OL : Slimani a participé à sa première séance d'entrainement    Atlético : Dembélé remercie Aulas    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les agences de voyages appellent à l'ouverture des frontières
impactées par un arrêt d'activité depuis plusieurs mois
Publié dans Liberté le 01 - 09 - 2020

La filière des voyages demeure en attente d'un plan de sauvetage
promis par l'Etat et dont la concrétisation tarde à venir.
En arrêt d'activité depuis plusieurs mois à cause de la pandémie de coronavirus, les agences de voyages et de tourisme (ATV) n'arrivent pas à rebondir, malgré la décision de les autoriser à reprendre du service.
"Que signifie reprendre du service alors que les hôtels ainsi que les frontières étaient fermés et que même le déplacement entre wilayas était difficile ? Et si aujourd'hui, les hôtels peuvent recevoir des clients, il n'en demeure pas moins difficile de reprendre le cours normal des choses", se sont plaints de nombreux voyagistes qui s'estiment "lésés", voire "méprisés" par les pouvoirs publics. "Ils nous ont promis des aides, mais jusqu'à présent, nous n'avons rien vu venir.
Nous sommes à l'abandon", nous a déclaré, hier, Bachir Djeribi, président du Syndicat national des agences de voyages (Snav), qui assure que "la situation devient intenable". "Il faut une intervention urgente des pouvoirs publics pour atténuer, un tant soit peu, ce sinistre causé par la Covid-19", rappelle M. Djeribi. Un état de fait partagé par les voyagistes dont beaucoup n'arrivent même plus à assurer le salaire de leurs employés.
"Nous avons beaucoup de charges en plus des salaires, alors que nous n'avons pas fait rentrer un seul centime depuis mars dernier. Il est vrai que nous avons puisé dans nos économies, mais c'est loin d'être évident, surtout que ça dure dans le temps et que nous ne disposons d'aucune visibilité quant à une éventuelle reprise imminente de l'activité", nous a indiqué Sofiane Benali, patron de l'agence SOS Travel d'Hydra.
Il explique : "Malgré toutes les promesses, l'aide n'arrive toujours pas. C'est une question de survie, mais c'est également une question de dignité. Nous sommes un maillon important dans la chaîne touristique et nous méritons une place respectable en tant que partenaire incontournable qui contribue fortement à la relance de notre économie."
Compenser avec le tourisme local : les conditions ne sont pas réunies
C'est, en effet, une faillite assurée pour les 3 600 agences de voyages en mal de reprendre l'activité, et ce, malgré les promesses de l'Etat de leur venir en aide après avoir reconnu officiellement, en juillet dernier, "la détresse des voyagistes et hôteliers". Les agences de voyages emploient au minimum 25 000 agents dont elles ne peuvent plus assurer les salaires. En outre, les voyagistes n'ont, d'ailleurs, pas assez d'argent pour faire tourner leur agence.
La situation n'est guère meilleure pour les hôteliers privés qui continuent à enregistrer des pertes considérables. "Les hôtels — hormis ceux du balnéaire — continuent à perdre de l'argent. Les établissements en bord de mer affichent complet depuis leur réouverture, ces derniers jours, mais ils n'auront jamais le temps de rattraper le déficit, d'autant plus que même le climat commence à faire des siennes", a souligné un hôtelier.
Les voyagistes, quant à eux, font ressortir "le manque d'infrastructures" qui, à leur avis, "va à l'encontre des discours euphoriques" de certains responsables du secteur du tourisme qui semblent "ignorer ou feignent d'ignorer la réalité du terrain". Pour Ali Yahi, patron de l'agence Bicha Voyages de Bab El-Oued, "l'heure est grave".
Notre interlocuteur réclame "la réouverture de frontières" qui, selon lui, est "le seul moyen d'arrêter la saignée". Il explique : "Appeler à faire du tourisme local, alors que les conditions ne sont pas réunies, c'est peine perdue. Nous avons essayé de le faire, et nous ne récoltons que des miettes. Beaucoup d'agences, qui étaient en partenariat avec Bicha Voyages, ont fermé boutique et beaucoup d'autres ont retiré le million de caution déposé au niveau d'Air Algérie pour la billetterie.
C'est une catastrophe." Même topo du côté de Béjaïa auprès de Gouraya Tours. Son patron Hemza Baba Aïssa ne comprend pas "comment l'Etat peut laisser les agences de voyages livrées à elles-mêmes, sans aucune aide" et assure que "les banques n'ont toujours pas été instruites pour faciliter l'octroi de crédits d'exploitation. Il n'y a aucune aide d'ailleurs et nous continuons à payer nos taxes le plus normalement du monde, alors qu'il n'y a aucune activité".

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.