Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La communauté internationale inquiète de la situation malienne
Au lendemain des manifestations meurtrières de Bamako
Publié dans Liberté le 14 - 07 - 2020

Muhamed Dicko, un des leaders de l'opposition, a appelé dimanche ses partisans au calme, renouvelant ses revendications consistant en la démission du chef de l'Etat, comme premier pas pour une sortie de crise.
Des représentants des organisations régionales, continentales et internationales ont appelé dans la nuit de dimanche à lundi les parties maliennes au calme et à une solution politique, qui éviterait à ce pays de replonger dans une nouvelle crise, au lendemain des manifestations meurtrières entre vendredi et dimanche, et qui ont fait au moins 11 morts et plus d'une centaine de blessés, selon un dernier bilan. "Les représentants de la Cédéao, de l'Union africaine, de l'Union européenne et des Nations unies en République du Mali sont très préoccupés par l'évolution de la situation sociopolitique au Mali, suite au meeting du 10 juillet 2020 organisé par le M5-RFP", affirme un communiqué conjoint de ces organisation, regrettant que "des édifices publics et privés soient pris pour cible avec des violences ayant entraîné des pertes en vies humaines, de nombreux blessés et la dégradation des biens de l'Etat et des particuliers".
Cette sortie intervient dans un contexte de radicalisation de la position de la coalition du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), déçue par la réponse du président Ibrahim Boubacar Keïta à leur mémorandum, exigeant des réformes profondes dans la gouvernance. L'usage d'une force disproportionnée à l'encontre des manifestants a ouvert la porte à de nombreux dérapages, de part et d'autre, provoquant des pertes en vies humaines et des dégâts importants. Si d'une part le gouvernement a invité l'opposition au dialogue, faisant aussi quelques concessions, les forces de sécurité ont procédé à l'arrestation de plusieurs leaders de l'opposition, ce qui n'est pas pour calmer la colère des manifestants à Bamako et dans d'autres villes du pays.
À ce propos, "les représentants marquent leur préoccupation concernant l'arrestation des leaders du Mouvement M5-RFP, chose qui ne permet pas au dialogue prôné par le président de la République et le Premier ministre de se tenir en toute sérénité", ajoute ce communiqué, dans lequel ses auteurs "invitent donc le gouvernement à créer les conditions du dialogue politique, notamment par la libération de ces leaders".
Dimanche, une importante foule a assisté aux funérailles des manifestants tués par balle entre vendredi et dimanche, observant aussi un rassemblement de soutien devant le domicile de l'imam Muhamed Dicko, un des leaders du M5-RFP, une coalition dont les rangs ne cessent de grossir depuis la première manifestation d'envergure du 5 juin dernier. Par ailleurs, les rédacteurs du communiqué de dimanche affirment qu'"ils restent persuadés que les conclusions de la récente mission ministérielle de la Cédéao posent les bases d'une solution appropriée pour un accord politique de sortie de crise, comme l'a d'ailleurs souligné le président de la République dans son dernier discours du 11 juillet 2020".
Mais depuis vendredi, la donne a beaucoup changé sur le terrain, après la mort de ces onze manifestants et les concessions tardives et insuffisantes que le M5-RFP a rejetées, exigeant de nouveau la démission d'IBK et le départ de la classe politique qui le soutient.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.