Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Zeroual fait don d'un mois de sa pension de retraite    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Un député français saisit le procureur de Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    3 personnes interpellées    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    On vous le dit    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
126e partie
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Résumé : En apprenant son suicide, Fathma réalise que la vie ne l'avait pas épargné. Elle lui avait tout pris et il ne s'en était jamais remis. Même s'ils en avaient vu de toutes les couleurs par sa faute, ils éprouvent de la peine. Fathma tient à voir ses parents. Le temps de se préparer, ils partent tous ensemble au village. Il y a du monde chez son beau-frère. Si ce dernier les reçoit bien, ce n'est pas le cas de sa femme qui quitte le hall dès qu'elle les voit entrer…
Heureusement, le reste de la famille se comporte bien avec elles. Les belles-filles d'Ali leur tiennent compagnie. Elles prennent le café avec d'autres villageoises venues les réconforter, mais celles-ci ne tardent pas. Ali les rejoint. Le dos courbé, il a pris un coup de vieux à la mort de son fils.
- Beau-frère, qu'Allah vous apporte la patience et le courage pour affronter le vide qu'il a laissé, dit-elle. Je sais combien c'est dur à supporter !
- Tu sais, il était en prison, c'est comme s'il était déjà mort, dit Ali. Je n'ai jamais été le voir. Aujourd'hui, je le regrette. Je suis un mauvais père. Peut-être qu'il a mis fin à ses jours parce qu'il s'était retrouvé seul. Je suis un père indigne. Je regrette de ne pas avoir été là jusqu'au bout. J'ai le sentiment de l'avoir abandonné.
- Il savait à quoi il s'exposait, mon oncle. Il n'aurait pas pu échapper à la prison. Qu'Allah lui pardonne. Malgré tout…
- Tu sais qu'il t'aimait beaucoup, à la folie même, insiste son oncle Ali. Je pense qu'il ne s'en était jamais remis, et n'a pas pu faire le deuil de son passé. Il t'aimait et aurait donné sa vie pour toi.
- Yemma pense comme toi. Mais nos vies auraient été plus simples s'il avait accepté son destin, car personne ne peut échapper à sa destinée. Tu sais, je ne comprends pas. Sa mort ne me réjouit pas. Il… Il était différent avant… Je ne doute pas qu'il m'aimait. Seulement, j'étais devenue une obsession pour lui. Il nous avait fait beaucoup de mal.
- Oui, je sais. Mais maintenant qu'il n'est plus, est-ce que tu lui as pardonné ?
- Oui, répondit-elle, après une brève hésitation. Oui, je lui ai pardonné.
Son oncle a un triste sourire. Il la remercie, puis se lève.
- Je reviens tout de suite.
Fathma attend d'être seuls, pour leur dire.
- On ne reste pas, même s'il insiste. Sa famille ne veut pas de nous ici. Je les comprends. On fera bien de partir.
Ali ne tarde pas à revenir avec une petite pochette noire qu'il lui remet.
- C'est quoi ?
- Quelque chose qui te revient. Tu pourras l'ouvrir plus tard.
Kamélia la range dans son sac. Fathma toussote avant de se lever.
- Mon cher beau-frère, prends soin de toi et de ta famille. Une longue route nous attend. Nous allons rentrer maintenant.
Comme elle le prévoyait, il insiste pour qu'ils restent passer la nuit, mais elle refuse. Elle promet qu'ils reviendront un autre jour.
Ils se font la bise et s'échangent quelques mots réconfortants avant de se séparer. Ils reprennent la route, silencieux. Adem dort dans les bras de sa grand-mère. Kamélia sort la pochette de son sac et, quand elle l'ouvre, elle trouve un album de photos d'elle et de Tewfik. Certaines sont très vieilles. Elle voit leurs sourires pleins d'insouciance et heureux.
"Oui, on a été heureux, il y a longtemps, pense-t-elle en soupirant. Mais c'était il y a longtemps !"
- Yemma, je voudrais aller au cimetière, dit-elle.
- Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, répond Fathma. Le bébé dort et ce n'est pas un endroit pour lui. Une autre fois.
- Je t'en prie, yemma, insiste Kamélia. Vous n'aurez pas besoin de descendre du taxi. Je veux me recueillir sur sa tombe, seule. Ne me le refusez pas, car j'en ai vraiment envie, ajoute-t-elle en voyant Idir secouer la tête négativement, sans dire un mot.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.