ARAV: appel à protéger les enfants de certains contenus médiatiques en période de confinement    Université de M'Sila : Des portes ouvertes à distance    Malaise de la Recherche scientifique : La RAL lance un appel à contribution    C'est quoi l'Agence universitaire de la Francophonie ?    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Le Président Tebboune reçoit une communication téléphonique de son homologue français    Elaboration d'un tissu auto-désinfectant pour lutter contre la Covid-19 : Le défi relevé de l'université Akli Mohand Oulhadj de Bouira    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Dans une déclaration au siège du MDN: Tebboune affirme qu'il fera face aux lobbies ciblant l'ANP    D'importants moyens mobilisés: Lancement du plan de prévention des feux de forêts    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    10 hectares de blé et 15 oliviers détruits par le feu    La fuite des compétences irréversible ?    AS Khroub: Victime d'instabilité !    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Vu à Idlib (Syrie)    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ahmed Laraba s'explique    Ce que risquent les contrevenants    Les décès et les contaminations en baisse    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
27e partie
Publié dans Liberté le 31 - 03 - 2020

Résumé : Houari continue de lui envoyer des messages. Il se veut optimiste. Il lui demande de positiver et de mettre une musique douce pour se détendre. Ils décident de se voir le lendemain. Samira doit éteindre son portable sinon ils s'écriraient jusqu'au matin. Elle finit par s'endormir et rêve d'être avec sa fille. Le joli rêve tourne au cauchemar. Elle se réveille en larmes et le cœur battant. Elle part chez Rahima. Ce n'est pas elle qui ouvre mais son mari, qui lui demande de ne plus revenir. Il lui claque la porte au nez…
Cela ne lui était jamais arrivé d'être renvoyée de la sorte. Samira en tremble encore. Elle ignore comment elle a fait pour ne pas tomber dans les escaliers. Une fois dehors, elle ne peut s'empêcher de se tourner ; elle voit les rideaux bouger légèrement. Elle pense que c'est Rahima.
Elle cherche son portable dans son sac et tente de l'appeler. Mais Rahima refuse ses appels. Elle doit en avoir le cœur net. Elle décide de lui envoyer un message.
"Mais qu'est-ce qui s'est passé ? Pourquoi ton mari m'a renvoyée comme une malpropre ? On devait se parler. Qu'est-ce que tu voulais me dire ?"
Elle appuie sur la touche envoi. Rahima a bien réceptionné le message. Mais elle tarde à répondre. Elle reçoit un appel de Houari qui commençait à s'inquiéter.
- Ma belle, qu'est-ce qui t'arrive ? Pourquoi tu ne répondais pas ?
- J'ai passé une mauvaise nuit, répond-elle. Je m'excuse. Je sais que ce n'est pas une raison pour que j'ignore tes appels et tes messages.
- Je comprends que tu ne sois pas bien mais, Samira, dois-je te rappeler que tu n'es plus seule ?
La jeune femme éclate en sanglots.
- Mais si... si tu savais…
- Où es-tu ? Je viens te chercher.
- Mais tu ne peux pas abandonner les malades, dit Samira. On se voie plus tard.
- Non, je suis libre. Et je ne peux pas te laisser comme ça. Je suis responsable de toi. Je suis avec toi.
- Puisque tu insistes, tu me trouveras près des arrêts de bus.
- Je serais là dans cinq minutes.
Comme promis, Houari arrive rapidement. Elle prend place près de lui. Il démarre aussitôt.
- Bonjour, dit-il, en voyant sa tristesse et ses yeux larmoyants. Samira, je n'aime pas te voir comme ça. Qu'est-il arrivé ?
- Je me le demande bien, dit-elle d'une petite voix, alors que les larmes coulent sur ses joues. Tu te rappelles que Rahima m'avait envoyé un message où elle me disait qu'on se verrait ce matin ?
- Oui. Et ? Vous vous êtes vues ? Que t'a-t-elle dit ?
Elle soupire tout en essuyant ses larmes.
- J'ai vécu le pire moment de ma vie. Figure-toi que c'est son mari qui m'a ouvert, et il m'a dit de ne plus jamais revenir. Il m'a claqué la porte au nez.
Houari se gare. Il se tourne vers elle et prend sa main.
- Quelle mouche l'a piqué ? Il se prend pour qui ? Machi mrabi. Il n'a reçu aucune éducation, ma parole ! Est-ce que tu as pu parler à Rahima ? Elle t'a expliqué pourquoi ?
- Je n'en sais rien. Je n'ai pas pu la voir ni lui parler.
Elle sent son portable vibrer dans la poche de sa veste. Elle le sort et voit la notification d'un message reçu. Elle appuie dessus et sent son sang se glacer.
"J'ai fait une belle erreur ; j'ai cru bien faire en lui confiant ton problème. J'espérais qu'il pourrait nous aider. Mais non. Il a une mauvaise opinion de toi, par ma faute. Il te méprise même. Il ne veut plus qu'on se fréquente. Pardon Samira. Oublie-moi. Supprime mon numéro. Je ne veux pas de problème avec lui. J'espère que tu comprends. Adieu !"



(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.