La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois banques publiques fin prêtes
Installation de guichets dédiés à la finance islamique
Publié dans Liberté le 05 - 04 - 2020

Le secteur bancaire local entame désormais la mise en place de guichets dédiés aux produits de la finance islamique. Il s'agit de la Banque de l'agriculture et du développement rural (Badr), de la Caisse nationale d'épargne et de prévoyance (Cnep-Banque) et de la Banque de développement local (BDL). La Banque nationale d'Algérie (BNA) est, elle aussi, bien avancée pour être au rendez-vous, même si une date précise n'est pas encore fixée.
En tout, trois banques publiques sont donc fin prêtes pour proposer à leur clientèle des produits bancaires conformes à la charia islamique, tel que souhaité par les autorités du pays. Ces établissements ont d'ores et déjà mis en place des guichets bancaires "Charia compatible" au sein de leurs différentes structures. D'autres banques, comme Al-Salam Bank Algérie et Al-Baraka Bank, se sont déjà spécialisées dans la finance islamique depuis plusieurs années. Housing Bank et Trust Bank proposent, elles aussi, ce type de produits à leur clientèle.
Le Conseil de la monnaie et du crédit, faut-il le préciser, a promulgué un deuxième règlement, n°20-02 du 15 mars 2020, qui vient enrichir et développer le règlement 02-18 du 4 novembre 2018. Il vient apporter quelques modifications, des améliorations et des précisions par rapport à l'ancien règlement, en capitalisant l'expérience vécue sur le terrain, dans le but d'accélérer le processus de commercialisation de ces produits par les acteurs de la place, notamment les banques conventionnelles.
Le directeur général d'Al-Salam Bank, Nasser Hideur, relève déjà la nouvelle appellation de ce "produit islamique" au lieu de "produit participatif" tel qu'inscrit dans l'ancien texte. "Ce sont des produits bancaires qui mettent un terme à la préoccupation d'ordre religieux, affichée par de nombreux citoyens, à savoir la problématique de l'intérêt liée aux pratiques bancaires classiques", souligne-t-il. Il est constaté également une définition plus claire et détaillée des produits de financement et de placement.
L'expert en finance islamique a mis l'accent sur une principale nouveauté introduite dans ce nouveau règlement : "Avant que les guichets islamiques soumettent les produits ‘Charia compatibles' à la Banque d'Algérie pour autorisation préalable, il y a lieu de recueillir au préalable l'avis de conformité de l'Instance nationale de fetwa, qui sera installée au sein du Conseil supérieur islamique." Auparavant, cela n'était pas une condition. "Avant, la Banque d'Algérie se prononçait sur l'aspect bancaire seulement.
Aujourd'hui, c'est l'inverse. Pour veiller à ce que ces produits soient crédibles, il est exigé cette attestation, ce certificat de conformité délivré par cette instance de fetwa", explique Nasser Hideur. Autre nouveauté, que le DG d'Al-Salam Bank juge intéressant de souligner, a trait aux dépôts à vue, c'est-à-dire les dépôts remboursables — différents des dépôts participatifs — qui bénéficient de la garantie du Fonds de garantie des dépôts bancaires conformément aux dispositions de la Banque d'Algérie. Toutefois, il serait souhaitable que cette couverture du fonds soit étendue aux dépôts d'investissement.
La société qui gère le fonds de garantie des dépôts bancaires et qui abrite les primes versées par les banques offrant des services bancaires "Charia compatibles" se doit de les insérer dans un compte spécial dédié aux guichets islamiques. Ces primes ne peuvent être placées que dans des "soukouks" souverains que pourrait émettre le Trésor public. Les dépôts à vue des banques classiques, par contre, sont placés obligatoirement, selon les dispositions du règlement, dans des bons du Trésor qui soulèvent la problématique de l'intérêt.
Par ailleurs, le démarrage des guichets islamiques des trois banques publiques qui disposent ensemble de quelque 600 agences permettra, relève Nasser Hideur, d'étendre cette offre à l'ensemble du territoire national. Les citoyens et les opérateurs économiques qui opteront pour ce type de produits vont contribuer à l'amélioration du niveau de bancarisation de la société par rapport à cette couche de la population qui refuse de confier son épargne aux banques classiques, en raison du souci religieux inhérent aux formules de prêts et d'emprunts assorties d'intérêts considérés non conformes à la charia.
Cela dit, "la finance islamique ne va pas résoudre à elle seule le problème des activités informelles, mais peut participer de façon assez significative à la résorption d'une partie de ces pratiques financières et commerciales qui échappent au secteur bancaire", indique enfin notre interlocuteur.



Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.