Football amateur-Fia: la DTN conviée à une réunion par visioconférence    Illizi: installation des nouveaux Président et Procureur général de la Cour de justice    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La communauté internationale au chevet du Mali
La crise politique dans le pays se corse
Publié dans Liberté le 15 - 07 - 2020

Accusé de corruption, Karim Keïta, fils du président contesté IBK, a annoncé dans la nuit de lundi à hier sa démission de la Commission "défense nationale, sécurité et protection civile", qu'il présidait à l'Assemblée nationale.
Les représentants de l'ONU, de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Cédéao se sont réunis lundi soir et hier à Bamako avec des représentants de l'opposition malienne et du pouvoir en place pour désamorcer une crise politique qui a viré depuis vendredi à un affrontement meurtrier qui a coûté la vie à au moins 11 manifestants et fait plus de 100 blessés, selon un dernier bilan. "Les deux parties ont insisté sur la fin des violences et ont salué la libération des membres du M5, en présence des officiers des droits de l'homme de la Minusma (mission de paix de l'ONU)", lit-on dans un communiqué laconique rendu public lundi en fin de soirée, sans autres précisions sur le contenu des discussions.
Parallèlement, les autorités ont libéré les leaders du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), comme geste d'apaisement, qui ne semble toutefois pas convaincre la rue, toujours en colère et prête à reprendre le terrain de la contestation. Pour cause, la répression des manifestations pacifiques du vendredi 10 juillet a montré, selon le M5-RFP, ce qu'ils qualifient de "vrai visage" du président IBK, qui concentre toute la colère d'une partie des Maliens.
Ces derniers réclament sa démission pure et simple et l'entame d'une période de transition sans les visages qui ont fait son règne depuis son élection pour un premier mandat en 2013, en pleine période de troubles politico-sécuritaires dans le nord du Mali face à l'ex-rébellion targuie et aux groupes terroristes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique.
Pour les partisans et sympathisant du M5-RFP, IBK n'a d'autre choix que de céder le pouvoir, après l'épisode des dernières législatives du 29 mars et du 19 avril, dont les résultats ont été contestés dans plusieurs villes du pays.
Bien que ce scrutin ne soit qu'une goutte d'eau dans l'océan des scandales qui ont secoué IBK, il a servi de moteur pour le M5-RFP pour rebondir sur une situation politique, économique et sécuritaire intenable depuis des années.
Aujourd'hui, l'opposition, forte du soutien d'une grande partie du peuple, espère mener jusqu'au bout son combat qu'elle n'a pas pu concrétiser au lendemain de la présidentielle de 2018, qui a permis à IBK d'être réélu pour un deuxième quinquennat.
Pour sa part, la médiation internationale cherche à éviter un crash politique à Bamako, dans un contexte de pandémie sanitaire et de dégradation continue de la situation sécuritaire dans le centre et le nord du pays. Un départ chaotique d'IBK du pouvoir risque d'entraîner le Mali dans une autre spirale de la violence que personne ne pourra contenir, au vu du climat de colère qui prévaut dans ce pays du Sahel.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.