Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Mali dans une nouvelle impasse politique
L'opposition maintient sa demande de démission du président
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

Le communiqué publié dimanche soir par la coalition de l'opposition est une douche froide pour le président malien, qui doit à la fois répondre aux exigences de la rue sans froisser ses partisans.
La coalition de l'opposition, qui rassemble le Mouvement du 5-Juin et le Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP), a réitéré dimanche soir sa demande de démission du président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), au lendemain d'une série de rencontres qu'il a eue séparément avec l'imam Mahmud Dicko et des responsables du parti au pouvoir samedi. "Lors de cette rencontre, Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta a continué à faire la sourde oreille et preuve de mépris envers le peuple malien", lit-on dans ce communiqué incendiaire.
"En effet, M. Keïta a royalement ignoré toutes les demandes et mesures contenues dans le mémorandum du 30 juin 2020", expliquent les auteurs du communiqué, ajoutant qu'"en conséquence, le M5-RFP réaffirme plus que jamais sa détermination à obtenir, par les voies légales et légitimes, la démission pure et simple de M. Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime, sauf application du mémorandum" soumis par la coalition de l'opposition, qui a parallèlement appelé mercredi dernier à de nouvelles manifestations pour le 10 juillet à Bamako et dans d'autres villes maliennes.
Le M5-RFP avait soumis mercredi dernier un mémorandum dans lequel il renonçait à demander la démission du président IBK, en contrepartie d'autres exigences difficiles à satisfaire, pour ne pas dire impossibles à mettre en place, sans susciter la colère du parti au pouvoir et d'une autre partie des Maliens. Après avoir reçu l'influent imam Mahmud Dicko, IBK a affirmé sa disponibilité à former un gouvernement d'union nationale qui inclura toutes les sensibilités politiques existantes, afin d'éviter au pays de replonger dans une nouvelle crise politique, alors qu'il est toujours en prise avec la crise du nord et la guerre contre le terrorisme depuis 2012.
Pour sa part, l'opposition exige un gouvernement de transition, dont le Premier ministre sera désigné par le M5-RFP.
Le président n'aura aucune possibilité de dégommer le Premier ministre, qui choisira en totale liberté lui-même son équipe gouvernementale, sauf dans certains cas qui devraient être inscrits dans une charte à rédiger, si IBK acceptait d'appliquer ce fameux mémorandum à la lettre. "La dissolution immédiate de l'Assemblée nationale" figure aussi parmi les exigences de l'opposition, ainsi que "le détachement des services exécutifs de l'Etat de la présidence de la République", lit-on encore dans le texte du mémorandum, sévèrement critiqué par les partisans du président qui n'arrivent pas, par ailleurs, à mobiliser du monde autour d'eux, en dehors de quelques minuscules organisations de la société civile, dont la majorité a rejoint les rangs du M5-FRP.
Les partisans d'IBK ont appelé début juin dernier à des contre-marches qui n'ont pas drainé grand-monde avant de renoncer à ce type d'actions, qui pourraient dégénérer en affrontements avec les manifestants de l'opposition. Pour rappel, l'ONU, l'Union africaine et des organisations régionales ont vainement tenté de réconcilier les deux parties en conflit, avant d'y renoncer, tout en appelant les Maliens à ne pas se laisser gagner par la violence.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.