Décès du diplomate sahraoui M'hamed Kheddad    Pandémie COVID-19 et devenir du football algérien    Le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle pour 5037 détenus    OM : La réponse de Germain à Karim Benzema    Il n'y a personne à la barre du navire    L'heure est plus que jamais à la sérénité, à la lucidité, à la mobilisation…..    L'Algérie a suffisamment de capacités non encore utilisées contre le COVID-19    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    Le gouvernement mobilise les entreprises publiques    Le wali de Mascara contrôlé positif    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"    Le jour où Bouteflika a capitulé    Les Jeux méditerranéens d'Oran reportés    Milan AC : Sans Maldini et Boban, Ibrahimovic veut partir    Une trentaine de boulangeries ont fermé leurs portes à Oran    9 décès et 132 nouveaux cas en 24 heures    3 corps repêchés à Mostaganem    Premières condamnations de spéculateurs    Les clarifications du P-DG de Cevital    "La Maison indigène" revisitée par Leon Claro    Confit libyen : Une mission militaire de l'UE pour contrôler l'embargo sur les armes    Syrie : Troubles dans une prison des détenus de Daesch    ASO Chlef : Une aide de 3 mds accordée par l'ECDE    L'hommage de l'Olympique de Marseille à Pape Diouf    Tchad : Offensive militaire contre Boko Haram    NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Confinement partiel à Oran: entre soumission et insouciance    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Le Coronavirus et nous, acte 3: Sur-urbanisation effrénée, exodes ruraux hémorragiques, mode alimentaire globalisé et crises sanitaires mondialisées et récurrentes (Suite et fin)    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève
Elles se déroulent sous l'égide de l'Onu
Publié dans Liberté le 23 - 02 - 2020

L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a annoncé que les discussions politiques entre les belligérants de la crise libyenne démarreront mercredi à Genève, sous l'égide des Nations unies, et a souligné que les discussions militaires en cours en Suisse "sont dans la bonne voie".
"Antonio Guterres se rendra lundi (demain NDLR) à Genève pour superviser les discussions en cours", a déclaré M. Salamé hier, soulignant la détermination de l'ONU à veiller au déroulement du dialogue politique inter-libyen, qui sera lancé le 26 février, dans les mêmes conditions dans lesquelles se tiennent les discussions de la commission conjointe militaire libyenne visant à aboutir à un cessez-le-feu durable en Libye.
S'agissant de celles-ci, l'émissaire onusien a affirmé qu'elles "sont dans la bonne voie", évoquant toutefois quelques entraves liées à la violation de l'embargo sur les armes et la trêve en vigueur à Tripoli. Les belligérants libyens, le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Serradj et le maréchal Khalifa Haftar, ont entamé mardi dernier à Genève une nouvelle série de pourparlers militaires indirects, en présence de l'émissaire des Nations unies pour la Libye.
Ces pourparlers impliquent cinq officiers supérieurs nommés par le GNA et cinq officiers supérieurs nommés par l'armée nationale libyenne (ANL), dirigée par Haftar. Début février, les représentants du GNA, basé à Tripoli et reconnu par les Nations unies, et ceux du maréchal Khalifa Haftar avaient admis la nécessité de transformer la trêve en un cessez-le-feu permanent.
M. Salamé a assuré au début du deuxième cycle de discussions, mardi, qu'il faudrait plusieurs semaines de pourparlers pour "arriver à une solution". Il a également jugé que même si la trêve reste "fragile", il y a "des raisons d'espérer", notamment parce que "les Libyens veulent mettre fin à cette tragédie". Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé, le 12 février, une résolution réclamant qu'"un cessez-le-feu durable" succède en Libye à la trêve observée depuis janvier.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.