La réalisation de la seconde tranche de la pénétrante reliant Batna à l'autoroute Est-ouest autorisée    Campagne référendaire : voter "oui" pour éviter les dysfonctionnements antérieurs    Real Madrid: Zidane défend Isco    AGO de la FAF: plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Accidents de la route: hausse sensible du nombre de blessés et de morts en une semaine    SADEG invite ses clients à régler leurs factures    Coronavirus : 252 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès    Zones d'ombre à Tipasa : 60 nouveaux bus pour le transport scolaire    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Mahieddine Tahkout au 28 octobre    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Real : Encore 3 semaines d'absence pour Eden Hazard ?    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Porsche affiche des chiffres solides    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    L'autre révolution de Renault    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 17 - 09 - 2020

Sans la traduction fiable, audacieuse, sans censure et sans coupure, notre culture ne verra jamais la lumière. Ne posera jamais ses pas, ses poèmes, ses pinceaux et ses caméras sur le bon chemin de la culture humaniste et universelle. Mais pourquoi les Arabes et les Nord-Africains ont-ils peur de la traduction, la vraie traduction ?
Tout simplement, et sans rhétorique aucune, la traduction, la vraie traduction, est le miroir bien essuyé, bien nettoyé, qui reflète impeccablement notre visage. La traduction nous renvoie l'image de notre vérité, sans égocentrisme maladif !
Notre société, élite et peuple, ne peut accéder ni participer à la culture humaniste, si nous n'arrivons pas, et avec audace et perfection, de traduire les principaux phares de la production humaine dans tous les domaines sans exception aucune.
Le traducteur ne porte en lui ni l'œil du policier ni le bâton d'imam, il est hanté par l'humanisme et les rapprochements des cultures et des civilisations.
Sur le plan religieux : dans le but de nous inscrire dans l'espace du vivre ensemble en paix et le défendre, nous sommes appelés à traduire les livres religieux, les textes fondamentaux et leurs dérivés appartenant à d'autres religions monothéistes ou autres.
On ne traduit pas uniquement ce qui nous plaît ! Bien au contraire, nous avons besoin de traduire ce qui nous fâche. Ce qui nous met en question. On libère le lecteur du fanatisme et de l'extrémisme religieux par la traduction des textes des autres religions. Toute religion qui se renferme sur elle-même finira par tuer ses fidèles. Tout religieux qui ne lit pas d'autres religions tombera tôt ou tard dans la haine de l'autre. Rejette le vivre ensemble.
Toutes les nations civilisées du monde, qu'importe leurs religions, ont accès, dans leurs langues maternelles ou nationales, aux textes de l'islam à commencer par le Coran, texte fondamental, les hadiths, la philosophie musulmane et autres livres.
Partout dans le monde, en Europe comme aux USA, on trouve et facilement le Coran traduit dans toutes les langues, et en plusieurs traductions. Vendu dans toutes les librairies, disponible dans toutes les bibliothèques publiques, sur tous les supports médiatiques. Chez nous, dans tous les pays arabes et nord-africains, il est impossible de trouver la Bible ou la Torah dans nos librairies ou nos bibliothèques publiques ! C'est haram, c'est du prosélytisme, de l'évangélisation ! Le lecteur arabe et nord-africain est né mineur, culturellement politiquement parlant, et demeurera mineur toute sa vie ! Le système politique paternaliste choisit la lecture pour ses sujets ! Nous sommes nés musulmans, la religion n'est pas un choix individuel, elle est héritage ! De ce fait, on ne peut être un bon musulman sans lire les autres religions ! Et c'est la traduction qui libère le musulman de cette situation d'héritier contraint ou renforce en lui la foi.
Sur le plan relations intimes, les Arabes et les Nord-Africains sont les premiers consommateurs des produits culturels pornographiques, audiovisuels notamment. La société masculine vit une obsession permanente transgénérationnelle. Vu l'enfermement imposé par l'hypocrisie morale et culturelle, le citoyen est une proie facile à la production culturelle la plus mauvaise dans le domaine de l'éducation sexuelle.
Et parce que la traduction est contrôlée par des moralisateurs avec une moralité immoraliste religieuse et politique, tous les livres, romans, essais et autres traitant la sexualité d'une façon claire, réelle et humaine, sont déplumés une fois passés dans la langue arabe. Tout texte osé dans la littérature universelle dès qu'il est traduit en arabe, change de peau ! Il n'est pas traduit, il est arabisé ! Avec une telle démarche, nous n'arriverons jamais à décomplexer le lecteur de son obsession sexuelle, devenue un phénomène sociétal, religieux et culturel. Afin de libérer le lecteur de ce complexe et de cette hypocrisie morale et sociale, nous sommes dans l'obligation de traduire les grands livres traitant de ce sujet, loin de toute censure moraliste.
Les féqihs d'antan à l'instar de Sayyouti, Nefzaoui, Ibn Hazm, Ibn el qayyim, Ibn Dawoud et autres ont beaucoup écrit sur la sexualité, avec un courage et une clarté philosophique. Si leur courage intellectuel est exemplaire, leurs écrits ne sont plus d'actualité. À la lumière des nouvelles sciences humaines et technologiques, nous sommes appelés à renouveler le discours et les approches autour de la sexualité et de l'amour. Sur le plan politique, lire l'ennemi avant l'allié.
Comme sur le plan de la religion ou de la sexualité, le lecteur a besoin d'une traduction des livres qui critiquent notre mode de vie politique et économique gangrénée par toutes sortes de maladies. La confiance entre le gouverneur et le gouverné ne s'installe jamais sans la critique renouvelée. La critique venant de la part d'un ennemi qui a réussi.
Tout n'est pas rose. Pour réconcilier le citoyen avec la politique positive, aimer son pays, il faut lui présenter des livres de qualité traduits qui le mettent à l'abri du tout culte de la personnalité. Ainsi, pourra-t-il repenser sa réalité et celle de son pays.

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.