elle représente le brasier éternel.
Il n'y a pas de différence entre l'école coranique et l'école dite républicaine, sauf que les enfants de la première utilisent les tablettes en bois, le Q'lam pour écrire, le Smaq comme encre et le tapis pour s'asseoir. Les enfants de la deuxième sont reçus dans des classes équipées des chaises et des tables, utilisent des cahiers et des stylos, mais l'image d'Allah sur une chaise ou sur un tapis, est la même, celle de la torture !
Dieu est sadique, dans l'imaginaire de l'islam politique. Les deux écoles jumelles commercialisent la même idée, le même discours sur Allah, la même pellicule. Elles inculquent aux enfants le même cauchemar ! Un cauchemar à perpétuité !
L'image d'Allah, Dieu ou Yahvé, qu'importe l'appellation, manifestée dans la leçon d'éducation islamique, dans le cours de littérature, le cours des sciences naturelles ou expérimentales ou même celui des mathématiques, incarne le châtiment. Le musulman, depuis sa naissance et jusqu'à sa mort vit avec une peur dans le ventre et dans la tête, une peur de son Dieu ! Le musulman n'aime pas son Dieu.
Il a peur de son Dieu ! Il est l'image de la brutalité. Dieu, dans l'imaginaire des musulmans, est à l'image des présidents, des rois, des califes, des walis, des maires, des chefs d'entreprise, des directeurs ! Et tous ces chefs décideurs incarnent la dictature, la censure et l'humiliation. Et dans l'imaginaire musulman, ce n'est pas Dieu qui défend ses créatures mais ce sont ces dernières qui le défendent. Elles tuent pour qu'il vive! C'est l'absurdité islamiste !
Les islamistes célèbrent les noms divins qui expriment la brutalité, la force et la violence parce que l'image de leur Dieu a été construite à la taille de leur chef terroriste. Ce sont les chefs de l'islam politique qui ont fabriqué l'image de Dieu , et ils l'ont faite à leur image ! Et ce sont eux qui défendent l'image de leur Créateur devenu leur créature ! L'absurdité !
L'image de Dieu des musulmans est calquée sur celle d'un policier, d'un flic, d'un censeur, d'un contrôleur. Dieu est celui qui poursuit ses créatures afin de les torturer. Il est l'ombre censeure de chaque musulman. Face à ce Dieu, le musulman est en permanence sur le banc d'accusation. Dieu qui habite la tête du musulman est à l'image de celui qui lit vos courriers personnels, qui fouine dans vos affaires privées, qui inspecte vos habits intérieurs ! Les musulmans ont loué 99 noms au bon Dieu!
Pourquoi pas 100 ? De ces 99 noms d'Allah, les musulmans n'ont retenus dans leur imaginaire que ceux qui font référence à la violence, à la cruauté, au feu, à la torture, à la censure, au tabou, à l'interdit, à la colère, à la mort, à la tombe, à la ségrégation sexuelle, à la soumission, à l'enfer, à la guerre, au sang. Dans l'imaginaire musulman, avec les caractères octroyés à Dieu par l'islam politique, ce dernier n'est que l'ombre d'un chef.
Il est métamorphosé en un chef de parti politique. Il est Al Jabbar l'ultime puissant. Il est Al Motaqabbir l'orgueilleux. Il est Al Ghaffar, celui qui pardonne ce qu'il veut à qui il veut. Il est Al Khafidh, celui qui humilie. Il est Al Modhil, celui qui abaisse et dévalorise. Il est Al Hassib, celui qui règle les comptes. Il est Al Raquib, l'observateur ou le guetteur. Il est Al Moqtadir le tout puissant. Il est Al Dhahir l'apparent et Al Batine le caché. Il est Al Nafiê l'utile et il est aussi Al Dhar le nocif.
Tous ces attributs sont tirés de l'image d'un chef guerrier despotique pour être alloués à Dieu. Dans la culture de l'islam politique, Dieu de l'amour est effacé face à la présence d'un dieu de la haine. Dieu qui représente la tolérance est gommé face à l'image omniprésente d'un dieu de l'expiation. La culture islamiste conteste Dieu de la beauté, et célèbre dieu de la laideur et de la mocheté.

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.