Les modifications et les instructions de Tebboune    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    L'Allemagne évoque une dégradation de la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    INAPPROPRIEE, DISPROPORTIONNEE ET DISCRIMINATOIRE    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relance de la filière tannage du cuir
à l'initiative de la chambre de l'artisanat et des métiers de tamanrasset
Publié dans Liberté le 09 - 01 - 2020

Pour cela, des programmes de formation ont été mis en place.
La direction de la CAM (Chambre de l'artisanat et des métiers) de la wilaya de Tamanrasset ambitionne de relancer la filière de tannage du cuir avec des tanins végétaux et d'autres substances locales considérées comme solutions alternatives aux produits nocifs pour la santé et l'environnement, tels que le sel de chrome. D'où l'explication des programmes de formation mis en place et l'intérêt accordé aux techniques de tannage qui devraient particulièrement obéir aux normes de sécurité sanitaire des artisans du cuir, dont certains ont bénéficié tout récemment d'une formation assurée par un expert nigérien en tannage dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de coopération conclu entre l'Algérie et le Niger en matière d'artisanat.
Près d'une vingtaine d'artisans ont pris part à cette session qui leur a permis de s'imprégner des méthodes pratiques facilitant la transformation des peaux d'animaux en cuir, en les rendant imputrescibles, souples et résistantes. Selon Cherif Mhidi, traducteur chargé d'accompagner les stagiaires durant ce cycle de formation, l'expérience nigérienne dans le domaine du tannage de cuir a beaucoup servi aux artisans qui œuvrent pour créer une unité de tannage dans cette wilaya disposant d'énormes potentialités en matières premières. Ce qui permettra certainement de couper l'herbe sous le pied des lobbies qui exportent frauduleusement les peaux provenant des dépouilles d'animaux amassées dans les abattoirs de la wilaya pour traitement avant de les importer en produits tannés à des coûts exorbitants pour les besoins de l'artisanat local.
D'après les statistiques en notre possession, les services de l'inspection vétérinaire de la wilaya de Tamanrasset auront enregistré 71 946 peaux inexploitées en 2018, dont 3425 peaux caprines, 54 290 autres ovines, 999 bovines et 13 232 peaux de camelins. "Le projet de réalisation d'une tannerie à Tamanrasset est une nécessité vitale, afin de pouvoir couvrir les besoins des travailleurs du cuir qui auront désormais la possibilité d'acquérir une matière première 100% locale, qui plus est à des prix défiant toute concurrence", précise le directeur de la CAM, Abdellah Lagraoui, en insistant sur l'utilisation des technologies ecofriendly dans le tannage du cuir. D'où l'importance d'adopter des modèles favorisant le développement durable et des techniques devant impacter positivement l'économie à travers l'émergence des tanneurs professionnels qui s'engageront à révolutionner l'industrie du tannage végétal dans cette wilaya du grand Sud.
Ces mêmes tanneurs doivent, estime M. Lagraoui, s'organiser pour développer un système de production obéissant aux normes de qualité à l'effet de parvenir à avoir l'avantage de compétitivité des produits algériens, tant sur le marché national qu'international, et du coup générer plusieurs opportunités d'emploi. Ce faisant, il est impératif de mettre le capital humain au diapason des exigences du marché en alliant tradition et modernité, et surtout pour éviter les opérations inutiles et les processus de production obsolètes.
Pour Mahaman Kabirou Dhouda, directeur du développement associatif des artisans au ministère du Tourisme et de l'Artisanat du Niger, la formation est principalement axée sur l'usage des méthodes efficaces portant sur la rationalisation et la meilleure utilisation des produits disponibles localement, notamment pour en finir avec le problème de la mauvaise odeur qui se dégage des peaux après l'opération de tannage et celui des cuirs qui manquent énormément de souplesse. "Notre expertise va dans le sens d'apporter des solutions pratiques aux préoccupations majeures des tanneurs de cette wilaya qui dispose de beaucoup de potentialités qu'on devrait mettre en valeur. Durant cette formation, nous avons constaté l'engouement suscité par cette activité chez les artisans qui sont invités à perpétuer cette tradition en organisant des formations similaires au profit d'autres artisans de Tamanrasset", souhaite le représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat de la République du Niger.
Les participants, issus de la commune de Tamanrasset pour la plupart, ont été ainsi sensibilisés à l'utilisation de tanins et de produits chimiques constituant un risque redoutable pour leur santé, nous explique pour sa part Bouafia Imane, une universitaire participante qui compte développer d'autres formules de tannage dans le cadre de ses études en microbiologie et son travail de recherche effectué sur un échantillon de 150 tanneurs de cuir exerçant dans la wilaya de Tamanrasset, avec pour finalité d'aboutir à un cuir de qualité en se basant sur des mesures et procédés amis de l'environnement.




RABAH KARÈCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.