Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    37 milliards de centimes de créances à recouvrer    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colère et consternation
Biskra nouvel épicentre du corona
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2020

Le ministre de la Santé a été accueilli par des citoyens en colère réclamant des éclaircissements sur l'évolution dramatique de la situation épidémiologique dans la wilaya et de situer les responsabilités dans la gestion de l'épidémie qui a pris une ampleur inquiétante.
En marge de la visite de travail du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid, hier dans la wilaya de Biskra, de nombreux citoyens se sont rassemblés devant l'hôpital Hakim-Saâdane et ont scandé des slogans hostiles aux responsables qui gèrent la crise sanitaire que connait la région et qu'ils qualifient de "catastrophique". Une marche pacifique a également été organisée par des dizaines de jeunes, dans une rue jouxtant l'hôpital.
Les participants ont été rapidement dispersés par les forces de l'ordre. Selon des sources, certains ont été interpellés. Profitant de la visite du ministre, ces citoyens se sont organisés pour lui soumettre leurs doléances liées à la gestion de la crise sanitaire, qui a d'ailleurs engendré un nombre important de décès ces dernières semaines. "Plus de 10 décès par jour dénote l'indifférence et la négligence envers les malades, ainsi qu'une prise en charge douteuse. Par le biais de Facebook, vous savez déjà ce qui se passe à l'intérieur des hôpitaux de Biskra. Est-ce normal qu'un patient soit allongé à même le sol ? Comment peut-on qualifier ce comportement, n'est ce pas là de la négligence ? Et c'est ce que nous dénonçons fermement. Nous demandons qu'une enquête soit ouverte à ce propos", nous déclare N. B. un militant associatif qui pointe un doigt accusateur vers les responsables de la santé.
Notre interlocuteur ajoute : "La veille de la visite du ministre, l'hôpital — qui est dans un état lamentable (voir les vidéos circulant sur les réseaux cociaux)— a subi pour l'occasion un lifting. Ce n'est pas normal que des patients succombent par manque d'oxygène." À ce propos les services de la DSP viennent de rendre public un communiqué dans lequel ils démentent catégoriquement les informations faisant état de manque d'oxygène à l'hôpital Hakim-Saâdane. Et notre interlocuteur de s'interroger : "Pourquoi dans ce cas, Houhou Mohamed, est décédé hier dans une ambulance durant son transfert vers l'hôpital de Tolga ?" L'on apprend par ailleurs que Biskra recevra aujourd'hui 30 respirateurs. Il s'agit d'un don fait par des Algériens établis à l'étranger. À noter que le personnel paramédical de l'hôpital Hakim-Saâdane n'a pas laissé filer l'occasion de cette visite. De nombreux paramédicaux ont organisé en fin de matinée une action de protestation au sein de l'hôpital, en brandissant des banderoles et des pancartes décrivant les conditions de travail dans lesquelles ils exercent.
Ainsi, on peut lire à titre d'exemple sur une de leurs pancartes : "Monsieur le ministre, l'hôpital vient d'être équipé pour vous." Faut-il rappeler que la situation épidémiologique dans la wilaya de Biskra, fait craindre le pire. La région qui ne dispose même pas d'un laboratoire de dépistage de coronavirus, est classée première en terme de contamination inhérente au coronavirus. Hier, elle a enregistré 45 cas, portant à 327, le nombre de personnes atteintes par la maladie. Quant aux décès, Biskra enregistre une moyenne de 10 de morts par jour. Cet état de fait a créé un climat de détresse, d'angoisse et d'inquiétude chez les habitants de la wilaya. La visite du ministre dans la région inversera-t-elle l'équation ?


H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.