Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ces impositions sont des représailles contre la corporation"
Les robes noires en colère à Béjaïa
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2020

Les avocats affiliés au barreau de Béjaïa ont observé, hier, une journée de protestation contre les nouvelles dispositions de la loi de finances pour l'année 2020, concernant notamment le régime fiscal imposé aux activités libérales non commerciales. En réponse à l'appel lancé par l'Union nationale des ordres des avocats (Unoa), à l'issue de sa dernière réunion, tenue vendredi dernier, à Alger, les robes noires de Béjaïa ont boycotté, hier, toutes les activités judiciaires, à travers l'ensemble des juridictions relevant de leur Cour de justice. Cette journée de grève générale a été ponctuée par un sit-in observé, hier matin, dans l'enceinte du palais de justice de la ville des Hammadites. Vêtus de leurs toges, les membres du barreau de Béjaïa se sont rassemblés, dès la matinée, sur le parvis de la Cour de justice, afin d'exprimer leur rejet du nouveau régime fiscal qui leur a été imposé par la loi de finances 2020. Ils contestent, en fait, le passage du régime déclaratif (forfait), en vigueur depuis longtemps, au régime réel applicable à partir de l'année en cours. Pour la corporation des avocats, l'application de ce nouveau régime fiscal, prévu dans la LF 2020, étouffera l'activité de la défense, dès lors que plus de 50% des recettes des avocats seront destinées au paiement des charges fiscales et parafiscales. "Le recours à cette première action de protestation vise à dénoncer les nouvelles dispositions fiscales contenues dans la nouvelle loi de finances 2020 que nous qualifions d'injustes. Imposer un tel régime fiscal, c'est vouloir affaiblir davantage le pouvoir d'achat de l'avocat algérien", nous a déclaré, hier, le bâtonnier de Béjaïa, Me Salem Khatri. Selon notre interlocuteur, la mise en place de ce régime fiscal, sans recourir à aucune étude au préalable, ni associer les acteurs concernés, "sonne comme un chantage, voire un acte de représailles contre la corporation d'avocats qui s'est engagée pleinement dans le mouvement populaire né le 16 février à Kherrata". Le premier responsable de l'ordre régional des avocats de Béjaïa (Orab) a tenu, par ailleurs, à réitérer l'engagement et la détermination de la corporation à "rester mobilisée aux côtés du peuple algérien" et à "soutenir les revendications légitimes portées par la révolution du sourire". Il y a lieu de rappeler que la loi de finances 2020 impose aux professions libérales, dont celle des avocats, le paiement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) fixée à 19%, de l'impôt sur le revenu global (IRG) de l'ordre de 26%, de la taxe sur l'activité professionnelle (TAP) de 2%, à cela s'ajoutent les 15% de cotisations au profit de la Casnos.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.