L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La crise sanitaire continue de peser sur les prix
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2020

La crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales continuent de peser fortement sur les cours du pétrole qui ont commencé la semaine dernière en dessous de 40 dollars le baril pour le Brent. C'est ce que relève l'IFP Energies nouvelles (Ifpen) sur son "tableau de bord", sur les marchés pétroliers, publié lundi.
Cependant, constate l'Institut de recherche français, "la détermination de l'Arabie saoudite, lors de la dernière réunion de l'Opep+, à faire appliquer rigoureusement les accords de réduction de production, a rassuré un temps les acteurs et a permis au pétrole brut de terminer la semaine en hausse".
En moyenne hebdomadaire, le Brent gagne +1,3 dollar le baril (+3,1%) pour atteindre 41,8 dollars le baril. Le consensus des économistes interrogés par Bloomberg sur le prix du Brent reste stable à 42 dollars pour 2020 et 47,8 dollars pour 2021.
Jeudi dernier, le Comité ministériel de suivi de l'Opep+ a rappelé l'importance cruciale, dans un contexte de baisse de la demande, de respecter rigoureusement les accords de réduction de production et de compenser les volumes surproduits dès que possible, afin de stabiliser le marché pétrolier.
"Le taux de conformité est en effet en baisse à la suite de la surproduction de certains pays dont les Emirats arabes unis et l'Irak", indique l'Ifpen. Selon l'AIE, le taux moyen de conformité au cours des 4 derniers mois (de mai à août) était de 94%, mais seulement de 59% pour les Emirats arabes unis et de 82% pour l'Irak, ce qui a été partiellement compensé par l'Arabie saoudite avec un taux moyen de 111%.
En dehors des pays de l'Opep, le taux de conformité est également tombé à 94%, dont 88% pour le Kazakhstan et 96% pour la Russie. "La déclaration de l'Opep+ fait écho aux différents rapports publiés la semaine dernière par l'AIE, l'EIA et l'Opep sur l'évolution de la demande de pétrole", souligne l'Institut de recherche français.
Les trois agences ont, en effet, toutes révisé à la baisse leur scénario de demande pour 2020. Selon l'AIE, la demande pour 2020 s'établirait à 91,7 millions de barils par jour, en recul de 8,4 millions de barils par jour.
L'Opep est plus pessimiste avec une demande en recul de 9,5 millions de barils par jour à 90,2 millions de barils par jour. "Néanmoins, étant donné la baisse de la production hors Opep, principalement aux Etats-Unis, un rééquilibrage du marché est possible si l'Opep maintient ses objectifs de production", prévoit l'Institut français. Ce rééquilibrage, estime-t-il, reste cependant "extrêmement fragile marqué par l'évolution incertaine de la situation sanitaire".
Côté production, "l'annonce faite samedi dernier par la Compagnie nationale pétrolière libyenne (NOC) de la reprise de la production et des exportations de pétrole, à la suite de la levée d'un blocus de huit mois imposés par les forces du général Khalifa Haftar, pourrait également changer la donne et contraindre l'Opep à revoir ses objectifs de production", ajoute l'Ifpen.
Pour 2021, les scénarios des trois agences indiquent une demande en augmentation entre +5,5 et 6,5 millions de barils par jour autour de 97 millions de baril par pour l'AIE et l'Opep et 99,6 millions de barils par jour pour l'EIA.
En tout état de cause, la demande en 2021 restera inférieure à celle de 2019. Cette analyse est partagée par BP, qui a publié la semaine dernière ses perspectives énergétiques et qui considère dans deux des trois scénarios présentés que la demande de pétrole ne retrouvera jamais son niveau d'avant la pandémie.
Dans son troisième scénario, la demande devrait plafonner au début des années 2020 avant de diminuer progressivement jusqu'en 2050. Dans chaque scénario, la baisse de la demande de combustibles liquides est principalement due à l'augmentation de l'efficacité énergétique et à l'électrification du secteur des transports.

M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.