Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?
Le nouveau terminal probablement réceptionné en avril 2021
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

Le traitement des conteneurs des produits dangereux se fera dorénavant sous palan à l'arrivée même de la marchandise, qui sera directement chargée sur le transport affrété par le client.
La fermeture des deux ports secs d'Oran, appartenant à la Spa CMA-CGM et à la Sarl Catram Logistic, a eu des conséquences directes sur l'Etablissement portuaire d'Oran (EPO). La décision, prise en haut lieu, a induit une hausse des traitements des marchandises au port d'Oran estimée entre 34 et 36%, alors qu'auparavant, le port "opérait avec la méthode du dispatching aléatoire" avec les deux terminaux intermodaux, comme l'explique Korbâa Mokhtar, P-dg de l'EPO, rencontré dans son bureau.
Avec cette fermeture, le traitement des conteneurs des produits dangereux se fera dorénavant sous palan à l'arrivée même de la marchandise, qui sera directement chargée sur le transport affrété par le client avant de quitter l'enceinte portuaire, après avoir
été pesée.
Auparavant, ces conteneurs étaient traités dans les ports secs qui disposent de parcs à feu, précise notre interlocuteur, qui indique qu'il a entrepris des démarches auprès des autorités locales pour remédier à cette situation. "Nous nous sommes rapprochés du wali pour demander une assiette extra-portuaire pour traiter tout type de conteneurs dangereux comme cela se fait dans tous les ports modernes", souligne-t-il.
À ce propos, et pour rappel, vu le drame du port de Beyrouth, tout le monde est sur le qui-vive et les interrogations les plus légitimes ont été soulevées sur la sécurité au sein de nos ports. Le 8 août dernier, le ministre des Transports, Lazhar Henni, en visite au port d'Alger, a tenu à rappeler que "l'Algérie a été parmi les premiers pays à interdire la saisie ou le stockage de marchandises dangereuses au niveau des ports", une interdiction qui remonte à 1975, ajoutant que cette loi "est appliquée de manière stricte au niveau de tous les ports du pays et aucune marchandise dangereuse ne s'y trouve".
Si le port d'Oran ne dispose pas encore de parc à feu, il en sera autrement à partir d'avril 2021, date de la probable réception de son nouveau terminal à conteneurs ou plutôt de son extension de 23 hectares vers l'Est. Lancé en juin 2014, le projet réalisé par les sociétés algérienne et chinoise, Meditram et Check, devait être réceptionné en juin dernier, mais il le sera, selon toute vraisemblance, en avril prochain, selon le premier responsable de l'EPO. "
Les travaux ont atteint 95% d'avancement", nous apprend-il, un chiffre donné par la Direction des travaux publics (DTP) et il est considéré comme l'ouvrage le plus important des dix ports algériens. "Le terminal permettra de désengorger le port et de solutionner les contraintes subies.
En matière de conteneurs, on parle de zones d'entreposage éparpillées le long de l'enceinte portuaire et, avec cet ouvrage, on parle de terminal à conteneurs dans des standards internationaux avec un périmètre bien défini et des machines adéquates comme les portiques et les grues RTG", explique encore Korbâa Mokhtar.
En plus des travaux de la DTP, "une rallonge budgétaire sur les fonds propres de l'entreprise a été consacrée à plusieurs travaux sur le terminal à l'exemple des mâts d'éclairage ou du réseau anti-incendie pour créer un éventuel parc à feu destiné à entreposer les conteneurs de produits dangereux", ajoute-t-il.
Pour notre interlocuteur, "le plus important est de disposer d'un espace conforme qui nous permet de rehausser la qualité de la prestation en mettant en place la logistique adéquate", signalant que la problématique des ports algériens réside dans les tirants d'eau.
Une contrainte qui n'aura plus lieu d'être puisque le terminal disposera d'un tirant d'eau de 14 mètres de profondeur et d'une longueur de 463 mètres linéaires. Quant à une future joint-venture avec un partenaire étranger pour gérer et exploiter le nouveau terminal à conteneurs, Korbâa Mokhtar déclare que pour le moment, la priorité est donnée au terminal.
"Actuellement, nous sommes plus occupés avec l'équipement puisque nous allons réceptionner les 7 RTG que nous avons commandés", reconnaissant, toutefois, que l'EPO a déjà eu des prises de contact avec plusieurs opérateurs étrangers, tels que les Singapouriens de Portek, CMA-CGM ou encore DP World, sans que cela n'aille plus loin.
Le P-DG de l'EPO reste convaincu que "le port a dépassé une capacité de traitement de 10 millions de tonnes de marchandises par an, mais qu'actuellement, les indicateurs de performance sont calculés sur le traitement de conteneurs", espérant "arriver à minimiser la barre de traitement des conteneurs à des volumes horaires tolérables" pour être au diapason des ports méditerranéens.

SAïD OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.